Introduction

C’est lors de l’IFA 2017 que nous avions pu découvrir la Samsung Gear Sport, une montre connectée reprenant les grandes lignes des Gear S3 sorties jusque là tout en mettant l’accent sur l’aspect sportif. Arrive-t-elle à reprendre les bons points de ses sœurs, tout en réussissant à se distinguer ? C’est ce que nous allons voir.

Fiche technique

Modèle Samsung Gear Sport Samsung Gear S3
Taille de l'écran 1,2 pouces 1,3 pouces
Technologie d'affichage sAMOLED sAMOLED
Protection de l'écran N/C Gorilla Glass SR+
Définition de l'écran 360x360 360x360
Format écran Circulaire N/C
Processeur N/C Exynos 7270 à 1GHz
Mémoire RAM 768 Mo 768 Mo
GPS Oui Oui
Wifi N/C Oui
Dimension 42,9 x 44,6 x 11,6 mm 46 x 49 x 12,9 mm
Poids 50 grammes 57 grammes
Batterie 300 mAh 380 mAh
Capteur de rythme cardiaque Oui Oui
Podomètre Oui Oui
Accéléromètre Oui Oui
Boussole Oui Oui
Capteur de lumière ambiante Oui Non
Capteur de proximité Oui Non
Rechargement Câble de charge magnétique N/C
Résistance à l'eau 68 68
Prix 175€ 234€
Fiche produit Fiche produit | Test

Design

Dans les grandes lignes, on pourrait ne pas voir de grandes différences entre la Gear S3 et cette Gear Sport. Les deux possèdent la fameuse bague rotative de Samsung, tout autant que deux boutons de navigation sur le côté droit de l’appareil.

La grande particularité de la Samsung Gear Sport est d’être un peu plus carré que le modèle classique, son corps n’étant pas arrondi au bout pour rejoindre naturellement le bracelet. Ici, on a le droit à un design semblant plus franc, plus utilitariste.

Le tout reste tout de même esthétiquement plaisant. Samsung continue sur sa lancée en nous offrant ici une véritable montre avant d’être un objet high-tech, ce qui est à saluer. A noter que la Gear Sport est compatible avec les bracelets standards de 20mm, et fournit d’office des bracelets 46 et 42 mm pour les petits poignets. Une bonne initiative.

Ce bracelet fourni d’office est en caoutchouc, et reste très sobre en n’ayant pour seule fantaisie d’avoir des petites stries discrètes. On apprécie que cette montre « sport » ne tombe pas dans les écueils des montres sportives classiques, qui ont tendance à trop en faire et deviennent souvent esthétiquement difficiles à porter au quotidien. La Gear Sport s’accorde avec tout, et peut donc être portée en toute occasion.

Écran

Samsung est connu pour la qualité de ses écrans AMOLED, et ses montres en profitent également. La Samsung Gear Sport dispose du même écran que la Gear S3 avant elle, à savoir un écran super AMOLED en définition 360 par 360.

L’écran est très agréable à l’oeil qu’importe la situation, mais reste surtout lisible, qu’importe les conditions. A noter que Tizen OS 3.0, qui propulse cette smartwatch, prend en considération les spécificités des écrans AMOLED en favorisant au maximum des fonds noirs, ce qui sublime l’écran.

Utilisation

Au quotidien, la montre est assez agréable à utiliser et remplit facilement sa mission de montre connectée : nous déconnecter quelque peu de notre smartphone. Mais le fait est qu’elle n’est pas forcément la meilleure dans ce cadre d’utilisation.

Elle peut être source de frustration. Quelques comportements de la Gear Sport semblent assez illogiques par exemple, comme le fait de naviguer avec la bague, mais de n’avoir aucun bouton pour valider ses actions, forçant quoi qu’il arrive à passer au tactile.

Cette obligation d’utiliser ses deux mains pour interagir avec la montre peut également agacer de temps à autre, lorsque l’on veut voir ses notifications en ayant les mains prises. Sur ce point, on aurait aimé que Samsung pique les « coups de poignet » d’Android Wear.

Mais surtout, c’est l’illogisme de l’OS de Samsung qui vient vite agacer : lorsque l’on veut effacer une notification, il suffit de la balayer vers le haut. Mais lorsqu’une notification est ouverte, on ne peut pas la balayer… Et certaines notifications s’ouvrent directement, quand d’autres restent totalement discrètes. Le manque de continuité de l’expérience proposée par Samsung nous aura souvent fait froncer les sourcils.

Reste que la Samsung Gear Sport profite de l’univers applicatif partagé avec les S3, et a donc à sa disposition de nombreux cadrans et de nombreuses applications. Elle dispose aussi de Samsung S Voice — toujours pas de Bixby — pour les commandes vocales, activées en disant « Salut Gear ». Elle n’a toutefois pas de haut-parleur contrairement aux dernières Gear S3, et ne peut donc pas prendre d’appels.

Suivi d’activité

Cette absence de haut-parleur est contrebalancée par sa plus grande spécificité : la Samsung Gear Sport est la première (et seule) montre connectée à disposer d’une résistance à l’eau de 5 ATM, soit étanche jusqu’à 50 mètres de profondeur. Il s’agit bien la première montre connectée totalement viable pour les nageurs. Elle profite d’ailleurs d’une application Speedo pour réaliser le suivi de vos sessions piscine.

En prime de cette certification, elle dispose bien évidemment de tous les capteurs que l’on attend d’une montre du genre : GPS, accéléromètre, gyroscope, capteur de fréquence cardiaque, baromètre altimétrique… Tout y est pour réaliser un suivi poussé de la moindre activité.

Et il faut dire que le tout est très réussi. La montre se charge elle-même de reconnaître votre activité, et se trompe rarement. Aussi, il suffit simplement de se lancer, montre au poignet, pour avoir un suivi précis que l’on peut retrouver aussi bien sur la Gear Sport elle-même que sur l’application Samsung Health.

Le tout vous encourage constamment à vous surpasser en définissant des objectifs à surpasser, et en vous congratulant au moindre geste. En ressortent tout de même de nombreuses notifications pas forcément très utiles, mais qui donnent vraiment la sensation d’être constamment actif.

A noter que la montre propose également un suivi du sommeil, pour parfaire encore plus votre hygiène de vie. Il est également possible de suivre manuellement sa consommation d’eau, les calories de ses repas, le nombre de cafés pris… Tous les outils sont là pour suivre avec précision ses activités quotidiennes.

Autonomie

Avec sa batterie de 300 mAh (contre 380 mAh sur la Gear S3), la Samsung Gear Sport dispose d’une capacité légèrement en dessous de ses soeurs… ce qui ne veut pas pour autant dire que son autonomie n’est pas exceptionnelle pour une montre connectée.

Mise au poignet le lundi à 8 heures avec une batterie pleinement chargée, elle affichait 18% le mercredi suivant à 23 heures. Sur deux semaines, la montre pouvait être pleinement utilisée sur 3 journées entières, sans même utiliser la moindre fonctionnalité d’économie d’énergie. Il s’agit toutefois de l’autonomie constatée lorsque l’écran s’éteint automatiquement : comptez 2 jours si vous souhaitez que votre cadran reste constamment affiché.

Pour la recharge, la montre dispose d’une petite base aimantée fournie. Il faut compter entre 30 et 45 minutes pour une recharge complète.

Prix et disponibilité

La Samsung Gear Sport est d’ores et déjà disponible sur le marché, au prix de vente conseillé de 349 euros. Elle est toutefois désormais trouvable aux alentours de 280 euros.

 

Test Samsung Gear Sport Le verdict

confort
7
Bien qu'un peu lourde, comme la plupart des montres connectées, elle reste très agréable à porter et se fait rapidement oublier au quotidien. La formule de Samsung à base de bague rotative reste une excellente idée en soi, très agréable à utiliser pour interagir avec la montre. Nous sommes toutefois toujours forcés d'appuyer sur l'écran à un moment ou un autre, les deux boutons présents servant de "précédent" et de "menu".
écran
9
Comme toujours, Samsung régale les yeux avec ses écrans Super AMOLED. Avec une diagonale de 1,3 pouce pour une définition en 360x360, la Gear Sport reste constamment lisible qu'importe les conditions extérieures et est très agréable à regarder. L'OS Tizen sait qui plus est tirer profit au maximum de la spécificité de ces écrans, résultant en une interface très contrastée et chatoyante.
design
8
Les montres "sport" ont tendance à avoir des designs très portés sur les couleurs vives et les formes étranges. Samsung a su se restreindre et fournir un design différent de ses Gear S3, plus carré et sportif, tout en restant assez sobre pour être viable au quotidien. La Gear Sport peut ainsi aussi bien se porter au bureau qu'à la salle.
fonctions
7
En tant que simple montre connectée, la Gear Sport n'est pas forcément la plus pratique puisqu'elle a besoin d'être utilisée à deux mains pour être fonctionnelle, et que l'OS Tizen de Samsung a encore quelques illogismes qui peuvent être frustrants au quotidien. C'est véritablement en tant que tracker d'activité que la montre fait ressortir ses meilleures qualités, en proposant un suivi automatique très précis.
autonomie
8
Le plus grand défaut des montres connectées a toujours été l'autonomie. Avec la Gear Sport, Samsung offre 3 jours d'utilisation sans effort, faisant que l'on en oublierait presque qu'elle a besoin d'être rechargée. De plus, de nombreux réglages sont disponibles pour pousser cette autonomie toujours plus loin. Le chargement, qui se fait par induction, profite également d'une base aimantée sympathique fournie d'office avec la montre.
Note finale du test 8/10
Samsung s'est placé comme l'un des meilleurs constructeurs du marché des montres connectées, particulièrement grâce au fait que son système d'exploitation maison Tizen permet d'offrir une autonomie supérieure à la plupart des autres OS disponibles (dont Android Wear). Sa Gear S3 désormais bien installée, il se tourne cette fois-ci vers les sportifs avec la Samsung Gear Sport.

Plus de haut-parleurs, mais une étanchéité garantie jusqu'à 50 mètres de profondeur qui en fait la première montre connectée viable pour les nageurs. Et elle convainc : avec son suivi automatique des activités, et son système poussant à toujours plus se surpasser, la Samsung Gear Sport sait pousser l'aspect ludique du sport tout autant que fournir un suivi très précis de ses performances.

Reste que l'expérience Tizen est la même, avec ses qualités comme ses défauts. Samsung n'en a pas profité pour régler les quelques illogismes de son système pour la sortie de Tizen 3.0, et la nécessité d'utiliser ses deux mains et d'appuyer sur l'écran malgré la présence de la bague et de deux boutons laisse toujours un petit goût amer. La Samsung Gear Sport est ainsi un tracker d'activité excellent, mais une montre connectée encore perfectible.
  • Points positifs
    • Excellent suivi automatique d'activité
    • Design sobre
    • Autonomie de 3 jours
    • Etanche jusqu'à 50 mètres
    • Ecran lumineux et réactif
  • Points négatifs
    • Deux mains sinon rien
    • TizenOS encore perfectible
    • Prix élevé