Nous avons pu mesurer les performances du Galaxy Note 4 en version asiatique, équipée de son Exynos 7 Octa (ex 5433). L’occasion de le comparer au Galaxy Note 4 dans sa version internationale équipée du Snapdragon 805, mais aussi du Galaxy Alpha avec son Exynos 5430.

note 4

Samsung a l’habitude de commercialiser deux versions différentes de ses flagships : une équipée d’un Snapdragon de Qualcomm et une autre avec un SoC maison Exynos. Avec le Galaxy Note 4, la firme coréenne a continué la tradition : on trouve ainsi dans la plupart des régions du monde un Galaxy Note 4 qui est animé par un Snapdragon 805 (32 bits) alors que la version asiatique du terminal possède un Exynos 7 Octa (64 bits). La différence ne s’arrête pas au nom de la puce puisque l’architecture même de ces deux SoC est totalement différente. Au départ, l’Exynos 7 Octa devait prendre le nom d’Exynos 5433 et succéder à l’Exynos 5430 du Galaxy Alpha. Finalement, la différence de performances et d’architecture a poussé Samsung a revoir la nomenclature.

 Snapdragon 805Exynos 7 OctaExynos 5430
Processeur4 x Krait 450 @ 2,65 GHz
ARMv7 32 bits
4 x Cortex-A57 @ 1,9 GHz
4 x Cortex-A53 @ 1,3 GHz
ARMv8 64 bits
4 x Cortex-A15 @ 1,8 GHz
4 x Cortex-A7 @ 1,3 GHz
Jeu d'instructionsARMv7 32 bitsARMv8 64 bitsARMv7 32 bits
GPUAdreno 420 @ 500 - 600 MHzMali-T760MP6 @ 700 MHzMali-T628MP6 @ 600 MHz
Mémoire2 x 64 bits @ 800 MHz (25,6 Go/s)2 x 32 bits @ 825 MHz (13,2 Go/s)2 x 32 bits @ 1066 MHz (17 Go/s)
Gravure28nm20nm20nm

À l’intérieur du Snapdragon 805 gravé en 28nm, on trouve un processeur quatre cœurs Krait 450 cadencés à 2,65 GHz et une puce graphique Adreno 420 cadencée entre 500 et 600 MHz. De l’autre côté, l’Exynos 7 Octa est gravé en 20nm et son processeur octo-core est de type 64 bits grâce à l’utilisation de quatre cœurs Cortex-A53 cadencés à 1,3 GHz et quatre cœurs Cortex-A57 cadencés à 1,9 GHz. La puce graphique utilisée est la Mali-T760MP6 cadencée à 700 MHz. Pour l’Exynos 5430 gravé en 20nm, on trouve un processeur octo-core 32 bits avec quatre cœurs Cortex-A15 cadencés à 1,8 GHz et quatre cœurs Cortex-A7 cadencés à 1,3 GHz avec un GPU Mali-T628MP6. Pour la mémoire vive, la bande passante est de 25,6 Go/s pour le Snapdragon 805 (2 x 64 bits @ 800 MHz), 17 Go/s pour l’Exynos 5430 (2 x 32 bits @ 1066 MHz) et 13,2 Go/s pour l’Exynos 7 Octa (2 x 32 bits @ 825 MHz).

Mais dans les faits, que donnent ces trois puces ? Grâce à un de nos lecteurs (merci Emmanuel !) qui nous a aimablement prêté son Galaxy Note 4 asiatique, nous avons pu comparer les trois SoC. Nous avons donc comparé les deux versions différentes du Galaxy Note 4 avec le Galaxy Alpha. Nous avons fait tourner notre suite habituelle de benchmarks : AnTuTu pour les performances synthétiques, PCMark pour les performances applicatives et GFXBench ainsi que 3DMark pour les performances graphiques.

 Galaxy Note 4 (international)Galaxy Note 4 (asiatique)Galaxy Alpha
SoCSnapdragon 805Exynos 7 OctaExynos 5430
DéfinitionQHD (1440p)QHD (1440p)HD (720p)
AnTuTu 5.1.546 10048 00048 900
PCMark4 0914 1313 461
3DMark Ice Storm Unlimited Total20 61320 31617 159
3DMark Ice Storm Unlimited Graphics21 14815 34117 625
3DMark Ice Storm Unlimited Physics18 93822 39015 706
GFXBench T-Rex (onscreen / offscreen)26,3 / 42 FPS21,9 / 37,6 FPS48,4 / 28,9 FPS
GFXBench Manhattan (onscreen / offscreen)11,1 / 18,5 FPS10,7 / 17,3 FPS25,2 / 13,4 FPS
Real Racing 325 FPS33 FPS29 FPS

L’analyse des mesures permet de se rendre compte des différences de performances qui existent entre les trois puces.

Au niveau du processeur, on se rend compte avec PCMark et 3DMark Physics que l’Exynos 7 Octa et ses Cortex-A53 et A57 font du beau boulot, alors même qu’ils sont en mode 32 bits puisque sous KitKat qui ne supporte pas les processeurs 64 bits. Le Snapdragon 805 se place second malgré la présence de « seulement » quatre cœurs. Le manque se ressent surtout sur 3DMark Physics qui fait massivement appel à tous les cœurs et c’est uniquement sur ce test que l’Exynos 5430 rattrape son retard. Dans la majorité des cas, l’Exynos 7 Octa sera donc légèrement devant le Snapdragon 805, lui même largement devant l’Exynos 5430.

PCMark
  • GN 4 international : 4091
  • GN 4 asiatique : 4131
  • Galaxy Alpha : 3461

Au niveau des performances graphiques, la donne change un peu. L’Adreno 420 du Snapdragon 805 dépasse le Mali-T760MP6 de l’Exynos 7 Octa : entre 5 et 20% de différence. Ce n’est pas énorme, mais c’est toujours bon à prendre. En performances pures, le Galaxy Alpha se place en queue de peloton, mais son écran HD (contre QHD sur le Galaxy Note 4) lui permet de largement se rattraper lorsque l’on prend en compte les performances réelles. Grâce à sa définition d’écran plus faible, le Galaxy Alpha atteint des performances graphiques supérieures, que ce soit sous 3DMark ou GFXBench onscreen, malgré un GPU moins performant.

3DMark
  • GN 4 international : 14608
  • GN 4 asiatique : 20316
  • Galaxy Alpha : 17159

Pour vérifier ces chiffres, nous avons lancé Real Racing 3 sur les trois terminaux. Le meilleur score a été atteint par le Galaxy Note 4 asiatique qui a permis de faire tourner le jeu à une moyenne de 33 images par seconde. Ce n’est pas excellent, mais c’est correct. Sur le Galaxy Alpha, Real Racing tournait légèrement en dessous de 30 images par seconde. On s’attendait à mieux du fait de l’utilisation d’une dalle HD (même si Real Racing 3 est limité au Full HD), mais les contraintes thermiques semblent brider l’Exynos 5430. Enfin, le score le plus faible provient du Galaxy Note 4 international qui atteint 25 images par seconde.

Pourquoi une différence (30 %) aussi élevée alors que l’Adreno 420 est censé être plus performant que le Mali-T760MP6 ? Deux hypothèses : la gravure en 20nm de l’Exynos 7 Octa permet au Galaxy Note 4 asiatique de maintenir une fréquence élevée de manière prolongée, pour des performances plus élevées. L’autre hypothèse, soutenue par certains lecteurs, repose sur un dysfonctionnement de notre appareil de test. Sachez que nous tentons de mettre la main sur un autre exemplaire du Galaxy Note 4 pour clarifier la situation.

Real-Racing-3-GN4

À moins de ne pas jouer aux jeux gourmands, les deux versions du Galaxy Note 4 se valent en termes de performances pratiques. En effet, que ce soit dans le système ou dans les applications, les performances sont les mêmes. Il faudra vraiment pousser le Galaxy Note 4 a rude épreuve pour sentir une différence entre les deux versions, en faveur de la version asiatique. Le Galaxy Alpha n’est pas si ridicule puisque même si sa puce est moins puissante, son écran HD lui permet de conserver de bonnes performances.