Il y a presque un mois, le constructeur chinois Huawei avait dévoilé sa propre architecture 64 bits quadruple-cœur HiSilicon K3V2 basée sur un ARM Cortex-A9 et gravée en 40 nm, avec une cadence de 1,2 à 1,5 GHz.

huawei-ascend-d-quad-xl

Pour simple rappel, le premier smartphone à en bénéficier est le Huawei Ascend D Quad XL avec une architecture cadencée à 1,5 GHz. Face à NVIDIA, cette architecture ne semble pas intégrer de cœur compagnon qui gérerait les tâches à faible consommation, cependant elle embarque un total de 16 unités de calcul sur la partie graphique, soit 4 unités de calcul supplémentaires face au Tegra 3.

Pour le premier point, les tests ont été réalisés sur les mégapixels par seconde de la résolution native de chaque périphérique :

Sur ce test on constate que le Huawei est devant le Galaxy Note (architecture double-cœur Samsung Exynos à 1,4 GHz), devant la Transformer Prime (architecture quadruple-cœur NVIDIA Tegra 3 à 1,4 GHz), ainsi que devant le Galaxy S II LTE (architecture double-cœur Qualcomm MSM8260 à 1,5 GHz). Les terminaux que je cite ont pratiquement les mêmes définitions d’écran.

Sur le second point, c’est Nenamark qui a été choisi, un benchmark qui va permettre d’établir une moyenne d’image par seconde (fps) des graphismes en 3 dimensions :

Ici le Huawei Ascend D Quad l’emporte haut la main avec un score de 62,5 fps, devant un HTC (Adreno 225) à 56,1 fps, l’ASUS Transformer Prime (GeForce ULP2) à 49,1 fps et le Samsung Galaxy Note (Mali-400MP) à 33,6 fps. Une fois de plus, les terminaux que j’ai cité dans la précédente phrase ont pratiquement les mêmes définitions d’écran.

Comme je l’avais fait remarquer dans mon précédent article, c’est un très bonne initiative de la part de Huawei de vouloir s’imposer face à NVIDIA et aux autres constructeurs dans le domaine de la technologie mobile avec cette petite surprise que l’on pourrait presque qualifier d’inattendue et de surprenante. Au prochain MWC et peut-être même avant au CES, il se pourrait fortement que l’on commence à découvrir les premières architectures ARM Cortex-A15 gravées en 32 et 28 nm, double et quadruple-cœur.

A présent, espérons seulement que les développeurs de jeux vidéos sur Android aient prévu le coup en marquant dans leur petit carnet l’optimisation à réaliser pour cette nouvelle architecture à quatre cœurs, car il faut l’avouer ce nouveau smartphone risque de faire beaucoup d’heureux, avec des tarifs qui pourraient s’avérer très intéressants face à ses concurrents, pour une sortie prévue dès le mois prochain (avril 2012) sur le marché européen.

Qui sait, si ça marche pour lui, peut-être que d’autres smartphones ou tablettes verront le jour chez Huawei et même chez d’autres constructeurs.

L’article complet est disponible chez nos confrères de Nordic Harware.