Facebook tente de rentabiliser les Facebook Live qui gagnent en popularité. Pendant cette phase d’expérimentation, le réseau social tente de trouver un modèle économique qui change de son modèle actuel, pour rémunérer les créateurs.

facebook-live-android-screen

Facebook voit dans ses vidéos en direct un vrai potentiel pour en faire un support adapté aux pubs. Mais pas question d’imiter les pubs de YouTube, qui ruinent l’expérience utilisateur, d’après Mark Zuckerberg, le CEO de Facebook. Facebook n’est d’ailleurs pas étranger aux publicités vidéos, puisqu’il en propose au milieu des posts directement dans le fil d’actualité.

Pour les vidéos en direct, les vidéos Facebook Live, le réseau social veut trouver un moyen d’insérer des publicités qui ne nuiraient ni à l’audience ni au contenu. Il veut donc reprendre le principe des publicités de télévision, qui coupent les programmes à un moment précis. Le réseau social a déjà établi des directives par rapport aux publicités. Elles ne doivent pas dépasser les 15 secondes, ce qui devrait limiter le type de contenu promu, et ne peuvent être intégrées qu’après 5 minutes de vidéo, ce qui encore une fois devrait limiter le nombre de vidéos concernées par l’initiative.

Une initiative potentiellement rentable

Le modèle économique ne devrait pas trop différer du modèle actuel. Après une enchère entre les différents publicitaires pour toucher une cible plus ou moins large, Facebook placera la publicité sur les fils d’actualités des personnes comprises dans la cible du publicitaire.

Pour Facebook en revanche, cela peut s’avérer très lucratif, à condition de trouver le bon modèle économique pour répartir les bénéfices entre l’auteur de la vidéo et Facebook. Pour l’instant, dans la période de tests, seuls quelques créateurs de contenus ont été sélectionnés pour essayer la fonction. Facebook rémunère (probablement forfaitairement) les utilisateurs qui acceptent l’affichage de publicités et conserve pour lui les gains engrangés par la suite. Un modèle qui pourra changer à l’avenir, avec un modèle qui pourrait s’approcher de celui de YouTube : une répartition des revenus publicitaires entre les créateurs et YouTube.

Enfin, les publicitaires pourront décider de ne pas afficher leurs pubs sur certains contenus en direct, comme les fusillades policières qui ont contribué à la démocratisation des Facebook Live.

Facebook précise toutefois que la fonction étant en période d’essai, rien ne garantit qu’elle sera définitivement implémentée dans le futur. Cette tentative pourrait cependant permettre à Facebook d’intégrer davantage de publicités sur le fil de ses utilisateurs, sans pour autant surcharger la page. Une problématique mise en avant lors de la conférence F8, où le directeur financier de Facebook a laissé entendre que le nombre de publicités sur un fil d’actualité ne pouvait plus beaucoup augmenter.