En ce début d’année 2013, Sony est très actif sur le front des annonces de téléphones. Nous attendons tout d’abord de nouveaux produits pour très vite : Xperia Z Ultra / ZU / Togari dont l’annonce est pour le mois de juillet a priori, et le Honami à la rentrée. Ensuite, depuis l’annonce du Xperia Z début janvier au CES, le constructeur japonais nous a inondés de nombreux terminaux avec notamment le Xperia L, le Xperia SP, le Xperia ZR (non disponible en France) et le Xperia ZL (annoncé au même moment que le Xperia Z mai qui n’est que très peu disponible en Europe). Bref, tout un tas de téléphones qui n’aide pas à y voir clair dans la gamme du constructeur. Dans ce test du Sony Xperia M, nous allons donc essayer de replacer le produit dans la gamme de Sony.

DSC_0854

Sachez tout d’abord que ce Xperia M est un produit d’entrée de gamme, tout comme le L qui a été annoncé un peu plus tôt dans l’année et dont vous pouvez retrouver le test ici. Contrairement à ce dernier qui dispose d’un design hérité de la gamme Arc de Sony Ericsson, le M dispose d’un design tiré directement du Xperia Z. Que penser du Xperia M par rapport au L et à la concurrence sur l’entrée de gamme ? Est-il à la hauteur ? Vaut-il le coup d’être acheté ? Ce sont autant de questions auxquelles nous essaierons de répondre dans notre test du Sony Xperia M.

Fiche technique

ModèleSony Xperia M
VersionAndroid 4.1 (Jelly Bean)
Écran4 pouces
Résolution854 x 480 pixels
TechnologieTFT
Densité de pixels~245
Traitement contre les chocsOui, résistant contre les rayures
Processeur (CPU)Snapdragon S4 Plus (MSM8227) double-coeur cadencé à 1 GHz
Chipset graphique (GPU)Adreno 305
Mémoire vive (RAM)1 Go
Mémoire interne4 Go
Support microSD-HCOui, jusqu'à 32 Go
APN (caméra)5 mégapixels
Caméra frontaleOui, VGA
WiFi - Wi-Fi DirectOui, a/b/g/n - Oui
Réseaux3G, 3G+, H+ / Dual Carrier
NFC (Near Field Communication)Oui
Port micro-USB - HDMIOui - Non
Tuner FM (Radio)Oui, Stéréo avec RDS
Batterie1 750 mAh
Dimensions124 x 62 x 9.3 mm
Poids115 g
DASNon communiqué
Prix conseillé299 euros

 

Design et caractéristiques matérielles

Quand on regarde pour la première fois le Xperia M, on peut difficilement ne pas y trouver des similitudes avec le Xperia Z. Certes, le produit ne dispose pas de 6 faces de verre, préférant le polycarbonate  mais on retrouve tout de même le design omnibalance et des courbes très similaires.

On retrouve bien sûr le même bouton on / off qui est maintenant présent sur tous les produits Xperia de la marque. Juste en dessous, on retrouve les boutons volume + /- et petite surprise, un bouton dédié à l’appareil photo est également présent sur la partie basse du côté droit.

DSC_0844

A part cela, on retrouve également un port jack 3,5 mm sur le haut de téléphone, élément qui est centré alors que sur la plupart des téléphones, la prise jack est souvent alignée sur un côté. Sur le côté gauche du téléphone, on retrouve le port micro-USB aligné sur le haut. Je préfère voir cet élément sur le bas des téléphone mais Sony persiste à vouloir le mettre sur le côté, ce n’est de toute façon pas très dérangeant. Notons également que l’emplacement pour insérer un câble micro-USB permet également de servir d’appuie pour ouvrir le téléphone. Il vous suffit en effet de placer votre pouce ici et d’appuyer avec votre autre main pour ouvrir le téléphone.

DSC_0856

Une fois que la coque est enlevé, le téléphone se retrouve presqu’entièrement a nu, seule la face avant restant attaché au téléphone. Vous pouvez enlever la batterie du téléphone et accéder à l’emplacement pour installer votre micro-SIM et une microSD.

Sony Xperia M

Au dos du téléphone, on retrouve un capteur photo avec flash de 5 mégapixels (avec optique Exmor RS) ainsi qu’un haut parleur d’une qualité plutôt bonne. A noter également la présence d’une puce NFC sur ce téléphone (comme sur tous les smartphones Sony) au centre du téléphone et d’un micro pour réduire le bruit au-dessus du flash. Cela ne ressort pas forcément toujours sur les photos mais le dos de ce téléphone présente une très légère incurvation sur le haut et le bas, à l’image de ce qu’on a pu connaître sur les smartphones de la gamme Arc de Sony – en bien plus léger sur le Xperia M.

DSC_0845

Terminons notre tout du propriétaire en évoquant la face avant du téléphone. On retrouve bien évidemment l’écran de 4 pouces sur lequel on reviendra dans la suite du test. A part cela, on a également une caméra frontale (de qualité VGA) sur la partie supérieure gauche juste à côté de deux capteurs et le haut-parleur pour les appels. Juste en dessous de celui-ci, on retrouve le logo Sony ainsi qu’un micro en bas à droite du téléphone. En-dessous de l’écran, on retrouve également une LED de notification.

DSC_0843

Dans l’ensemble, ce design est très qualitatif, l’impression est très bonne et le téléphone est plutôt léger (115 grammes) dans un design fin (9,3 mm d’épaisseur) et peu encombrant (124 mm de hauteur pour 62 mm de largeur). Le tout semble durable et peu propice aux rayures ou aux traces de doigt. Un bon point donc. Sony nous a surpris avec le design de son Xperia Z et continue sur sa lancée en déclinant les mêmes codes sur des smartphones de milieu et d’entrée de gamme.

DSC_0848

Avant de nous intéresser plus spécifiquement à l’écran, terminons notre tour du design et des caractéristiques en évoquant la mémoire du téléphone. On dispose de 1 Go de mémoire RAM et 4 Go de stockage dont un peu moins de 3 Go de disponible. C’est vraiment peu et l’ajout d’une carte SD semble plus que nécessaire pour plus de confort.

 

Qualité de l’écran

L’écran de 4 pouces du Sony Xperia M dispose d’une technologie TFT avec une définition de 854 x 480 pixels. On se retrouve ici avec une définition standard pour un smartphone de cette gamme. Quand on est habitué à des définitions 1080p ou Retina, il faut un petit temps d’adaptation pour se faire à la définition du Xperia M. Ces personnes trouveront de toute façon que l’écran est trop petit pour eux car c’est vrai qu’après avoir connu du 4,5 pouces voire du 5 pouces, revenir à 4 pouces est un exercice qui ne semble pas naturel. En dehors du cas spécifique de ces personnes, l’écran n’est pas très surprenant.

Ce qui est surprenant avec l’écran de ce Xperia M, c’est la place qu’il prend par rapport au gabarit du téléphone. En effet, on a l’impression qu’il y a beaucoup de place au-dessus et en-dessous de l’écran. Ce n’était pas très frappant sur les photos presse mais en main, on a vraiment l’impression que l’écran est petit par rapport au téléphone. Cela semble surtout vrai sur  les modèles de couleur (comme le blanc que nous avons en test). Sur le modèle noir, si l’écran est éteint, celui-ci se confond avec la coque donc l’effet est moins présent.

Si la coque est peu soumise aux traces de doigt, il en est tout autrement de l’écran du téléphone qui a tendance à garder une pellicule de gras. C’est quelque chose qui est souvent présent sur des téléphones d’entrée de gamme, les constructeurs étant moins généreux sur les traitements des écrans pour proposer des prix plus accessibles. Si du côté des traces de doigts, ce n’est donc ni mieux ni moins bien que des téléphones concurrents, on peut avoir des questions sur les rayures de l’écran. En effet, Sony n’utilise pas de verre Corning Gorilla Glass mais une autre technologie qui a tendance à être moins efficace. De toute façon, Gorilla Glass ou pas, un téléphone qui ne se raye pas, je n’en connais pas. Au mieux peut-on rallonger l’échéance fatidique et réduire la quantité de rayures. Cet Xperia M ne déroge pas à la règle.

Passons maintenant à l’analyse de l’écran et du rendu des couleurs. Pour cela, nous avons comparé le Xperia M à d’autres téléphones que nous testons actuellement. Nous retrouvons ainsi en haut de gauche à droite le Alcatel One Touch Scribe, le Nexus 4 (qui servira de « référence ») et le Alcatel Idol. Sur la deuxième ligne, on a le Xperia L à gauche, le Xperia T au milieu et enfin le Xperia M à droite.

DSC05833
DSC05839
DSC05842
DSC05844
DSC05847

Mon sentiment en tant qu’utilisateur de smartphone, c’est que le problème des couleurs de l’écran n’est vraiment visible que quand on le compare à d’autres téléphones. Un utilisateur classique ne se rendra jamais compte que son téléphone a tendance à être trop jaune ou trop bleu. Il faut savoir également que l’impression qui est ressentie quand on regarde les téléphones n’est pas exactement la même que ce que vous pouvez voir retranscrit sur les clichés plus haut, ce qui peut parfois expliquer la différence entre ce que je vais dire et ce que vous pouvez vous voir.

Tout d’abord, il faut noter que les téléphones de Sony ne sont pas réputés sur cette première partie de 2013 pour être très bons au niveau du rendu des couleurs. Ils sont généralement assez éloignés de la réalité. Le M ne déroge pas à la règle en apparaissant pour la couleur blanche un peu grise et manquant de luminosité par rapport à notre panel. En ce qui concerne, les couleurs, il a tendance à partir sur du rosé pour le rouge, le vert un peu flashy et le bleu est plutôt bon.

 

Android by Sony et applications

Comme les Xperia Z, S et SP, le Xperia M est proposé avec Android 4.1.2 Jelly Bean. On retrouve toutes les fonctionnalités qui font le succès de l’interface de Sony avec l’accès aux mini-apps, les applications Walkman, Album et Films, la possibilité de mettre STAMINA et les différents services Sony qui sont intégrés via des applications (Music Unlimited, Video Unlimited, …).

interface Xperia MSi vous êtes déjà familier de l’interface de Sony avec un téléphone avec minimum 4.0, vous ne serez absolument pas dépaysé. Si les bons points sont présents, les mauvais le sont aussi.

Ainsi, le clavier de Sony n’est pas le meilleur que l’on puisse trouver. Heureusement, Android étant ce qu’il est, on peut se procurer un clavier alternatif comme par exemple le clavier d’Android 4.2 (même si des logiciels tiers sont aussi très bons, même si souvent payants).

Une autre critique récurrente que l’on fait à propos des téléphones Sony concerne le launcher. Certains préférent installer Nova pour gagner en fluidité mais là aussi de nombreuses alternatives arrivent.

En dehors de ces deux critiques qui sont récurrentes, je fais partie de ceux qui considèrent l’interface des téléphones Sony comme l’une des meilleures de ce que l’on peut retrouver sur Android. Notamment car elle essaye d’être la plus fidèle possible à l’interface d’origine.

 

Communication et Appels

Le Xperia M est un téléphone compatible avec les réseaux 3G et 3G + français – pas de 4G pour lui. Sur la période de test, mais aucun problème n’a été rencontré concernant les données mobiles 3G/2G. Dans des conditions difficiles, où le réseau est plus disparate (typiquement le métro parisien), le Sony Xperia M semble plutôt bien tenir la connexion.

Pour ce qui est de la qualité des appels, le Xperia M se défend plutôt bien avec des correspondants qui comprennent bien ce que l’on a à leur dire et on entend bien ce qu’ils disent. Comme nous le disions dans la partie design, le téléphone dispose d’un micro à l’arrière pour réduire le bruit ambiant et cela se ressent lors des appels.

Pour tous les autres éléments concernant la connectivité, le Xperia M est NFC comme nous le disions mais aussi aGPS, ANT+ (connectivité avec des accessoires de gym), certifié DLNA, il supporte le bluetooth 4.0 et gère évidemment le Wi-fi aussi bien en réception qu’en émission (pour servir de point d’accès). On peut noter également la présence d’un tuner FM (qui fonctionne avec des écouteurs).

 

Photo et vidéo

Le Xperia M est doté d’un appareil photo de 5 mégapixels avec flash DEL et autofocus qui permet d’obtenir des grossissements numériques 4x et de détecter les visages. On retrouve des fonctionnalités permettant notamment de faire des panorama ou une mise au point tactile. Le capteur est également capable de faire de l’enregistrement de vidéo HD (720p) jusqu’à 30 images par seconde.

Le Xperia M dispose également d’une caméra à l’avant permettant de prendre des photos et des vidéos en qualité VGA. Ce capteur n’est pas d’une très grande qualité et en tout cas similaire à ce qu’on peut retrouver sur d’autres appareils. Il fait ce qu’on lui demande sans être au-dessus de la moyenne. Je le trouve d’ailleurs un peu plus sombre que ce que propose la concurrence. Certains constructeurs commencent maintenant à investir un peu plus dans ce composant pour notamment permettre de faire des photos de groupes avec un grand angle. Ce n’est pas le cas de Sony qui est resté conservateur.

Evoquons maintenant le capteur arrière qui est le gros morceaux pour la partie photo et vidéo. Commençons par décrire l’application Appareil photo qui est très complète. On retrouve la possibilité de régler la résolution, le flash, un retardateur, la détection des sourire, la possibilité de démarrer rapidement en prenant une photo dès en ouvrant l’application, le mode mise au point, la possibilité de régler les valeurs d’exposition, la possibilité d’activer ou non le mode HDR, la balance des blancs, l’ISO, la mesure, la stabilisation de l’image, le transfert automatique, la capture tactile, le son du déclencheur et le stockage des données. Beaucoup de paramètres donc. On a pas le droit par contre au mode automatique supérieur qui permet de prendre la meilleure photo possible suivant les conditions sans avoir à aller dans les réglages.

Capture d’écran 2013-06-11 à 15.45.45

Pour se rendre compte de la qualité de l’appareil photo du Xperia M, nous l’avons comparé à d’autres smartphones de Sony. Ainsi, on retrouve le Xperia M à gauche, le  T à droite et Xperia L au milieu. Le Xperia L dispose d’un appareil photo de meilleure qualité à la fois au M et au T. La photo la moins bonne étant celle du T. Le M s’en sort donc honorablement même s’il reste en dessous du L dont l’appareil photo est l’argument de vente principal.

La qualité générale est plutôt bonne, les couleurs fidèles et le rendu à la hauteur de ce qu’on peut attendre d’un téléphone d’entrée-milieu de gamme. Ne vous attendez pas à un compact numérique dans la poche, on est plutôt devant un appareil photo de substitution pour des photos qui n’ont pas vocation à être imprimées ni exposées. Le capteur n’est malgré tout pas si mal pour la gamme du téléphone, c’est donc un point plutôt positif.

 

Performances

Le Xperia M dispose d’un processeur double-coeur de marque Qualcomm, le S4 Plus MSM8227 cadencé à 1 GHz. Il dispose d’une partie graphique Adreno 305 et d’1 Go de RAM. On est sur un processeur de même catégorie que le L (MSM8230) même si ce dernier semble sur le papier un peu plus puissant. Qu’est-ce que cela donne en vrai ?

Capture d’écran 2013-06-18 à 17.10.18Si on regarde les résultats de benchmarks Antutu et Quadrant, on se rend compte que le Xperia M est à peu près deux fois moins puissant que le Xperia Z, à la même hauteur que le L et au-dessus de ce que peuvent proposer des concurrents directs comme ZTE avec le Blade III et le Wiko Cink Peak dans une gamme de prix similaire. Le résultat est donc plutôt bon !

Ce résultat se traduit dans les faits avec un téléphone fluide, réactif et qui n’a pas de problème particulier à l’usage. On peut toutefois noter à certains moments de souffrir de quelques ralentissements lorsqu’il est sollicité pour des tâches très gourmandes en puissance. Cela conviendra toutefois largement à 90 % des personnes utilisant leurs smartphones. Il ne faut tout de même pas oublier qu’on est devant un smartphone qui coûte moins de 300 € et qu’il faut faire des concessions quelque part. Sony n’a pas fait le choix de sacrifier les performances. Une bonne nouvelle donc.

 

Autonomie

Le Xperia M dispose d’une batterie de 1750 mAh. Tout comme son grand frère, le Z, il dispose également du mode STAMINA qui permet d’économiser la batterie en éteignant toutes les fonctions qui consomment de la batterie (sauf la fonction appel et SMS) pour prolonger la durée de vie de votre charge de batterie. On parle ici du WiFi, du Bluetooth et des mises à jour des applications. Vous pouvez également choisir de laisser la possibilité à certaines applications de se mettre à jour en veille en les sélectionnant dans les réglages de STAMINA. Je suis plutôt client de STAMINA et je laisse donc activé. Bien sûr, cela nécessite de bien paramétrer la fonctionnalité pour que votre usage ne soit pas trop entravé.

Sans STAMINA, votre autonomie avec le Xperia L correspondra à une journée en usage « normal » Metro / Boulot / Dodo qui comprend quelques SMS, un peu de web et d’applications (environ 1 heures en tout), de musiques, etc. Si vous prévoyez de sortir le soir, vous risquez d’être un peu juste en sortant de votre soirée.

Avec STAMINA, votre autonomie est globalement meilleure selon votre usage. C’est en effet durant les moments ou votre téléphone n’est pas utilisé que STAMINA vous est utile. La consommation d’énergie lorsque vous l’utilisez est la même avec ou sans STAMINA. Comme souvent le téléphone n’est pas utilisé, STAMINA est donc souvent utile. En usage normale, STAMINA vous permet d’avoir l’assurance d’une autonomie qui dépasse la journée et demie, voire atteint 2 jours.

Test Conclusion Le verdict

design
6
Pour un téléphone d'entrée de gamme, le Xperia M dispose d'un design tout à fait satisfaisant. Bien qu'en plastique, le téléphone saura se montrer durable avec une coque arrière n'étant pas particulièrement soumise aux rayures ni aux traces de doigt. Le design est accrocheur, agréable à l'oeil mais aussi au toucher et en prise en main. On regrettera toutefois cette impression sur le modèle blanc que l'écran est petit par rapport au reste du téléphone.
écran
6
L'écran du Xperia M n'est pas particulièrement bon même s'il n'est pas exempt de qualités. Les couleurs sont plutôt bien retranscrites (même si un peu grises). On note toutefois que l'écran semble particulièrement attirer les traces de doigts et les reflets au soleil, une critique souvent faite à l'égard de téléphones d'entrée de gamme. On est donc dans la moyenne mais sans plus.
logiciel
7
Tournant sur Android 4.1.2, le Xperia M est presque assuré de passer au moins à 4.2 voire 4.3 suivant la date de sortie de cette version. Au-delà de ça, on retrouve le même logiciel (à quelques toutes petites différence près) que sur le Z. On aime ou on n'aime pas, je fais plutôt parti des gens qui apprécient aussi bien l'interface que les fonctionnalités et les applications Sony.
caméra
5
L'appareil photo du téléphone ne se démarque pas de la concurrence. On est sur un capteur de 5 mégapixels qui offre une qualité "correcte" des clichés. La photographie n'est pas l'argument principal de ce téléphone, celui-ci jouant plutôt sur le design. C'est donc satisfaisant pour un usage occasionnel mais n'espérez pas beaucoup plus.
performances
7
Même si le Xperia M est un smartphone orienté entrée de gamme, il ne souffre pas de performances en berne. Il est certes à un niveau deux fois moins élevé que le Xperia Z, mais il n'est pas pour autant largué. Comparé à d'autres smartphones de même gamme, le Xperia M se défend très bien. Avec un écran dans la moyenne et une autonomie correcte, il ne pourra pas lutter contre des téléphones haut de gamme mais propose une alternative intéressante dans le segment des smartphones entrée-milieu de gamme. Prévu pour la rentrée de septembre 2013, le Xperia M est un produit à surveiller si vous cherchez un smartphone équilibré avec un bon rapport qualité/prix.
Note finale du test 6/10
Avec un prix de 299 € (prix qui sera certainement inférieur chez les opérateurs et les revendeurs), le Xperia M est un produit équilibré qui n'a pas fait de sacrifice majeur et qui dispose même d'un design agréable et durable. On n'a pas l'impression d'être devant un téléphone d'entrée de gamme, certainement du fait que ses performances sont globalement équilibrées, même si on regrette un prix encore un peu élevé.
  • Points positifs
    • Un design durable et accrocheur
    • un prix serré (299 € prix public conseillé)
    • un téléphone équilibré qui n'a pas fait de sacrifice majeur
  • Points négatifs
    • mémoire interne très faible avec seulement 4 Go (dont 2 Go disponible
    • un appareil photo de qualité moyenne
    • un écran qui aurait pu être un peu meilleur