Review of: Pioneer XDP-100R
testé par:
Vincent Sergère

Reviewed by:
Rating:
4
On 6 février 2016
Last modified:9 février 2016

Summary:

Le Pioneer XDP-100R est un appareil audiophile haut de gamme, ça se sent sur sa fiche technique et lors de son utilisation, que ce soit la prise en main physique, mais aussi tous les paramètres audio. Le prix aussi témoigne du positionnement de l'appareil, avec un prix de vente conseillé de 800 euros. C'est cher pour un baladeur audio, mais c'est le prix à payer pour bénéficier de l'audio HD sur Android. Le rapport qualité - prix n'est pas excellent, mais en l'absence de réelle concurrence, le Pioneer est à conseiller, pour un marché de niche.

Face à lui, on trouve le Sony NW-ZX2 qui est actuellement à moins de 900 euros en soldes contre 1200 euros à sa sortie, et qui permet lui aussi de lire des fichiers audio en haute définition.

Lors du CES, Pioneer a dévoilé le baladeur XDP-100R sous Android résolument tourné vers les audiophiles avec de nombreux composants censés faire de lui l’un des rois des appareils audio mobiles avec le support de l’audio hi-res. Il faut dire que pour 800 euros, on attend le produit de Pioneer au tournant. D’autant plus que la marque japonaise n’a pas vraiment l’habitude de travailler avec le petit robot vert contrairement à Sony avec son NW-ZX2, son principal concurrent. Nous avons donc testé le XDP-100R pour savoir comment il se comporte en musique, mais aussi au quotidien et notamment sur la partie multimédia, puisque c’est en fait un genre de smartphone sans la partie modem.

Pioneer XDP-100R (14 sur 16)

La fiche technique du Pioneer XDP-100R ressemble comme deux gouttes d’eau à celle d’un smartphone Android. Et pour cause : on trouve la même base technique, avec un form factor identique. La seule différence, c’est l’absence de modem et de micro qui empêche d’utiliser le XPD-100R comme un téléphone. Pioneer a bien entendu soigné la partie audio avec des composants haut de gamme avec notamment des DAC et amplificateurs Sabre en provenance de la fameuse marque californienne ESS Technology pour apporter, notamment, le support de l’audio HD même si certains émettent des doutes sur l’apport de la haute résolution.

ModèlePioneer XDP-100R
Version d'AndroidAndroid 5.1.1 Lollipop
Taille d'écran
Technologie d'écran
4,7 pouces (LCD IPS)
Définition d'écran720 x 1280 pixels
Résolution d'écran312 PPP
ProtectionGorilla Glass
SoCSnapdragon 800
CPU4 x Krait 400 @ 2,2 GHz
GPUAdreno 330
Mémoire RAM2 Go
Mémoire interne32 Go
+ microSD
Batterie1630 mAh
CapteursAccéléromètre
Wi-Fi802.11 a/b/g/n/ac (2,4 + 5 GHz)
NFCNon
Bluetoothv4.1 (SBC et apt-X)
USBmicroUSB 2.0
Dimensions145,9 x 75,9 x 13,9 mm
Poids203 grammes
Prix799 euros

 

Une brique en aluminium

Le XDP-100R est doté d’un nom à rallonge, on vous l’accorde, mais il semblerait que dans le domaine de la Hi-Fi, les noms compliqués sonnent bien mieux. Tout comme les appareils lourds et gros. C’est sûrement pour cette raison que Pioneer a décidé de doter son XDP-100R d’une coque en aluminium magnifique, mais grosse, très grosse. On a affaire à un très beau produit comme les Japonais savent le faire : on aime ou on n’aime pas. Ses tranches sont en effet carrées et on trouve peu de rondeur dans son design. Sa finition est exemplaire et aucun détail ne semble avoir été laissé au hasard.

Pioneer XDP-100R (6 sur 16)

De base, le baladeur est livré avec des « bumpers » de protection en haut et en bas de l’appareil. Il est possible de les retirer avec un petit tournevis pour retrouver un design plus « pur » et pour que l’appareil puisse prendre moins de place dans les poches. Il est nécessaire de retirer le bumper supérieur pour relier des câbles jack un peu trop épais.

Du point de vue ergonomie, le XDP-100R est plutôt bien pensé : on trouve une molette crantée sur le côté gauche pour le réglage du son (avec 160 niveaux de sortie différents lorsqu’un casque est branché) et trois boutons physiques sur le côté droit : play/pause, chanson suivante, chanson précédente et on/off. C’est sous ces boutons que viennent prendre place deux slots microSD pour étendre la capacité de stockage de l’appareil. Enfin, tout en bas du terminal, on trouve le port microUSB aux côtés du haut-parleur.

Pioneer XDP-100R (8 sur 16)

Si la finition du téléphone est très agréable en main, on ne peut pas vraiment en dire autant des dimensions. On a vraiment l’impression de tenir une brique dans la main, même si c’est une belle brique. On aurait apprécié un peu plus de compacité, même si ce gros gabarit et de poids contribue à donner une sensation de qualité supérieure. C’est bête, mais on regrette un peu moins d’avoir dépensé pas loin de 1000 euros dans un baladeur audio.

 

Un grand écran pour le multimédia

Le XDP-100R n’est pas forcément fait uniquement pour écouter de la musique, mais doit se voir plutôt comme un lecteur multimédia portable. À ce titre, les équipes de Pioneer ont décidé d’intégrer un écran de 4,7 pouces supportant une définition HD (720p), ce qui donne une résolution suffisante de 312 PPP. Pratique pour regarder quelques films et séries dans le train, après avoir écouter en boucle le nouvel album de David Bowie en FLAC. On regrette toutefois que Pioneer n’ait pas intégré une dalle plus grande (au moins 5 pouces) vu les énormes bandes présentes autour de l’écran. Le design en aurait peut-être pris un coup, mais on aurait gagné en confort d’utilisation.

Pioneer XDP-100R (16 sur 16)

L’écran est de bonne qualité, avec une bonne luminosité (mesurée à 514 cd/m2) qui permet d’avoir une bonne lisibilité en extérieur, même si le contraste (mesuré à 945:1) aurait pu être un peu plus élevé pour renforcer la capacité de lecture avec un fort soleil. En termes de rendu des couleurs, l’appareil de Pioneer n’est pas au top, avec un point blanc qui tire trop vers le bleu, ce qui s’en ressent dans les températures des couleurs (mesurée à 9000°K) ce qui se traduit par un rendu un peu trop froid et bleuté. On s’y habitue toutefois et ce sont surtout les plus pointilleux qui pourront le remarquer.

 

Lollipop et un lecteur audio

Pour la partie logicielle, Pioneer a fait le bon choix de proposer Android 5.1.1 Lollipop sans interface constructeur particulière, si ce n’est quelques touches d’orange par-ci, par-là. Pour tout le reste, c’est l’interface pure d’Android et on trouve le launcher Google Now avec un widget spécialement créé par Pioneer pour l’occasion. Celui-ci permet de piloter le lecteur musical développé par le constructeur et peut afficher, en fond d’écran, la couverture de l’album en cours de lecture.

XDP-100R-logiciel

Celui-ci est capable de lire l’intégralité des formats musicaux du marché (DSD / DSF / DSD-IFF / FLAC / ALAC / WAV / AIFF / Ogg-Vorbis / MP3 / AAC / MQA) que ce soit en 16, 24 ou 32 bits (qui sera dans ce cas converti en 24 bits avant lecture), à des fréquences d’échantillonnage qui vont de 44,1 KHz à 384 KHz et même 11 MHz pour les fichiers DSD. Le lecteur supporte également différents formats de playlists ‘M3U / PLS et WPL ». On trouve le mode standalone qui permet de couper tous les signaux radio ainsi que l’écran LCD pour tenter de minimiser les interférences de l’appareil lors de la lecture audio.

On espère que Pioneer maintiendra à jour le XDP-100R et le fera passer à Marshmallow pour bénéficier des nouveautés qui peuvent être utiles dans le domaine musical, notamment la baisse de la latence, très importantes pour la création musicale. On apprécie vraiment d’avoir un baladeur audiophile sous Android, ce qui permet de télécharger de nombreuses applications et de profiter de jeux très sympathiques.

 

Enfin l’audio HD sous Android

Le XDP-100R était attendu au tournant pour sa partie audio, puisque c’est le principal argument de vente du produit. Nous n’avons pas été déçus, puisque l’appareil délivre sans problème les promesses qui sont faites. Nous avons téléchargé de nombreux fichiers en audio haute définition sur Qobuz. Nous avons alors eu à disposition des fichiers en 24 bits, avec différentes fréquences d’échantillonnage : 44,1 KHz, 96 KHz et 192 KHz.

Contrairement au Marshall London que nous avons testé il y a quelques mois, l’appareil de Pioneer parvient à faire sortir en PCM 96 et 192 KHz les fichiers à ce format, sans avoir à réaliser un traitement particulier. Pour rappel, l’appareil de Marshall restait bloqué à 48 KHz, quelle que soit la fréquence d’échantillonnage du fichier, réalisant alors un downsampling ou un upsampling. En revanche, l’appareil de Pioneer se limite à une sortie PCM en 48 KHz, et les fichiers audio en 44,1 KHz seront donc upsamplés, ce qui pourrait tordre les oreilles des puristes.

lecteur-audio-XDP-100R

Le baladeur permet d’ailleurs de laisser le choix à l’utilisateur d’upsampler les fichiers 44,1 ; 48 et 96 KHz vers une fréquence supérieure : soit 96 soit 192 KHz. Il est même possible de grimper à 384 KHz avec un DAC branché en USB. On trouve également de nombreux réglages comme un filtre numérique, le lock range, un DSP, un boost des basses, régler le gain à – 3 dB ou encore un égaliseur à 11 bandes. Les audiophiles apprécieront également les options au branchement d’un DAC USB avec le choix du format de sortie SDS, la sortie 3 ou 6 MHz, la conversion DSD, etc. Il est toutefois dommage que tous ces réglages soient à l’intérieur du lecteur logiciel Pioneer et non pas au sein des paramètres globaux d’Android. Les autres applications ne pourront donc pas forcément profiter de toutes ces options.

En termes matériels, on se contentera au choix de la sortie USB pour relier un DAC de bonne qualité, mais aussi la sortie jack qui utilise un amplificateur Sabre 9601K en plus du DAC Sabre ES9018K2M permettant de délivrer une puissance de 2 x 0,75 mW sur 32 Ohms. On note la présence d’un haut-parleur, mais la puissance sonore est vraiment trop faible pour vouloir s’en servir et on se demande donc ce qu’il vient faire ici. Le Pioneer n’intègre aucun microphone, ce qui interdit donc toute utilisation en tant que « téléphone », même si un kit mains libres fera l’affaire. L’absence de micro nous a donc empêchés de mesurer la latence, dommage.

lecteur-audio-2-pioneer

Les puristes apprécieront la séparation totale de la partie « smartphone » de la partie « audio ». L’appareil renferme en effet deux PCB différents, reliés entre eux par une nappe. Chaque PCB dispose d’un rôle dédié, avec les puces nécessaires. Ainsi, le PCB audio intègre les différents DAC et ampli quand le PCB smartphone s’occupe notamment du SoC et des puces de mémoire.

 

Des performances pour tous les goûts

Puisque le XDP-100R est doté d’un Snapdragon 800, nous avons voulu tester rapidement les performances de la puce avec des activités multimédias. Nous avons alors lancé quelques benchmarks et quelques jeux. Le terminal de Pioneer est très performant et n’a pas à rougir face aux smartphones haut de gamme actuels. Les jeux sont fluides, tout comme l’interface, et les scores obtenus sur les benchmarks sont bons. Le XDP-100R peut donc être vu comme un baladeur audio capable de se transformer en petite console de jeu mobile.

3DMark
  • XDP-100R : 19348
  • Galaxy S6 : 22265
  • LG G4 : 18619

 

Autonomie : le point noir

En termes d’autonomie, Pioneer annonce 16 heures en lecture audio de fichiers FLAC 24 bits / 96 KHz avec la batterie de 1630 mAh. L’autonomie annoncée n’est pas spectaculaire puisque la lecture audio se fait avec l’écran éteint et il n’est pas rare d’atteindre 16 heures d’autonomie en lecture vidéo ou en surf sur Internet avec des smartphones un peu plus économes en énergie ou avec une plus grosse batterie.

Sur notre test d’autonomie habituel (lecture d’une vidéo sur YouTube pendant une heure en Wi-Fi avec la luminosité réglée à 200 cd/m2), la capacité de la batterie est passée de 100 à 74 % (une perte de 26 %) quand la moyenne des smartphones testée l’année dernière se situe à 14 %. Vu l’épaisseur et le poids du XDP-100R, on aurait apprécié une batterie d’une capacité plus élevée.

Autonomie
  • XDP-100R : 74
  • Marshall London : 93

 

Prix et disponibilité

Le Pioneer XDP-100R est déjà disponible à un tarif de 799 euros.