Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Xiaomi Redmi Note 10 Pro : la solide référence à 300 euros

Le Redmi Note 10 Pro est la toute dernière star de Xiaomi à la frontière entre l'entrée et le milieu de gamme. Sans surprise, un excellent rapport qualité/prix est mis en avant par la marque et nous allons voir dans ce test complet du smartphone si les promesses sont tenues.

Ce test a été réalisé avec un exemplaire du Redmi Note 10 Pro prêté par Xiaomi.

Fiche technique du Xiaomi Redmi Note 10 Pro

Un design maîtrisé

À l'instar de ses prédécesseurs, le Xiaomi Redmi Note 10 Pro est un grand smartphone. Nous tenons ici un appareil de 164 mm de haut pour 76,5 mm de large avec une épaisseur de 8,1 mm. En termes de poids, le produit ne dépasse pas la barre des 200 grammes, mais affiche tout de même 193 grammes sur la balance. C'est donc moins lourd que ce à quoi nous pouvions nous attendre.

Le confort de prise en main proposé par le Redmi Note 10 Pro est soigné et appréciable à condition de ne pas être allergique aux grands formats. Sans déborder de raffinement, le smartphone maîtrise ses finitions pour que le châssis en plastique et les deux faces en verre ne provoquent aucun inconfort.

Par ailleurs, malgré une face avant très classique où l'écran plat est percé d'un poinçon centré et encadré de bordures bien visibles, notamment au niveau du menton, le Redmi Note 10 Pro dégage une certaine élégance avec des reflets savamment travaillés pour être jolis sans être clinquants. Le gris anthracite de notre version peut ainsi virer au bleu guède en fonction de la manière dont on le tient. C'est franchement réussi.

Au dos, on trouve aussi un imposant module photo rectangulaire dans le sens de la verticale. Celui est composé de deux étages pour ainsi dire. La base large sur laquelle se trouve notamment le flash est en effet surmontée d'un bloc plus fin où sont logés les quatre capteurs, le principal étant mis en valeur par son cadre réfléchissant.

Je vous laisserai apprécier ou non cette intégration, mais je dois vous préciser que ce module est très protubérant et rend donc que le Redmi Note 10 Pro vraiment bancal si vous le posez à plat sur une table -- à titre personnel, j'ai rarement autant galéré à poser correctement la sonde pour les mesures d'écran que sur ce modèle.

Que dire sinon ? Les tranches du haut et du bas sont très aplaties et logent chacune un haut-parleur pour un vrai son stéréo. Sur le dessus, on trouve aussi une prise jack alors que le port USB-C est évidemment en dessous.

Tous les boutons physiques sont sur la droite et il faut tendre un peu le pouce pour pouvoir monter le volume. La touche de démarrage sert par ailleurs aussi de lecteur d'empreintes.

La résistance aux éclaboussures est garantie par la certification IP53 tandis que la face avant profite d'une protection Gorilla Glass 5.

Un bel et grand écran 120 Hz

Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités et un grand smartphone implique un grand écran. Le Xiaomi Redmi Note 10 Pro embarque ainsi une dalle conséquente de 6,67 pouces. L'affichage AMOLED et le taux de rafraîchissement 120 Hz permettent de profiter très confortablement d'un contraste parfait et d'une fluidité tout à fait appréciable au quotidien.

Ce n'est pas tout. La luminosité maximale est aussi très bonne en atteignant les 654 cd/m², ce n'est pas au niveau des dalles OLED les plus premium, mais c'est vraiment très largement suffisant pour que vous puissiez utiliser votre téléphone sans peine dans les environnements très éclairés.

Partant de ce postulat, l'écran du Redmi Note 10 Pro est déjà très bon pour cette gamme de prix, mais ses qualités ne s'arrêtent pas là. Après avoir dégainé notre sonde et le logiciel CalMAN de Portrait Displays, nous mesurons des espaces colorimétriques sRGB et DCI-P3 très bien couverts sur le mode saturé. Par défaut, le téléphone est réglé sur le mode auto qui ajuste la colorimétrie à la luminosité ambiante.

Dans cette configuration, le sRGB à 194 % et le DCI-P3 -- plus grand et difficile à gérer -- à 130 %. Pour le dire autrement, pour un smartphone à ce prix, le Redmi Note 10 Pro est très bon pour offrir une large palette de couleurs aux yeux de l'utilisateur, ce qui est toujours chouette pour les films et séries.

Mais ces couleurs se rapprochent-elles de la réalité ? Eh bien, la réponse tend vers le oui. Pour cette donnée, nous mesurons le Delta E moyen sur le DCI-P3 et nous estimons que celui-ci est bon quand il tourne autour de 3. Or, sur le Redmi Note 10 Pro, ce Delta E moyen sur le DCI-P3 est à 3,87.

Ce n'est pas mal du tout, car il faut rappeler que nos mesures s'effectuent sur le mode saturé qui favorise l'intensité des couleurs sur leur fidélité. Le vert est au passage le principal point faible de la dalle.

On observe toutefois une dominante de bleu avec une température à 7300 K quand l'idéal se situe à 6500 K. Cette tendance est cependant bien atténuée sur le mode standard ou auto.

MIUI : personnalisations et frustrations

Android 11 et l'interface bien connue MUI 12 sont aux manœuvres ici, exactement comme sur le Redmi Note 10 classique. Sans surprise, ce sont donc les mêmes commentaires que nous ferons ici.

MIUI 12 propose une expérience logicielle très riche en personnalisations (mode sombre, choix des couleurs de contraste, activation ou non du tiroir, taille des icônes...) et se paie même le luxe de proposer, au choix de l'utilisateur, un centre de notifications séparé du panneau des raccourcis et très librement inspiré de ce qui se fait sur iOS. On peut être un peu dérouté au début, mais on s'y fait rapidement !

L'ensemble est plutôt fluide, mais on peut regrette que le menu des paramètres soit encore un peu fouillis pour le néophyte habitué à des interfaces plus proches de la vision de Google sur Android. Xiaomi ne boude pour autant pas la firme de Mountain View, bien au contraire : les applications Google Téléphone et Google Messages sont disponibles par défaut.

Plus globalement, un soin plus poussé sur la traduction des options se fait ressentir. L'activation de la navigation par gestes se cache ainsi dans le menu "Navigation système", ce qui est plus intuitif que "Affichage plein écran" où elle était sur de précédents appareils de la marque. Hélas, toutes les fautes n'ont pas encore été corrigées. Dans les options développeur, une fonction "Ne pas vérrouiller l'écran [sic]" fait grincer des dents avec son accent aigu malvenu.

L'élément le plus agaçant cela dit reste encore et toujours le pseudo antivirus qui analyse les applications téléchargées, même quand elles proviennent du Play Store et en profite ainsi pour afficher de la publicité. Certes, on peut supprimer cela, mais c'est très frustrant à chaque fois.

Autre petit point à noter : la présence d'un certain nombre d'applications tierces préinstallées : Amazon, Facebook, TikTok, eBay, Booking ou encore LinkedIn.

En contrepartie, le téléphone profite du dernier patch de sécurité disponible au moment où nous rédigeons ce test et jouit aussi des contenus SVoD en qualité HD grâce à Widevine L1 -- le plus haut niveau de sécurité du DRM de Google sur Android.

Le son stéréo qui fait plaisir

Les deux haut-parleurs stéréo du Xiaomi Redmi Note 10 Pro font du très bon boulot pour fournir un son de qualité et puissant. Sans être vraiment indiqué pour remplacer une enceinte, le smartphone propose une bonne spatialisation des morceaux écoutés. Par ailleurs, même en poussant le volume à fond, il évite efficacement la saturation.

Cependant, si les médiums sont très bien gérés et que les aigus restent bons, les tonalités les plus graves manquent un peu d'énergie. Xiaomi met en avant une certification Hi-Res audio, même sur l'écoute sans fil, mais rappelons que vous pouvez profiter d'un casque filaire sur ce Redmi Note 10 Pro.

Efficace sur la photo

Quatre capteurs photo. Encore quatre. Une habitude ces derniers temps chez Xiaomi. Il n'y a cependant qu'une seule et unique vraie star dans le module arrière : le capteur principal de 108 mégapixels (f/1,9).

Celui-ci s'accompagne de trois compagnons : un ultra grand-angle de 8 mégapixels avec un champ de vision de 118 degrés (f/2,2), un capteur de 5 mégapixels pour le mode macro (f/2,4) et un dernier de 2 mégapixels pour la gestion de la profondeur (f/2,4).

De jour, les photos classiques réalisées avec le capteur principal -- et obtenues après fusion des pixels -- sont bien éclairées et affichent des couleurs qui sautent agréablement aux yeux. On observe ainsi une légère saturation ne respectant pas tout à fait la réalité.

Pour les photos de nuit, le Xiaomi Redmi Note 10 Pro réussit à capter une bonne dose de lumière pour retranscrire efficacement l'atmosphère des scènes immortalisées. Cependant, ce smartphone reste positionné sur le segment de prix aux alentours des 300 euros et, à ce titre, il ne se débarrasse pas des petits défauts habituels de cette gamme tarifaire.

À savoir : un léger flou et du bruit qui apparait assez clairement quand on zoome dans l'image. Ce n'est rien de bien méchant : les photos en faible luminosité restent efficaces, elles ne sortent juste pas vraiment de l'ordinaire.

En outre, le mode nuit est assez intéressant à analyser dans le sens où, au premier coup d'œil, on ne se rend pas forcément compte de ce qu'il apporte. Il faut prendre le temps de promener le regard sur le cliché pour remarquer les différences. Cette option débouche les zones les plus obscures, observez le coin inférieur droit sur la scène ci-après. En revanche, au niveau du ciel, on pourrait presque croire que c'est l'image normale où le mode nuit est activé.

Bref, cette fonction peut se montrer pertinente selon la situation, mais elle reste assez subtile dans son traitement de la photo.

Le mode 108 mégapixels sur le Redmi Note 10 Pro n'est pas toujours pertinent. Dans l'exemple ci-dessous par exemple il n'apporte guère plus de netteté que la prise de vue classique malgré les bonnes conditions lumineuses.

À l'inverse, sur le panneau de signalisation ci-dessous, on peut voir que la photo de 108 mégapixels préserve beaucoup plus de détails et permet ainsi même de lire ce qu'il y a écrit noir sur blanc. Nous touchons là vraiment à du détail. L'intérêt de cette fonction dépendra vraiment des usages de chacun et variera grandement en fonction de la manière dont la scène est exposée, des éléments photographiés et évidemment de la distance entre le téléphone et le sujet.

L'ultra grand-angle affiche un niveau de détails bien moins important que sur les prises de vue classiques, mais les images ainsi produites restent assez plaisantes à regarder de jour -- moins la nuit où la dégradation est marquée.

Le principal souci de l'ultra grand-angle finalement est de ne pas trouver la bonne formule pour dissiper l'effet de distorsion sur les bords du cliché.

Le mode portrait du Redmi Note pourrait être un peu plus précis dans sa délimitation entre le fond flou et le sujet net, mais il réussit globalement à bien mettre en avant la personne photographiée. Attention, il tombe facilement dans le piège de l'arrière-plan surexposé.

Le mode macro, pour sa part, s'en sort avec les honneurs. Il réussit à préserver de belles couleurs et un niveau satisfaisant de détails. Toutefois, le fait de dédier un capteur spécialement à cette fonction reste superflu.

On peut obtenir de belles photos macro en utilisant l'ultra grand-angle d'un smartphone. Le capteur macro reste un argument plus pertinent sur le plan marketing que sur celui de l'utilisation concrète par un utilisateur.

De l'autre côté du smartphone, le capteur frontal du Redmi Note 10 Pro profite d'une définition de 16 mégapixels. Les selfies qu'il propose sont assez classiques et font le job pour bien préserver les détails sur le visage, mais surexposent trop facilement l'arrière-plan et manquent de netteté en faible luminosité.

Enfin, en ce qui concerne la vidéo, le smartphone sait filmer jusqu'en 4K à 30 fps ou en 1080p en 60 fps.

Un peu trop instable sur Fortnite

C'est un Snapdragon 732G qu'on trouve au sein du Redmi Note 10 Pro. La puce de Qualcomm est associée à 6 ou 8 Go de RAM en fonction de la version choisie. À l'usage, j'ai eu droit à quelques rares ralentissements qui ne paraissent pas bien inquiétants, l'expérience globale étant bien fluide.

Plus frustrant, le jeu Fortnite manque de stabilité. Sur ce smartphone, le titre d'Epic Games peut monter jusqu'au niveau moyen sur les graphismes en 30 fps. Or, le nombre d'images par seconde chute de manière assez visible dès lors qu'on se lance dans une action bien animée (mouvements de caméra agitée, combats au corps à corps, conduite de véhicule à toute allure, saut du bus volant...). J’ai même eu droit à 8/9 fps pendant deux longues secondes.

Sur un jeu plus facile à gérer comme Call of Duty Mobile, on peut profiter d'une expérience plus agréable : la fréquence maximale peut être réglée sur « max ». Attention, ceci dit, elle descendra automatiquement sur le mode « très élevé » si vous poussez les graphismes au maximum -- « très élevé ».

Au moment où nous publions ce papier, le Redmi Note 10 Pro ne fonctionne ni sur 3DMark ni sur GFXBench. Xiaomi semble avoir oublié de lever les restrictions de tests sur ces benchmarks.

Le bon cocktail sur l'autonomie

Avec une grosse batterie de 5020 mAh, le Redmi Note 10 Pro ne jette en rien l'opprobre sur sa lignée réputée pour l'autonomie de ses appareils. Avec ce nouveau rejeton, cette famille de smartphones peut toujours fièrement brandir l'endurance en porte-étendard.

Avec un usage classique, vous tiendrez très aisément pendant deux jours complets, tandis qu'il faut plutôt miser sur la journée et demie en usage plus intensif (jeux vidéo, grosse consommation de vidéos, prise de photos et de vidéos...).

Le bon score enregistré par le Redmi Note 10 Pro sur notre protocole de test personnalisé, ViSer, vient confirmer nos dires. En tenant 14 heures et 19 minutes sur le billard, ce smartphone mérite le qualificatif « endurant ». Autre exemple : sur le gourmand jeu Fortnite, une partie de 20 minutes consomme généralement 6 % d'énergie, signe d'une bonne autonomie.

Ce n'est pas tout, le smartphone est livré avec un chargeur rapide de 33 W fort pratique. Malgré la grande capacité de batterie, on passe de 10 à 66 % de batterie en 30 minutes. Il faudra un tout petit plus d'une demi-heure supplémentaire pour aller jusqu'aux 100 %.

La charge sans fil n'est pas de la partie.

Pas de 5G pour le Xiaomi Redmi Note 10 Pro, mais du NFC

Aucun problème n'est à signaler sur la 4G : le Redmi Note 10 Pro a toujours bien capté le réseau Orange en région parisienne. Toutes les bandes de fréquences françaises sont d'ailleurs compatibles. Notez cependant que la 5G n'est pas au rendez-vous ici, c'est pourtant un point sur lequel un modèle qui se fait appeler « Pro » aurait pu se distinguer par rapport à la version classique. Mais pour cela, il faudra se tourner vers le Redmi Note 10 5G.

En revanche, le Redmi Note 10 Pro a bien droit au NFC pour les paiements mobiles, ce qui n'est pas le cas du Redmi Note 10 classique. Sachez aussi que vous pouvez utiliser deux SIM et une microSD.

Pour les appels, votre interlocuteur entendra bien les bruits autour de vous lorsque vous serez dans un environnement bruyant. Heureusement, cela ne viendra jamais couvrir vos paroles, mais votre voix sera tout de même un peu altérée. Point positif : le micro du Redmi Note 10 Pro se coupe parfaitement dès lors que vous vous arrêtez de parler. Enfin, la géolocalisation s'est toujours montrée précise.

Prix et disponibilité du Xiaomi Redmi Note 10 Pro

Le Xiaomi Redmi Note 10 Pro est disponible en France en trois variantes de RAM et stockage :

Le smartphone est disponible chez Orange, SFR et Bouygues Telecom, les enseignes Fnac, Darty Boulanger, Electro Dépôt, Leclerc, Auchan, Cdiscount, Rue du Commerce et LDLC ; en plus évidemment du site officiel de Xiaomi et les Mi Store de la marque à Paris et à Lyon.