Introduction

Review of: Chromecast 2
Product by:
Manuel Castejon

Reviewed by:
Rating:
5
On 8 octobre 2015
Last modified:24 novembre 2015

Summary:

Pour 39 euros, le Chromecast 2 est un appareil formidable. Il n'est certes pas dépourvu de défauts, et ne trouvera pas sa place dans tous les foyers tant son utilisation peut se montrer redondante avec les nouvelles installations (téléviseurs connectés, services disponibles sur consoles de jeu et box Internet…), mais ses avantages sont certains et son petit prix lui permet d'être abordable. Pour ceux qui souhaitent profiter de leur contenu multimédia sur grand écran, qu'il soit en ligne (YouTube, Netflix…), ou en local (Plex, Kodi, onglet Chrome…), la solution de Google est aussi simple d'accès et bon marché qu'elle est efficace.

Mais ça, nous le savions déjà l'année dernière. La véritable question qui vaut le coup d'être posée est de savoir si cette seconde génération apporte un plus par rapport à la première. À cela, nous ne pouvons malheureusement pas répondre par l'affirmative. Les améliorations sont là, c'est certain. Les temps de chargement sont divisés par deux sur du contenu vidéo en ligne, le framerate et l'input lag sont beaucoup plus acceptables lors de la diffusion d'un jeu depuis l'écran du smartphone et aucun adaptateur n'est nécessaire pour le brancher sur des ports un peu difficiles d'accès, mais cela restera relativement négligeable pour la plupart des utilisateurs.

Le 29 septembre dernier, Google accouchait de deux petits frères du Chromecast, sa clé HDMI sortie en 2014 dans l’Hexagone. Si le Chromecast Audio, dédié à la Hi-Fi, est celui qui a attiré le plus l’attention, le Chromecast 2 n’est pas à oublier pour autant. A-t-il de quoi faire oublier l’excellente première génération ? Les changements sont-ils pertinents ? Nous allons tenter d’apporter quelques éléments de réponse à ces questions.

Chromecast-2-21

Une forme totalement revue

Pour cette seconde génération, Google a décidé de revoir totalement le design de son produit. Adieu le format clé USB, bonjour la soucoupe accrochée au bout d’un câble. Plat, ce dernier possède l’avantage de ne pas s’entortiller dans tous les sens. Malheureusement, il possède également le défaut… de ne pas s’entortiller dans tous les sens. En effet, si cela représente un avantage dans certains cas, le câble reste plutôt rigide, ce qui, selon les configurations, peut laisser le Chromecast en lui-même dépasser légèrement du bord du téléviseur. Fort heureusement, dans la plupart des cas, cela ne devrait pas poser de problème. En outre, cette particularité s’avèrera un précieux atout pour les téléviseurs accrochés au mur, qui ne disposent pas forcément de l’espace nécessaire pour insérer un appareil au format clé comme la première génération.

 Chromecast-2-15

Diamétralement opposé au câble HDMI se trouve un port micro-USB afin d’alimenter le bébé, qui fonctionne toujours grâce à une source d’énergie externe. Deux solutions sont alors possibles : le brancher en USB sur le téléviseur (ou n’importe quel appareil disposant d’un port USB alimenté en permanence, comme certaines consoles de jeu), ou sur secteur grâce à l’adaptateur idoine fourni. Son câble de 1,50 mètre est par ailleurs plutôt confortable et possède un système d’accroche velcro pour les maniaques du cable management.

Chromecast-2-9

En lui-même, le Chromecast n’est pas repoussant, même s’il s’agit là d’un point très subjectif. Sur le dessus, il arbore un plastique brillant frappé en son centre du logo Chrome, mat. Dépouillé de ses couleurs habituelles (rouge, jaune, vert et bleu), il n’est pas sans rappeler de loin le logo de Beats. Les fans de la marque de Dr. Dre comme les autres n’y prêteront toutefois pas réellement attention.

Google a particulièrement soigné sa copie et a pensé à intégrer un petit aimant sur l’embout HDMI afin de rabattre le câble sur le boîtier et de faciliter son rangement.

Chromecast-2-1

Enfin, Google a eu la riche idée de décliner son nouveau matériel en trois coloris, noir, jaune et rouge. Une riche idée, si le Chromecast 2 n’était pas destiné à rester caché derrière le téléviseur…

Une mise en place toujours aussi simple

Pour démarrer avec son nouveau Chromecast, la procédure est la même que pour la première génération, et reste donc facile et intuitive. Une fois l’appareil branché d’une part sur l’écran et d’autre part à une source d’énergie, il vous invite à vous rendre sur l’application Chromecast (sur Android ou iOS), ou sur la page Internet dédiée. Quelques minutes plus tard, après avoir suivi les instructions qui s’affichent à l’écran, votre Chromecast 2 est prêt à diffuser du contenu !

configuration-chromecast-2

Une large palette d’utilisations

Tout comme la première génération, les utilisations du Chromecast sont diverses et variées. Afin de rendre cela encore plus intuitif, l’application dédiée sert également de catalogue afin de trouver du contenu compatible.

Depuis un smartphone, la principale utilité est la diffusion de contenus multimédia, qu’ils soient vidéo ou musicaux. YouTube, Netflix, Twitch, Google Play Films, Google Play Musique, Spotify, Qobuz, Deezer, Plex… Les possibilités sont nombreuses et la liste s’étoffe régulièrement, ajoutant toujours plus de cordes à l’arc de ce petit appareil bien pratique pour quiconque ne possède pas de télé connectée. Précisons que pour le moment, certaines applications comme Spotify ne sont pas encore compatibles avec la première génération, offrant un avantage à ce nouveau modèle.

Mise à jour : Spotify est désormais compatible avec tous les Chromecast.

spotify-logo

On y trouve même des jeux qui animeront sans problème les soirées entre amis ou en famille. Les titres dédiés sont néanmoins encore assez rares, et pas toujours bien optimisés. Heureusement, il est par ailleurs possible de caster directement l’écran de son téléphone afin de jouer sur grand écran. Si c’est globalement jouable, quelques chutes de framerate viennent de temps à autre entacher l’expérience. Pour autant, l’input lag (latence entre le moment où l’utilisateur appuie sur le bouton et le moment où son action est répercutée à l’écran) est assez faible pour pouvoir jouer à Ski Safari 2 par exemple, ce qui n’est pas le cas sur un Chromecast de première génération, où les saccades sont bien trop omniprésentes pour anticiper le moindre obstacle.

google-chromecast-2-golf

Depuis un ordinateur, le Chromecast permet de diffuser des vidéos (depuis un lecteur compatible comme YouTube et Twitch, ou depuis le disque en passant par des services comme Plex), ou de caster directement son onglet. Pratique pour remplacer une présentation type PowerPoint, cela reste très limité, notamment en raison du temps de latence à l’utilisation. N’espérez pas gagner une partie de Pong de la sorte.

Toutes ces utilisations sont néanmoins les mêmes qu’avec le premier Chromecast.

Performances et nouveautés

Outre sa nouvelle apparence, la principale nouveauté du Chromecast 2 est sa compatibilité avec les réseaux WiFi 5 GHz, dont la portée est plus courte, mais qui offre des débits supérieurs. En outre, Google promet une meilleure mise en cache, évitant ainsi de passer trop de temps à mettre du contenu dans le buffer avant de l’afficher.

Concrètement, qu’est-ce que cela change ? Pour répondre à cette question, nous avons branché un Chromecast à une connexion fibre très haut débit par le biais d’un réseau 2,4 GHz, et un Chromecast 2 à la même connexion par le biais d’un réseau 5 GHz. Nous avons ensuite envoyé du contenu simultanément sur les deux appareils en chronométrant le temps de chargement. En moyenne, le Chromecast 2 a mis 6,26 secondes avant d’afficher la première image (avec un score maximal de 14,27 secondes sur Google Play Films). De son côté, le premier Chromecast affiche une moyenne de 12,03 secondes (avec un score maximal de 18,08 secondes sur Google Play Films).

Chromecast-2-19

Autrement dit, le Chromecast 2 charge environ deux fois plus rapidement que son prédécesseur, ce qui peut paraître impressionnant énoncé de la sorte, mais qui ne révolutionne toutefois pas l’utilisation au quotidien. De même, il est vrai que la vidéo arrive plus rapidement à charger sa qualité maximale, mais encore une fois, cela ne touchera que ceux dont la connexion n’est pas optimale, tout en étant assez bonne pour proposer un débit suffisant au Chromecast. Autant dire que les bienfaits sont plutôt restreints.

En théorie, la portée du WiFi 5 GHz est moindre, et il devrait être plus difficile de diffuser du contenu si le Chromecast se trouve un peu loin du modem. Néanmoins, comme il est également soumis à moins d’interférence en provenance d’autres appareils, il n’est pas impossible que le Chromecast 2 ait une meilleure portée chez vous que le premier du nom. Lors de nos essais par exemple, nous avons réussi à faire fonctionner un Chromecast 2 environ 3 mètres plus loin du routeur que le Chromecast. Pas de quoi y voir une franche révolution, mais c’est appréciable.

Chromecast-2-5

Enfin, la construction du Chromecast 2 est censée le rendre moins sensible à la chauffe. Encore une fois, dans la pratique, la différence est légère. Quoi qu’il en soit, après une heure d’utilisation, le nouveau petit boîtier de Google est quasi aussi chaud que la clé HDMI de l’année dernière. Il dispose cependant d’un avantage certain : son embout HDMI reste tempéré, ce qui évite les mauvaises surprises pour ceux qui débranchent l’appareil après chaque utilisation.

Disponibilité

Le Chromecast 2 est disponible depuis quelques jours déjà sur le Google Play Store au prix de 39 euros.

Il n' y a pas d'offres pour le moment

Chromecast-2-4

 

Note finale 9/10
Pour 39 euros, le Chromecast 2 est un appareil formidable. Il n'est certes pas dépourvu de défauts, et ne trouvera pas sa place dans tous les foyers tant son utilisation peut se montrer redondante avec les nouvelles installations (téléviseurs connectés, services disponibles sur consoles de jeu et box Internet…), mais ses avantages sont certains et son petit prix lui permet d'être abordable. Pour ceux qui souhaitent profiter de leur contenu multimédia sur grand écran, qu'il soit en ligne (YouTube, Netflix…), ou en local (Plex, Kodi, onglet Chrome…), la solution de Google est aussi simple d'accès et bon marché qu'elle est efficace.

Mais ça, nous le savions déjà l'année dernière. La véritable question qui vaut le coup d'être posée est de savoir si cette seconde génération apporte un plus par rapport à la première. À cela, nous ne pouvons malheureusement pas répondre par l'affirmative. Les améliorations sont là, c'est certain. Les temps de chargement sont divisés par deux sur du contenu vidéo en ligne, le framerate et l'input lag sont beaucoup plus acceptables lors de la diffusion d'un jeu depuis l'écran du smartphone et aucun adaptateur n'est nécessaire pour le brancher sur des ports un peu difficiles d'accès, mais cela restera relativement négligeable pour la plupart des utilisateurs.
  • Points positifs
    • Très bon rapport qualité/prix
    • Finition très propre
    • Le cable HDMI plat et rigide
    • Une légère amélioration
  • Points négatifs
    • Une TROP légère amélioration