Huawei soupçonne qu’une centaine de ses employés liés à son service commercial fassent partie d’un réseau de corruption. Ces employés auraient en effet demandé des pots-de-vin à des distributeurs en échange de rabais sur des services proposés aux entreprises.

Huawei-logo

Huawei doit faire face à une affaire de corruption en son sein. Selon le journal chinois Caixin, relayé ce matin par Le Monde, Huawei soupçonne en effet une centaine de ses employés d’avoir bénéficié de pots-de-vin de la part de distributeurs, extérieurs à l’entreprise chinoise, donc, afin de leur faire bénéficier de rabais sur certains des services de Huawei. Selon la marque, cette affaire concernerait 116 de ses employés et 69 distributeurs externes. Sur ces 69 entreprises extérieures, 53 auraient payé des pots-de-vin à la demande d’employés de Huawei.

Ces pots-de-vin, demandés majoritairement par des employés de Huawei, concernaient essentiellement le département de services aux entreprises. En donnant de l’argent à des employés peu scrupuleux, les distributeurs pouvaient ainsi accéder à des rabais sur les services de Huawei et bénéficiaient ainsi d’un avantage compétitif.

Huawei a donc décidé de faire le ménage. Au début du mois, un cadre haut placé a été placé en détention lors d’un voyage d’affaires et il semble que certains de ses subordonnés sont soupçonnés d’avoir également participé à ce système de corruption. Huawei entend toutefois mettre fin à de telles pratiques et a commencé à communiquer en interne pour éviter que des agissements similaires se reproduisent. Huawei rappelle d’ailleurs à ce titre qu’une politique anti-pots-de-vin a été mise en place dès 2008 et que ses dirigeants et cadres tiennent tous les ans une conférence sur le sujet pour lutter contre une pratique très présente en Chine.