Un mois après sa présentation en Chine, le Honor 8 fait aujourd’hui ses débuts en France et en Europe, à un prix paraissant défier toute concurrence. Ce successeur du Honor 7 est-il vraiment à la hauteur de ses ambitions ? Nous avons pris en main l’appareil et vous livrons nos premières impressions.

honor-8

Fiche technique

Modèle Honor 8
Version de l'OS Android 6.0 (Marshmallow)
Interface Emotion UI
Taille d'écran 5,2 pouces
Définition 1920 x 1080 pixels
Densité de pixels 424 ppp
SoC Kirin 950 à 2,3GHz
Processeur (CPU) Cortex-A53, Cortex-A72
Puce Graphique (GPU) Mali-T880-MP4
Mémoire vive (RAM) 4 Go
Mémoire interne (flash) 32 Go, 64 Go
MicroSD Oui
Enregistrement vidéo 1080p
Wi-Fi Oui
Bluetooth
Réseaux LTE
Bandes supportées 900 MHz, 2100 MHz, 800 MHz, 1800 MHz, 2600 MHz
SIM 2x nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3000 mAh
Dimensions 145,5 x 71 x 7,45 mm
Poids 153 grammes
Couleurs Rose, Blanc, Bleu, Noir, Or
Prix 218 euros
Fiche produit | Test

Un design soigné

Depuis le Honor 7, de nets efforts ont été fournis chez la jeune marque chinoise. Elle conserve un châssis métallique, cette fois arrondi sur les tranches, avec une vitre 2,5D en façade comme au dos. À la manière d’un Galaxy S7 ou d’un iPhone, le Honor 8, très fin, fournit une agréable expérience en main. Avec un petit bonus en termes d’originalité, puisqu’il existe une version bleue de l’appareil, dans un univers dominé par le noir, le blanc et les coloris métalliques.

honor-8-8

Les inspirations de Honor semblent d’autant plus claires que le dos de l’appareil est recouvert d’une vitre, comme un certain Galaxy. L’effet visuel est plutôt réussi, dans un style assez glossy, mais les traces de doigts s’y multiplient rapidement et, à observer les modèles de démonstrations présentés par la marque, les micro-rayures y fleurissent rapidement. Bref, le Honor 8 est fin (7,45 mm), mais mieux vaut le vêtir d’une coque.

honor-8-4

Un point à noter toutefois : le double capteur photo du Honor 8 est protégé par la même vitre que celle couvrant le dos du téléphone. L’effet, très lisse, est réussi. Seul le capteur d’empreintes, rond est assez petit, crée une démarcation au dos du téléphone.

honot-8-2

Écran et performances

Cette coque vitrée abrite un écran qui, bonne nouvelle, n’a pas grandi d’une génération à l’autre, quand les smartphones ont la fâcheuse tendance à s’orienter vers le 5,5 pouces au fil des générations. Honor a ici opté pour une dalle LTPS-TFT LCD de 5,2 pouces à la définition Full HD. À première vue, la dalle est très lumineuse et les couleurs vives. La vitre 2,5D accroit quant à elle l’illusion d’avoir affaire à un écran borderless, même s’il ne l’est pas vraiment.

honor-8-3

Alors que le Honor 7 embarquait un SoC Kirin 925, le Honor 8 s’équipe de la même puce que le Mate 8, qui rivalise avec le Snapdragon 820 et autres Exynos 8890, c’est-à-dire le Kirin 950. Une puce qui a fait ses preuves, ici associée à une quantité généreuse de mémoire vive (4 Go), devrait fournir de bons résultats. En revanche, on constate que le smartphone, même lorsqu’il n’est que peu sollicité, a tendance à chauffer. Espérons que, comme nous, il souffre simplement de la chaleur ambiante, et qu’il se comporte un peu mieux lors des sessions de jeu.

Emotion UI 4.1 avec Marshmallow, sans surprise

Honor fournit logiquement une version Marshmallow 6.0.1 d’Android sur son smartphone, puisqu’il a été annoncé il y a un mois, alors même que Nougat n’était pas disponible sur les Nexus. On peut toutefois espérer une mise à jour d’ici le début de l’année prochaine, Huawei (et donc Honor) testant déjà un EMUI 5.0 basé sur Android 7.0 sur son P9, le cousin de ce Honor 8.

honor-8-interface

Pas de surprise donc au niveau logiciel. Le Honor 8 est dépourvu de tiroir d’applications, présente des icônes colorées et – c’est nettement moins agréable – embarque bon nombre d’applications préinstallées. Un dossier « Meilleures apps » est peuplé de Facebook, Twitter, Shazam, Booking,  Instagram, TripAdvisor et quelques autres, quand un dossier « Jeux » embarque 7 titres signés Gameloft. On se consolera en constatant qu’il est possible de désinstaller facilement de bloatwares somme toute encombrants.

Photo et Multimédia : pas tout à fait le P9

Proche d’un Huawei P9 en termes de format, le Honor 8 dispose d’un point commun supplémentaire avec le smartphone de sa maison-mère : un double capteur photo de 12 mégapixels, avec un capteur RGB et un autre monochrome. Certes, il n’est pas question d’une quelconque certification Leica, mais on s’attendait à un fonctionnement identique à celui du P9. Ce n’est pas tout à fait le cas, puisqu’il n’est pas possible de prendre des photos en noir et blanc en utilisant ce capteur monochrome – l’option n’est pas disponible dans les réglages de l’application. Il faut se contenter de filtres N&B parfois jolis, mais qui n’apportent pas le même piqué aux clichés.

honot-8-7

Ce capteur de 12 mégapixels qui, on le remarquera, fournit des photos lumineuses et détaillées, met à profit ce double capteur pour mieux calculer la profondeur de champ et accroitre la luminosité de clichés. Il est possible, comme chez le Honor 6 Plus, de modifier la mise au point après la capture photo, ce qui fournit des résultats plus ou moins probants selon que les plans de la photo se détachent plus ou moins bien. On s’en doute, c’est typiquement le genre d’option que l’on essaiera au début, mais qui tombera aux oubliettes au bout de quelques jours.

cof

Un essai photo avec le Honor 8

Bon point en revanche, les modes « light painting » inaugurés sur le Huawei P8 sont de la partie, de même qu’un mode time-lapse, qu’un mode Pro en photo et en vidéo. En la matière, on ne dépassera pas la Full HD à 60fps.

Autonomie et capteurs

3000 mAh au lieu de 3100 mAh : le Honor 8 perd 100 mAh de batterie par rapport au Honor 7, ce qui ne nous inquiète pas démesurément. En revanche, il gagne quelques caractéristiques dans l’air du temps. Au capteur d’empreintes qui orne son dos, s’ajoute une puce NFC, mais aussi un port USB Type-C et un port infrarouge. Un port microSD est également de la partie, ainsi que double-SIM.

Le meilleur rapport qualité-prix du moment ?

C’est la véritable question qui se pose à la découverte de ce Honor 8. Facturé 399 euros dans sa version 32 Go (et déjà l’objet de diverses promotions) et 449 euros en 64 Go, le smartphone vient titiller les cadors du segment, ces terminaux haut de gamme vendus quelques centaines d’euros de plus pour des performances équivalentes. Comme le OnePlus 3, il se contente d’une dalle Full HD (et non QHD à la Galaxy S7), mais compense par une fiche technique très homogène ainsi qu’un design léché.

Pas sûr qu’en termes d’autonomie, ce Honor 8 soit aussi convaincant qu’un Huawei Mate 8, ni qu’il rivalise entièrement avec le P9 en termes de photographie. En revanche, il est moins onéreux que ses deux homologues signés Huawei, tandis qu’il a le mérite – contrairement au OnePlus 3 – d’être disponible aisément. Bref, des atouts solides pour se tailler la part du lion sur le marché des smartphones vendus en ligne.