Avis Surfshark : le petit nouveau qui souhaite devenir grand

 
logo SurfShark
7 /10

Note de la rédaction

7 /10

Note de la rédaction

Surfshark est un nouvel acteur du monde des VPN et est loin d'avoir la popularité de certains gros acteurs du marché Il a toutefois des arguments percutants pour se faire remarquer.

LES CARACTÉRISTIQUES DE SURFSHARK

OFFRE ACTUELLE1,95 €/mois
REMBOURSEMENT POSSIBLEOUI, SOUS 30 JOURS
NOMBRE DE SERVEURPLUS DE 3200
SUPPORTSPC/ MAC/ LINUX/ ANDROID/ IOS/ ANDROID TV/ FIRETV/ ROUTEURS
NOMBRE DE CONNEXION SIMULTANÉEILLIMITÉ
ACCES A NETFLIX USOUI
MODE P2PNON
CONSERVATION DE DONNÉESLIRE LA PARTIE 'POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ"

QUI EST SURFSHARK ?

Surfshark est un service de VPN relativement nouveau dans son domaine puisqu’il voit le jour en 2018, déjà quelques années après les mastodontes du genre. Dès le début, le VPN impressionne par sa disponibilité sur la plupart des plateformes du marché, que ce soit sur mobile, PC ou même sur les TV connectées. Surfshark s’est aussi fait remarquer en faisant réaliser dès sa première année d’existence, un audit de sécurité par Cure53, un cabinet indépendant spécialiste de la cybersécurité.

L’année suivante, Surfshark a lancé une autre application nommée Trust DNS, une alternative au produit initial permettant de très facilement sécuriser sa connexion gratuitement, mais sans les avantages du VPN. L’entreprise a par la suite lancé son propre antivirus et son système de traçage de bases de données nommées Alert et permettant d’être prévenu en cas de fuite de données personnelles.

Surfshark est également l’un des premiers VPN à utiliser des serveurs fonctionnant à 100 % en RAM, soit une garantie stricte de non-conservation de données de ses utilisateurs, les rares données stockées étant éphémères.

INTERFACE / PRISE EN MAIN

C’est peut-être encore le point sur lequel Surfshark a encore de gros progrès à faire : l’homogénéité de ses applications. L’expérience est en effet très différente selon le support, que ce soit sur Windows, mobile, Mac, Linux ou TV connectée. Sur Windows et sur mobile, les applications se ressemblent beaucoup du point de vue du design. Un bouton bleu pour se connecter, des onglets pour choisir une localisation de serveur, un onglet « Caractéristiques » pour les options de base et « Paramètres » pour les options avancées. L’interface est certes un peu austère, mais au moins, elle est intégralement traduite en français.

Avis Surfshark : le petit nouveau qui souhaite devenir grand

L’ergonomie n’est pas non plus fantastique. On tâtonne un peu au début pour savoir comment s’y retrouver dans les menus et dans les différents types de serveurs. Les intitulés des types de serveurs sont très flous (Positions, IP statique et Multihop), même si des pop-up expliquent en quoi ils consistent. En fait, Surfshark possède son propre vocabulaire pour désigner des fonctionnalités communes à tous les VPN. Le split tunneling est bien présent, mais prend ici le nom de « Whitelister », logique, mais tout de même perturbant quand l’on connaît les termes habituels utilisés chez nombre de VPN.

Les serveurs de type « Multihop » permettant de faire passer la connexion par deux serveurs différents et ainsi doublement chiffrer sa connexion. Attention cependant, la qualité de la connexion dans ce dernier cas est fortement amoindrie. Enfin, le « Kill Switch » est aussi activable et nous n’avons noté aucun dysfonctionnement de sa part donnant lieu à une coupure de la connexion.

Avis Surfshark : le petit nouveau qui souhaite devenir grand

L’application Windows est de loin la plus complète, mais aussi la moins réussie du point de vue du design. En cause : des fenêtres trop petites et un manque de visibilité global. Elle comprend toutefois tout ce que l’on peut attendre d’une bonne application : des speedtests de serveurs, un mode sombre (merci !), un adblocker et de nombreux protocoles de connexions (IKEv2, OpenVPN, Shadowsocks et Wireguard). Il faut cependant aller fouiller dans les paramètres avancés pour en voir la couleur, on aurait aimé un choix plus simple notamment avant de se connecter à un serveur. Concernant OpenVPN, si ce dernier est sélectionné, il active automatiquement un mode camouflage permettant d’être clean auprès de votre FAI qui ne peut pas voir que vous utilisez un VPN, une fonctionnalité qui n’est pas forcément présente chez d’autres VPN.

Sur mobile, même si l’on regrette l’absence du speedtest ou de la fonction « NoBorder » permettant d’avoir accès, on constate que des efforts ont été fournis pour rendre le tout complémentaire à l’application desktop. On gagne même une option très pratique nommée « Remplacer la position GPS », qui fait correspondre la position GPS du téléphone avec celle du serveur sur lequel vous êtes connectés.

Avis Surfshark : le petit nouveau qui souhaite devenir grand

SERVEURS ET PERFORMANCES

En matière de nombres de serveurs, Surfshark se place encore largement derrière ses concurrents avec 1700 serveurs actifs dans le monde. Des serveurs répartis dans 63 pays différents. Il couvre cependant une bonne partie du territoire mondial et certaines villes possèdent différentes localités. Voici le résultat de nos tests réalisés sur le site de NPerf via sur connexion domestique fibre de 1 Gb/s :

 DOWNLOAD (Mb/S)UPLOAD (Mb/S)PING
SANS VPN8853372
SERVEUR FRANCAIS (AUTO)30094
SERVEUR US (NEW YORK)183781
SERVEUR US (LOS ANGELES)275161
SERVEUR JAPONAIS1534245
SERVEUR HONGKONGAIS 2445286
SERVEUR SUD AFRICAIN 2446178

Que ce soit sur mobile ou sur PC, les tests démontrent que Surfshark est loin d’être le VPN le plus performant du marché. Dans les faits, même si le débit descendant est suffisant pour le streaming, il peut être un peu chiche en ce qui concerne le téléchargement en P2P ou pour d’autres demandant un débit conséquent. Mais ce qui plombe le plus les résultats ce sont les débits montants qui ne dépassent pas les 10 Mb/s, quel que soit le serveur. C’est clairement un point sur lequel Surfshark devrait s’améliorer. Nous n’avons cependant détecté aucune fuite de DNS, quel que soit le serveur dans lequel nous nous sommes connectés.

Pour aller plus loin dans les tests, nous avons opté pour un changement de protocole. Dans la plupart des cas, le protocole IKEv2 est attribué par défaut, mais nous avons décidé de passer sur Wireguard — un protocole open source plus performant et sécurisé — pour tenter d’y déceler une différence. Et clairement, les résultats sont bien meilleurs :

Test effectué avec le protocole par défaut (IKEv2)

Test effectué avec le protocole par défaut (IKEv2)

Test effectué avec le protocole Wireguard

Test effectué avec le protocole Wireguard

Pensez donc à sélectionner le protocole Wireguard dans les options avancées avant d’utiliser Surfshark, cela aura un impact significatif sur votre expérience.

Il est possible de changer de protocole de connexion depuis les paramètres avancés

Il est possible de changer de protocole de connexion depuis les paramètres avancés

La liste des serveurs de Surfshark n’inclut pas de serveurs spécialisés dans le streaming ou le téléchargement. Mais les serveurs américains permettent bien de contourner les géoblocages des principales plateformes de SVOD. Cependant, une fois le serveur choisi, aucun souci, nous avons pu nous connecter sur l’ensemble des plateformes de VOD (Netflix, Prime Vidéo, Disney Plus) et de regarder du contenu US exclusif dans la meilleure qualité possible. Prévoyez tout de même un buffering un peu plus long que si vous étiez en France. Il en va de même pour les plateformes d’IPTV depuis l’étranger qui fonctionnent sans soucis.

Le visionnage de séries exclusives aux US se fait sans soucis. Ici la série « Broadchurch » sur Netflix

Le visionnage de séries exclusives aux US se fait sans soucis. Ici la série « Broadchurch » sur Netflix

Surfshark est aussi l’un des VPN les plus sécurisés concernant le contournement des géoblocages depuis les pays autoritaires, comme la Chine par exemple. La fonction « NoBorder » couplée au protocole Shadowsocks permet de contourner la censure liée au grand Firewall chinois et ainsi donner accès aux services indisponibles sur place comme Facebook, Instragram ou même Google. Cette fonctionnalité est disponible aussi bien sur PC que sur Android.

POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ

Surfshark affirme ne conserver aucune trace du passage de ses utilisateurs sur ses serveurs. Les seules informations qu’il collecte à leur propos sont leur adresse email (pour entrer en contact avec ses utilisateurs ou aider en cas de problème) et ses informations de facturation. L’entreprise a pour elle sa localité puisqu’elle est basée sur les îles Vierges Britanniques et la politique sur place n’oblige pas à conserver les logs de ses utilisateurs.

Reste que contrairement à d’autres marques de VPN, Surfshark n’a pas réalisé d’audit de son infrastructure. Il indique bien avoir fait un audit indépendant de ses extensions Chrome et Firefox via la Société Cure53, mais il manque encore celle des applications PC, mobile et depuis d’autres plateformes. Toujours est-il que cela ne prouve en rien que Surfshark ne conserve aucune donnée. Il faudra donc le croire sur parole.

SERVICE CLIENT

Le service client fait visiblement partie de l’écosystème de Surfshark. Celui-ci est facilement accessible depuis l’application desktop ou mobile via la rubrique « aide ». On a donc directement accès au Centre d’aide et à une multitude de tutoriels vous permettant de mieux configurer ou de mieux comprendre certaines fonctionnalités du VPN. Cette documentation est cependant uniquement accessible en anglais.

Si aucune réponse ne vient à vos questions, vous pouvez vous orienter vers le chat en ligne depuis l’espace client. Un SAV facilement accessible et passant par un outil de traduction automatique — assez efficace — pour le français. Les réponses que nous avons reçues sur nos problèmes de connexion étaient précises, convaincantes, et l’échange très cordial.

Avis Surfshark : le petit nouveau qui souhaite devenir grand

TARIFS

C’est sans conteste l’argument massue de Surfshark. L’abonnement de deux ans est affiché actuellement au prix de 51,50 euros, soit 2,15 euros par mois. C’est sans doute l’une des offres les moins chères du marché et probablement le meilleur rapport qualité-prix du moment. À noter également que Surfshark est aujourd’hui le seul fournisseur de VPN à proposer un nombre de connexions simultanées illimité. Vous pouvez donc partager votre abonnement avec un très grand nombre de personnes. Dans tous les cas, si le service n’est pas satisfaisant, les 30 premiers jours sont intégralement remboursés.

Surfshark ne s’arrête pas non plus au VPN puisqu’il propose un abonnement supplémentaire appelé SurfShack One (+1,28 euro par mois) donnant accès à un antivirus, un outil d’alerte de fuite de données personnelles (adresse mail, numéro de carte de crédit) ainsi qu’un moteur de recherche maison.

Surfshark VPN - VPN sécurisé pour la vie privée

Surfshark VPN - VPN sécurisé pour la vie privée

Notre avis sur SurfShark

Malgré son jeune âge, Surfshark fait déjà partie des références aux côtés de NordVPN ou Cyberghost. Il s’agit d’une solution VPN complète, crédible et efficace qui a de nombreux arguments pour devenir votre protection de référence, notamment grâce à son positionnement prix très compétitif.



Surfshark n’est cependant pas exempt de tout défaut : ses performances sont globalement moyennes et sa politique de confidentialité mérite plus de garanties externes.


Points positifs
  • Un très bon rapport qualité-prix
  • Contournement des géoblocages très efficace
  • Connexions simultanées illimitées
Points négatifs
  • Des performances moyennes
  • Pas de véritable audit de son infrastructure serveur

FAQ SurfShark

🤔 Comment installer Surfshark ?

Pour installer le VPN SurfShark, rien de plus simple.

  • Sur ordinateur, il faut passer par le site officiel, s’y connecter ou prendre un abonnement et télécharger le client. L’installation se fait en trois clics et vous n’avez qu’à cliquer sur un serveur pour vous y connecter ensuite.
  • Sur mobile, il faut passer par le Google Play Store ou l’App Store d’Apple. Une fois l’application installée sur votre téléphone, il faut se connecter à votre compte client et autoriser l’application à utiliser une connexion VPN sur son téléphone. Il ne reste plus qu’à vous connecter à un serveur pour profiter d’une connexion VPN.

 

📱 Sur quels appareils je peux utiliser Surfshark ?

Sur à peu près tous les appareils qui peuvent se connecter à Internet actuellement. C’est-à-dire :

  • PC Windows
  • Mac
  • Smartphone Android
  • Smartphone iOS
  • iPad
  • Linux
  • Téléviseur sous Android TV
  • Fire Stick Amazon

Il faut toutefois noter que SurfShark ne propose pas d’application spécifique pour les routeurs, mais des extensions pour Chrome et Firefox sont disponibles.

⚖ Quelles différences entre SurfShark et NordVPN ?

SurfShark et NordVPN proposent sur le fond le même service : permettre de se connecter à des serveurs VPN sur mobile et desktop grâce à leurs applications. Les différences se trouvent essentiellement sur le nombre de serveurs (NordVPN en possède beaucoup plus), la qualité de l’application (celle de SurfShark mérite encore un peu de travail) et surtout sur le prix. Actuellement, Surfhark est quasiment deux fois moins cher que son concurrent (1,85 euro par mois), et ce alors que ses serveurs sont très efficaces et performants.

♾ Combien d'appareils puis-je utiliser en simultané avec Surfshark ?

C’est la plus grande particularité de SurfShark, et c’est le seul fournisseur de VPN à le proposer : il n’y a pas de limite au nombre de connexion simultanée sur un compte SurfShark. Autrement dit, vous pouvez potentiellement le partager avec un très grand nombre de personnes.

Les derniers articles