Test du Xiaomi Redmi Note 10 : le nec plus ultra sous les 200 euros

Il remet les pendules à l'heure

Points positifs du Xiaomi Redmi Note 10
  • Agréable prise en main
  • Très bel écran OLED et bonne luminosité
  • L'association MIUI 12 avec Android 11
  • Solides performances
  • Grosse autonomie et charge rapide
  • (prise jack, haut-parleurs stéréo, double SIM et microSD)
Points négatifs du Xiaomi Redmi Note 10
  • Un dos salissant selon le coloris
  • Calibrage de l'écran perfecticle
  • Quelques défauts logiciels
  • Mauvaise polyvalence photographique
  • (pas de puce NFC)
 

Introduction

Le Xiaomi Redmi Note 10 vient mettre un coup de pied dans la fourmilière des téléphones entrée de gamme avec une fiche technique très solide sur le papier, le tout pour moins de 200 euros. Nous l’avons testé, voici notre verdict.

Xiaomi Redmi Note 10

Test du Xiaomi Redmi Note 10, c’est parti ! // Source : Arnaud Gelineau pour Frandroid

Après un Redmi Note 9 moins épatant que ses prédécesseurs, Xiaomi revient en force avec un Redmi Note 10 taillé pour dominer d’une main de maître le segment de l’entrée de gamme. Du moins si l’on se réfère à sa fiche technique de haute volée pour un smartphone de cet acabit.

Fait extrêmement rare pour un téléphone vendu sous la barre des 200 euros, la présence d’un écran OLED constitue l’un des principaux atouts de l’appareil. Ce dernier profite également d’une belle batterie de 5000 mAh, d’une charge rapide et de quatre capteurs photo. Assez parlé, place au test !

Notre vidéo prise en main

Fiche technique du Xaomi Redmi Note 10

Modèle Xiaomi Redmi Note 10
Version de l'OS Android 11
Interface constructeur MIUI
Taille d'écran 6.43 pouces
Définition 2400 x 1080 pixels
Densité de pixels 409 ppp
Technologie Super AMOLED
SoC Snapdragon 678
Puce Graphique (GPU) Qualcomm Adreno 612
Mémoire vive (RAM) 4 Go, 6 Go
Mémoire interne (flash) 128 Go, 64 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 48 Mpx
Capteur 2 : 8 Mpx
Capteur 3 : 2 Mpx
Capteur 4 : 2 Mpx
Appareil photo (frontal) 13 Mpx
Enregistrement vidéo 4K@30 IPS
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 5.0
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
5G Non
NFC Non
Capteur d'empreintes Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Batterie 5000 mAh
Dimensions 74,5 x 160,5 x 8,3 mm
Poids 178.8 grammes
Couleurs Blanc, Vert, Gris
Fiche produit

Ce test a été effectué à partir d’un téléphone prêté par la marque et acheté par la rédaction.

Une formule esthétique peaufinée

Pour son nouveau porte-étendard de l’entrée de gamme — aux côtés du Redmi Note 10 Pro, Note 10 5G et Note 10S –, Xiaomi a réalisé de beaux efforts sur le gabarit de son produit. Le Redmi Note 10 perd quelques grammes et centimètres d’épaisseur comparés à la génération précédente, améliorant de facto sa prise en main qui s’avère très bonne.

Avec ses 178,8 grammes (contre 198 grammes pour le Redmi Note 9), l’appareil mobile se situe ainsi dans une fourchette relativement basse, sans pour autant appartenir à la catégorie des poids plumes. Les 8,9 mm d’épaisseur d’autrefois se transforment ici en 8,3 mm : toujours bon à prendre pour atténuer l’aspect parfois massif de certains produits.

Xiaomi Redmi Note 10

Le dos du Xiaomi Redmi Note 10 // Source : Arnaud Gelineau pour Frandroid

Au dos, la formule évolue légèrement d’une année à une autre : le module photo ne se situe plus au centre, mais en haut à gauche. Un placement plus conventionnel que l’on retrouve sur pratiquement tous les téléphones. Le capteur principal surplombe les trois caméras secondaires, placées en format triangulaire. Pourquoi pas.

La façade arrière a la fâcheuse tendance d’attraper un grand nombre de traces de doigts (surtout sur le coloris vert, moins sur le blanc), mais aussi beaucoup de fines poussières. Privilégiez donc une coque pour éviter cette petite mésaventure esthétique. Sinon, le revêtement en plastique arbore un reflet relativement joli et procure une sensation agréablement lisse au toucher. Sur ce point, pas de fausse note.

À l’avant, le Redmi Note 10 ne prend aucun risque et s’accapare les principaux marqueurs stylistiques du segment. À savoir des bordures plutôt épaisses (surtout le menton), un écran plat et une caméra avant non pas nichée dans une encoche en forme de goutte d’eau, mais un poinçon central. Classique de chez classique, on vous avait prévenu.

Xiaomi Redmi Note 10

Ce deuxième haut-parleur s’invite sur la tranche supérieure du téléphone

Pour marquer sa différence avec la concurrence, Xiaomi n’a pas hésité à ajouter un second haut-parleur : oui, le Redmi Note 10 propose bel et bien du son stéréo. Intéressant pour la consommation de contenus. Ajoutez à ça l’attirail routinier d’un produit abordable, de la prise jack 3,5 mm à la double SIM en passant par un emplacement pour une carte microSD (extension de stockage).

Le tour du propriétaire se conclut avec un verre de protection Gorilla Glass 3 sur la face avant et une certification IP53 pour résister aux éclaboussures d’eau et au dépôt de poussière. Ce n’est pas le top du top, mais c’est déjà ça par rapport à certains rivaux qui n’en bénéficient même pas. Le capteur d’empreintes digitales s’invite enfin au niveau du bouton d’alimentation.

Le meilleur écran de l’entrée de gamme

Difficile de faire plus explicite. Oui, aucun autre téléphone commercialisé sous la barre des 200 euros ne propose une meilleure dalle que celle du Xiaomi Redmi Note 10. Et ce pour différentes raisons. La technologie d’affichage OLED joue d’abord un rôle central en garantissant des contrastes infinis. De mémoire, aucun autre téléphone abordable n’a de l’OLED.

Ensuite, la définition Full HD+ (2400 x 1080 pixels) apporte un nombre de pixels amplement suffisant pour sa diagonale de 6,43 pouces, lorsque certains rivaux — mais pas tous — restent cantonnés à de la HD. La luminosité maximale récolte aussi un très bon score de 653 cd/m2, qui offre une très bonne luminosité même en plein soleil. Sur ce critère, aucun souci à se faire.

Xiaomi Redmi Note 10

Un écran OLED pour des contrastes infinis // Source : Arnaud Gelineau pour Frandroid

D’après les mesures récoltées par notre sonde et le logiciel CalMAN de Portrait Displays, la colorimétrie de l’écran enregistre des résultats plus qu’honorables. En mode saturé, la couverture de l’espace sRGB est de 196 %, lorsque celle du DCI-P3 (plus complexe à gérer) atteint les 131 %. Xiaomi place clairement la barre haute.

Le Delta E moyen embellit encore plus cette copie déjà très propre avec une mesure de 3,7, lorsque l’indice de référence tourne autour de 3. Comme vous pouvez le constater, la fidélité des couleurs n’est pas totalement respectée au niveau du rouge et du vert. Pour le reste, le Redmi Note 10 tire son épingle du jeu avec panache.

Xiaomi Redmi Note 10

Une très bonne fidélité des couleurs dans l’ensemble

Toujours en mode saturé, le téléphone flirte avec des nuances bleutées en raison de sa température de 7300 K, lorsque la bonne moyenne stagne autour des 6500 K. Heureusement, un mode auto adapte les couleurs de l’écran selon la luminosité ambiante. Toujours pratique.

Le seul petit bémol à souligner réside dans le taux de rafraîchissement de 60 Hz. Cette fréquence est certes un standard sur l’entrée de gamme, mais une petite poignée d’appareils grimpe tout de même à 90 Hz. Xiaomi a bien dû faire des concessions pour contenir le prix de son produit : en voilà une totalement légitime.

Android 11, oui vous ne rêvez pas

Très rares sont les smartphones entrée de gamme à pouvoir se targuer d’embarquer Android 11. Et pourtant, le Xiaomi Redmi Note 10 fait partie de cette catégorie, et bénéficie donc des nouveautés apportées par la dernière mouture de l’OS mobile créé par Google. Parmi elles, citons l’enregistreur d’écran natif, les bulles de conversation ou le mode sombre périodique.

En couplant Android 11 à l’interface logicielle MIUI 12, le cocktail logiciel qui en résulte répond à la plupart des attentes. Hautement personnalisable, le système vous donne accès à un mode sombre natif, à la navigation par gestes, au contrôle des couleurs affichées ou encore à la taille des icônes et du texte affiché.

On retrouve aussi la nouvelle version du Centre de contrôles, qui se désolidarise du panneau de notifications. Un petit glissement du haut vers le bas sur la partie droite du téléphone fait dérouler un menu composé de tuiles, lesquelles permettent d’activer ou de désactiver des fonctions. Ici, l’inspiration iOS est totalement assumée.

Le mode « Always Display On », traduit dans les paramètres par « Toujours afficher » n’en est cependant pas vraiment un. Une fois activé, impossible de le configurer : les options « Toujours » et « Programmé » présentes sur le Xiaomi Mi 11, à titre d’exemple, ont disparu. Il faut se contenter de l’option « Pendant 10 secondes après avoir tapé » sur l’écran.

Dans les points négatifs, le sempiternel antivirus lancé à chaque application téléchargée n’a toujours pas plié bagage. N’hésitez pas à le désactiver dans les paramètres. Les mauvaises habitudes de Xiaomi en matière de bloatwares — les applications préinstallées au premier démarrage — continuent elles aussi de plus belle.

Parmi les petits intrus que l’on aimerait rapidement voir déguerpir, citons par exemple Opera, Télécommande Mi, Boutique Amazon, TikTok, Ebay, Agoda ou encore Mi Vidéo. Cinq jeux font aussi partie du lot. Heureusement, la plupart de ces applications sont désinstallables.

Comme à l’accoutumée, MIUI 12 accumule les petites anomalies que l’on remarque au fil de l’expérience. À titre d’exemple, le mode sombre sur Messenger souffre d’un bug d’affichage qui blanchit la barre de recherche. Aussi, le pop-up contextuel au moment de configurer un réveil supprime les espaces entre les chiffres et les lettres de votre alarme.

Concernant la réactivité et la fluidité du capteur d’empreintes digitales, n’ayez crainte. Xiaomi gère parfaitement la chose. Toujours au chapitre des bonnes nouvelles, la certification Widevine L1 lui donne accès aux contenus en qualité HD sur les plateformes SVOD comme Netflix ou Disney+.

Du son stéréo toujours bienvenu

Le Xiaomi Redmi Note 10 est l’un des rares smartphones entrée de gamme à embarquer un haut-parleur sur chaque tranche, supérieure et inférieure. Le son stéréo est donc au rendez-vous, toujours pratique pour consommer du contenu par exemple. Qui plus est lorsque couplé à un écran OLED.

Le système apporte forcément une spatialisation intéressante, bien que déséquilibrée. Le haut-parleur du bas se montre en effet bien plus puissant que son homologue du haut. Quant à la qualité sonore, il y du bien et du moins bien.

La puissance se montre tout à fait à la hauteur, mais le manque de basse se fait clairement sentir sur beaucoup de morceaux. Les médiums sont quant à eux correctement représentés, tout comme les aigus. Mais poussé à fond, le rendu manque parfois de justesse et de finesse. Appareil des écouteurs sans fil n’a posé aucun problème.

Un bon capteur principal et puis c’est tout

La prolifération des capteurs photo n’est pas forcément synonyme de photophone performant. Le Xiaomi Redmi Note 10 embarque quatre caméras arrière, dont voici les caractéristiques :

  • Capteur principal de 48 mégapixels (f/1,79) ;
  • Objectif ultra grand-angle de 8 mégapixels, FOV de 118 degrés (f/2,2) ;
  • Objectif macro de 2 mégapixels (f/2,4) ;
  • Capteur de profondeur de 2 mégapixels (f/2,4).
Xiaomi Redmi Note 10

Le module photo du Xiaomi Redmi Note 10 // Source : Arnaud Gelineau pour Frandroid

Avant de nous lancer dans les analyses photographiques, sachez que le Redmi Note 10 propose un mode IA (Intelligence Artificielle) qui n’est pas activé par défaut. Aucun paramètre, d’ailleurs, ne le permet. Ici, Xiaomi vous pousse donc naturellement à utiliser son appareil photo en mode normal. C’est pourquoi les clichés présentés ont été capturés avec cette option.

Capteur principal

Le capteur principal du Xiaomi Redmi Note 10 joue sur le niveau de détails pour se rendre attrayant. Le piqué des images se montre en effet très satisfaisant pour cette gamme de prix. Nous ne sommes évidemment pas au niveau des Galaxy S21 et autres iPhone 12, mais le téléphone s’en sort bien.

En revanche, les couleurs manquent de peps en raison d’un traitement neutre, limite terne. On aurait peut-être apprécié des couleurs plus vives pour apporter plus de chaleur aux scènes de vie. Aussi, la gestion de la dynamique pêche par moment : une légère surexposition du ciel se fait çà et là ressentir.

Mode IA

Pour tout de même vous donner une idée du mode IA, voici quelques images capturées avec. On remarque une luminosité plus poussée et des contrastes plus marquées, au détriment peut-être d’une très légère perte d’accutance. Attention aussi, le mode AI a souffert de plusieurs bugs logiciels qui l’empêchaient tout bonnement de s’enclencher.

Ultra grand-angle

En ultra grand-angle, la perte de détails est flagrante, tout particulièrement au niveau des bords. Dommage, lorsque cet aspect demeurait l’un des points forts du smartphone. Défauts somme toute traditionnels, l’incohérence colorimétrique et la distorsion optique — bien que légère — font partie des points noirs relevés.

Nuit

De nuit, le capteur principal parvient à conserver un niveau de détails intéressant, sans nous époustoufler non plus. Sur la première photo, la mauvaise gestion du lampadaire crée un effet lens flare forcément désagréable. Sur la troisième image, un bruit numérique prononcé gâche le tout, bien que le ciel normalement plongé dans l’obscurité a bien été éclairci.

Mode nuit

Le mode nuit illumine correctement les scènes nichées dans la pénombre… dont la qualité globale tourne malheureusement au vinaigre. Bref, cette option ne devrait pas être la plus utilisée par les utilisateurs.

Mode 48 mégapixels

Le mode 48 mégapixels intervient de plusieurs manières : il supprime les micro-contrastes, mais perd beaucoup en saturation au niveau des couleurs qui sont de facto moins vives. Le mode parvient à afficher un tout petit plus de détails, sans être excellent sur ce domaine. Mais force est de constater que les immeubles capturés sont davantage réalistes.

Mode macro

On se demande encore pourquoi les constructeurs s’entêtent à ajouter un capteur dédié à la macro, si ce n’est pour faire office de poudre aux yeux du grand public. Comme attendu, ce mode avant tout gadget n’apporte aucune valeur ajoutée à l’expérience tant le résultat manque de sens.

Mode portrait

Le mode portait du Xiaomi Redmi Note 10 est l’un des plus décevants parmi les récents appareils entrée de gamme testés. À quoi bon, d’ailleurs, ajouter un capteur dédié alors que de bons et puissants algorithmes peuvent remplir cette tâche ?

Problème : ni le capteur ni les algorithmes de Xiaomi — pourtant convaincants sur le Mi 11 — ne récoltent nos louanges. Des sujets faciles à mettre en valeur (antennes du Bugdroid) profitent d’un effet bokeh qui n’a pourtant pas sa place. Le contour des sujets manque aussi généralement de précision. Regrettable.

Selfie (classique et portrait)

En selfie, le mode portrait livre une partition très correcte sur un sujet facile, mais plus délicate lors de situations plus complexes. La caméra avant de 13 mégapixels offre quant à elle des clichés convenables qui devrait convenir à la majorité des utilisateurs.

Du côté de la vidéo, le Xiaomi Redmi Note 10 a des atouts à faire valoir grâce à sa capacité à filmer en 4K en 30 FPS, ou en 1080p en 60 FPS.

La bonne dose de puissance

Sur le papier, le Xiaomi Redmi Note 10 n’a pas l’air d’un foudre de guerre avec son processeur Qualcomm 678 et ses 4 Go de RAM. Et pourtant, sa puissance se montre suffisante pour effectuer un grand nombre de tâches.

Certes, nous n’avons pas ici affaire au survitaminé Snapdragon 888, mais la puce du Redmi Note 10 se défend tout de même avec de belles armes. Et pour cause. Là où la quasi-totalité des téléphones du même segment ne peuvent faire tourner Fortnite, le Qualcomm 678, lui, y parvient.

Xiaomi Redmi Note 10

L’expérience sur Fortnite n’est pas parfaite, mais le téléphone arrive tout de même à le faire tourner // Source : Arnaud Gelineau pour Frandroid

Ne vous attendez pas en revanche à une expérience graphique optimale et une parfaite fluidité. Les paramètres nous limitent à du 30 FPS et une qualité « Faible ». Avec la résolution 3D poussée à 100 %, les chutes de FPS et les latences sont nombreuses. Il faut vraiment le vouloir pour jouer dans ces conditions.

Avec la résolution 3D à 75 %, c’est déjà mieux, mais pas parfait non plus. En somme, le Xiaomi Redmi Note 10 n’est pas taillé pour faire tourner les jeux 3D les plus gourmands. Mais sa capacité à propulser Fortnite reflète en partie ses très belles performances. Bref, le téléphone en a quand même un minimum sous le capot.

Modèle Xiaomi Redmi Note 10 Xiaomi Redmi Note 9 Realme 7i Xiaomi Poco M3 Oppo A53s
AnTuTu 8 222912 191 662 202412 186550 119241
AnTuTu CPU 95513 N/C 74958 71803 54559
AnTuTu GPU 30651 N/C 43366 33767 8740
AnTuTu MEM 47396 N/C 42079 44272 35830
AnTuTu UX 49352 N/C 42009 36708 20112
PC Mark 2.0 7036 8799 8889 5948 6068
3DMark Slingshot Extreme 1441 N/C 1389 1182 853
3DMark Slingshot Extreme Graphics 1250 N/C 1125 1030 728
3DMark Slingshot Extreme Physics 3100 N/C 2616 2452 2146
3DMark Wild Life 480 N/C 700 367 340
3DMark Wild Life framerate moyen 2.90 FPS N/C 4.20 FPS 2.2 FPS 1.4 FPS
GFXBench Aztec Vulkan/Metal high (onscreen / offscreen) 5.2 / 3.5 FPS N/C 9.3 / 3.1 FPS 4.3 / 2.8 FPS 6.1 / 2 FPS
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen) 7.7 / 9.3 FPS N/C 17 / 9.8 FPS 6.4 / 7.2 FPS 9 / 5.2 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen) 21 / 25 FPS N/C 43 / 25 FPS 18 / 19 FPS 24 / 14 FPS
Lecture / écriture séquentielle 497 / 221 Mo/s 297 / 244 Mo/s 314 / 184 Mo/s 515 / 268 Mo/s 505.8 / 244.8 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire 32408 / 29427 IOPS 16600 / 36700 IOPS 21362 / 22070 IOPS 40558 / 40180 IOPS 32540 / 32829 IOPS

Au quotidien d’ailleurs, peu de reproches ne peuvent lui être faits. Dans sa globalité, la navigation apporte un niveau de fluidité tout à fait satisfaisant. Surfer sur internet, voguer dans des applications, discuter avec des amis ou encore regarder du contenu font partie des usages bien exécutés par le téléphone. Des très légères latences apparaissent ça et là au moment d’ouvrir une application, mais cela reste supportable.

Ne vous attendez pas non plus à vivre l’expérience ultime : nous parlons ici d’un appareil entrée de gamme. Mais dans l’idée, il répondra à beaucoup de vos usages avec réussite. Au jeu des benchmarks, son score Antutu — qui représente l’expérience entière — domine au passage un Realme 7i déjà très convaincant dans la pratique.

Xiaomi Redmi Note 10

Source : Arnaud Gelineau pour Frandroid

J’ai néanmoins remarqué au bout de quelques jours d’utilisation une légère baisse des performances relative à des situations très spécifiques : au moment d’écrire un message, le clavier se montrait par exemple plus lent, sans explication aucune. Avec peu de batterie, le téléphone perd aussi en vélocité.

Le gain de performances avec le Redmi Note 9 (Helio G850) est cependant flagrant.

Belle autonomie et charge rapide font bon ménage

Les références de l’entrée de gamme ont cette réputation de tenir sur la durée grâce à des grosses batteries de 5000 voire 6000 mAh. Celle du Redmi Note 10 — de 5000 mAh en l’occurrence — renforce encore plus cette idée. En clair : le téléphone ne vous laissera pas tomber au beau milieu d’une journée.

L’accumulateur du Redmi Note 10 est amplement suffisant pour en profiter durant deux belles journées en utilisation classique. Pour les utilisateurs plus modérés, vous pourrez le pousser encore un petit peu plus long. Cet best seller rejoint donc les très bons élèves du segment.

https://www.frandroid.com/guide-dachat/smartphones/346702_guide-dachat-smartphones-meilleure-autonomie-moment

De la charge rapide sur de l’entrée de gamme, c’est une chose rare ! // Source : Arnaud Gelineau pour Frandroid

Pour vous donner une idée, l’appareil mobile n’a perdu que 5 % de batterie après une session de Fortnite de 20 minutes. Lorsque ses concurrents se voient en moyenne retirer 7 % sur un même laps de temps. La consommation de contenus audiovisuels ne lui fait pas peur non plus : le Redmi Note 10 encaisse bien les longs visionnages sur YouTube, Netflix et compagnie.

Clou du spectacle : Xiaomi a ajouté une « vraie » charge rapide dans la boîte. Souvent à tort, et principalement pour des raisons marketing, les fabricants n’hésitent pas à qualifier leur charge de rapide alors qu’elle ne délivre qu’une puissance de 15 ou 18 W. Ce n’est généralement pas suffisant pour recharger un accumulateur de 5000 mAh au minimum.

Le Redmi Note 10 et son chargeur de 33 W font donc figure d’exceptions sur l’entrée de gamme. Voici les données recueillies lors d’une séquence de recharge :

  • De 7 à 30 % : 12 minutes ;
  • De 7 à 50 % : 25 minutes ;
  • De 7 à 80 % : 39 minutes ;
  • De 7 à 100  % : 1h20.

Réseau et communication du Xiaomi Redmi Note 10

Le Xiaomi Redmi Note 10 testé par la rédaction est uniquement compatible avec la 4G — toutes les bandes de fréquences françaises en l’occurrence –, mais une déclinaison 5G a également été lancée par le fabricant. À noter qu’aucune puce NFC n’a été ajoutée pour les paiements sans contact et les titres de transport dématérialisés.

https://www.frandroid.com/guide-dachat/smartphones/346702_guide-dachat-smartphones-meilleure-autonomie-moment

Source : Arnaud Gelineau pour Frandroid

Au niveau des appels téléphoniques, le smartphone rencontre quelques difficultés à atténuer à 100 % les nuisances sonores ambiantes (voix, circulation, klaxon) lorsque vous discutez avec votre interlocuteur. Les micros se coupent en revanche très bien au moment où vous vous arrêtez de parler. Aussi, votre timbre de voix est légèrement modifié par rapport à la réalité.

Plusieurs petites imprécisions sont à mettre au crédit de la géolocalisation, mais elles ne m’ont jamais gêné pour rejoindre une destination.

Prix et date de sortie du Xiaomi Redmi Note 10

Le Xiaomi Redmi Note 10 est disponible au prix de 199,90 euros en configuration 4/128 Go sur le site officiel de la marque. Sur AliExpress, le téléphone peut se trouver pour quelques dizaines d’euros de moins. Une véritable affaire.

Notre avis sur Le Xiaomi Redmi Note 10

design
8
Moins épais et plus léger que son prédécesseur, le Xiaomi Redmi Note 10 profite d’un gabarit légèrement repensé qui apporte une agréable prise en main. Sans extravagance, le téléphone empreinte les marqueurs esthétiques du segment avec réussite, mais se démarque tout de même grâce à ses haut-parleurs stéréo, rares à ce prix-là. Double SIM, prise jack et carte microSD en bonus.
écran
9
Écran OLED aux contrastes infinis, définition Full HD+ sur une dalle de 6,43 pouces, très bonne luminosité : le Xiaomi Redmi Note 10 accumule les bons points et propose le meilleur écran des téléphones abordables. Ajoutez à ça une belle palette des couleurs, mais un calibrage perfectible. Le taux de 60 Hz ne constitue pas un gros point faible compte tenu de son prix.
logiciel
8
MIUI 12, c’est bien, mais avec Android 11, c’est encore mieux. Bonne nouvelle, le Xiaomi Redmi Note 10 embarque cette formule logicielle à son bord et propose logiquement une interface hautement personnalisable. Attention cependant à l’accumulation de petites incohérences (thème sombre parfois capricieux, antivirus, nombre de bloatwares) qui ternissent cette belle recette, sans pour autant la condamner.
caméra
7
Sans révolutionner le genre, la caméra principale du Xiaomi Redmi Note 10 s’en tire avec les honneurs grâce à un bon niveau de piqué, mais un traitement logiciel peut-être trop neutre — voire limite terne — pour se distinguer. Ses prestations tout à fait correctes de nuit et en mode 48 mégapixels sont contrebalancées par l’inutilité du capteur macro et de profondeur.
performances
9
Le Xiaomi Redmi Note 10 séduit par ses performances parfaitement taillées pour les tâches quotidiennes relativement simples. Les rares ralentissements et la navigation plutôt fluide rendent son utilisation vraiment agréable. Sa capacité à faire tourner Fornite — basse qualité et latences — reflète d’ailleurs bien sa puissance. Bref, c’est un allié serein.
autonomie
10
C’est une note maximale que récolte le Xiaomi Redmi Note 10 en matière d’autonomie : grâce à sa batterie de 5000 mAh, le téléphone tient amplement deux belles journées en usage mixte, voire un poil plus avec une utilisation vraiment modérée. Clou du spectacle : une charge rapide de 33 W — très rare sur ce segment — lui permet de retrouver 80 % d’énergie en moins de 40 minutes. Que demander de plus.
Note finale du test
9 /10
Le Xiaomi Redmi Note 10 bouscule le segment de l’entrée de gamme et remet les pendules à l’heure. Entre son design efficace, son écran OLED aux contrastes infinis, sa vélocité au quotidien, son autonomie confortable (avec charge rapide) et Android 11 installé nativement, il est aujourd’hui difficile de trouver meilleur smartphone à moins de 200 euros.

Ce best seller en devenir accumule les bons points, mais n’est pas exempt de tout reproche. Son interface logicielle souffre encore et toujours de quelques anomalies que Xiaomi pourrait corriger via une mise à jour, alors que la multiplication des capteurs photo n’apporte pas la polyvalence espérée. La caméra principale remplit bien son rôle, sans exceller non plus.

Il n’empêche que le Xiaomi Redmi Note 10 s’appuie sur des bases très solides qui mettent clairement à terre la concurrence des derniers mois. La gamme retrouve ses lettres de noblesse après un Redmi Note 9 moins épatant. Xiaomi dicte ici sa loi, et a bien décidé de le faire comprendre.

Points positifs du Xiaomi Redmi Note 10

  • Agréable prise en main

  • Très bel écran OLED et bonne luminosité

  • L'association MIUI 12 avec Android 11

  • Solides performances

  • Grosse autonomie et charge rapide

  • (prise jack, haut-parleurs stéréo, double SIM et microSD)

Points négatifs du Xiaomi Redmi Note 10

  • Un dos salissant selon le coloris

  • Calibrage de l'écran perfecticle

  • Quelques défauts logiciels

  • Mauvaise polyvalence photographique

  • (pas de puce NFC)

Les derniers articles