Le Sony WH-1000XM2 vient prendre la suite du MDR-1000X, un casque Bluetooth à réduction active de bruit qui avait marqué les esprits par sa qualité. Sans prendre de risque, Sony le fait évoluer en douceur, tout en conservant ses atouts.

Le MDR-1000X, sorti fin 2016, a impressionné par sa maîtrise, offrant un casque sans fil à réduction de bruit active d’un excellent niveau. Il était même difficile de lui reprocher quoi que ce soit de majeur : confort, rendu audio, autonomie, tout ou presque était au top. Son successeur, le WH-1000XM2, se montre fidèle à sa dénomination : il s’agit d’une mise à jour purement itérative qui se contente d’optimiser un produit qui n’a, de toute façon, pas besoin d’une réinvention.

Les améliorations se concentrent essentiellement sur la partie logicielle, via l’ajout d’une application permettant de personnaliser le comportement du casque dans les moindres détails, et sur l’autonomie. Le design change très peu à l’exception de quelques petites modifications.

Le packaging du WH-1000XM2 est complet. La housse de transport est bien pensée, le casque se plie facilement à l’intérieur et Sony fournit, comme pour son prédécesseur, un câble jack 3,5 mm amovible et un adaptateur pour avion, même si on verra que certains bénéfices nécessitent une connexion Bluetooth.

Design et ergonomie

Le WH-1000XM2 peut se décrire, comme son prédécesseur, comme volumineux, mais confortable. L’arceau exerce peu de pression sur les oreilles et la mousse utilisée pour les coussins et la partie supérieure épouse parfaitement la tête sans le moindre désagrément. Même sur des périodes prolongées – nous l’avons porté notamment sur un vol de trois heures – on ne subit jamais le casque.

Le design est très semblable à celui du MDR-1000X. La plus grosse différence, c’est dire, se situe au niveau des boutons sous l’oreille gauche : de trois, ils passent à deux. Sony a fusionné les deux touches permettant d’activer le bruit ambiant ou la réduction active indépendamment, pour une bascule unique entre les trois fonctions : bruit ambiant, réduction active, et off. La partie gauche intègre toujours un connecteur jack 3,5 mm, et l’oreillette droite un port Micro USB. On pourra regretter l’absence d’USB-C, qui en aurait fait le casque idéal pour les utilisateurs dépourvus de prise jack, qu’ils préfèrent le sans-fil ou pas.

Les contrôles de lecture et de volume passent par des gestes tactiles que l’on a trouvé généralement fiables, même si certains déploreront le manque de boutons physiques. Double tap pour la lecture, appui prolongé pour l’assistant virtuel, balayages horizontaux pour passer d’une piste à l’autre, et balayages verticaux pour le volume. Recouvrir l’oreille droite permet d’activer momentanément le son ambiant.

Réduction de bruit et son ambiant

On l’a dit, le WH-1000XM2 inaugure une application assez complète pour paramétrer la réduction du bruit et le son ambiant à sa guise, plus finement que via les trois « positions » accessibles depuis les boutons. L’app Headphones Connect propose en premier lieu un curseur permettant de déterminer la quantité de bruit ambiant que l’on souhaite filtrer via le microphone. Une case à cocher concentre uniquement le filtrage sur les basses fréquences en préservant celles associées à la voix.

Headphones Connect inclut également un mode de détection automatique de l’activité : marche, transports, arrêt ou course, censé adapter la réduction de bruit en conséquence. Sur le papier, on dispose de tout ce qu’il faut pour rendre l’usage du WH-1000XM2 aussi transparent que possible, vous isolant complètement du bruit dans un train, tout en vous évitant les dangers de la rue quand vous marchez, sans même avoir à y penser.

Concrètement, la détection automatique est perfectible et pêche surtout par son manque de réactivité. Lors d’un trajet incluant de la marche, des arrêts et des transports en commun, le casque enregistre assez bien les changements d’état, mais toujours avec un délai de quelques secondes. On oubliera donc ce mode pour rester sur un réglage manuel.

Et là, il y a franchement peu de reproches à formuler. La réduction active totale est d’une très bonne qualité dans tous les environnements testés : chambre avec fenêtre ouverte sur une rue avec des travaux bruyants, tramway et avion. Les modes intermédiaires renvoyant des sons ambiants captés par le micro sont tout aussi efficaces, à l’exception de l’option « concentration sur la voix » pas forcément convaincante, car trop agressive.

Un module de détection de l’environnement pour adapter la réduction de bruit aux changements de pression ou tout simplement de votre chevelure est assez appréciable, mais il révèle une limitation de Headphones Connect. L’application exige une connexion Bluetooth entre le smartphone et le casque, ce qui exclut, pour les passagers qui respectent sagement les consignes de sécurité, son usage en avion. Rassurez-vous, la réduction de bruit, elle, reste accessible même sans app et c’est de toute façon le réglage maximal que l’on choisira dans cette situation.

Qualité du son

Sony a marqué les esprits avec le MDR-1000X et, visiblement, le constructeur ne s’éloigne pas de son modèle avec son successeur. Le WH-1000XM2 fournit un son très satisfaisant, équilibré et assez chaleureux. C’est la seule légère critique que l’on pourrait adresser et qui est davantage une question de goût. Si vous aimez le son neutre et les aigus très cristallins, cette couleur discrète pourra rebuter. C’est vraiment un détail et, de manière générale, le 1000XM2 nous a paru extrêmement agréable sur des morceaux d’époques et de styles musicaux variés.

Après un test avec les codecs aptX et AAC, nous avons été ravis par la qualité d’écoute en Bluetooth dans les deux cas. La stabilité ne nous a pas paru souffrir lors de nos tests, mais un réglage permet d’opter pour le codec SBC, avec une baisse de qualité à la clé au cas où les décrochages seraient un problème. L’usage filaire est moins convaincant et déséquilibré si on utilise le casque éteint, mais avec l’alimentation, là encore, pas grand-chose à redire.

On reste plus perplexe sur les diverses améliorations du son proposées par l’application Headphones Connect. On y trouve un égaliseur à 5 bandes un peu juste et qui fera sans doute doublon avec celui de votre app audio préférée. Les options de spatialisation du son (discothèque, concert en extérieur…) sont fidèles à elles-mêmes : elles dénaturent la musique avec plusieurs réglages de réverbération. Il y a des amateurs…

D’autres gadgets incluent la possibilité de modifier (virtuellement bien sûr) le positionnement de la source. C’est relativement efficace, même si là encore l’intérêt est limité. Le dernier réglage notable est l’activation du DSEE-HX, qui est un peu à l’audio ce que l’upscaling est à l’image. Censé transformer une source 16 bits en un rendu proche du 24 bits, l’effet nous a paru sensible, notamment pour améliorer la clarté de certains instruments comme des cymbales, sans être renversant.

Tous ces effets pourront bien sûr avoir leur intérêt pour certains auditeurs. C’est surtout pour nous la preuve que le son délivré par défaut ne nous paraît pas franchement avoir besoin de ces artifices.

Autonomie

Sony annonce 30 heures d’autonomie contre 20 heures pour son prédécesseur et on arrive effectivement dans ces eaux en pratique. Au bout de 15 heures continues d’écoute d’une liste de lecture de fichiers MP3 et AAC, avec un volume à 70 %, on vide à peu près la batterie de moitié.

Prix et disponibilité

Le Sony WH-1000xM2 est d’ores et déjà disponible au prix de vente conseillé de 379 euros. Il est par exemple disponible à Darty à ce prix-là. Il est cependant possible de le trouver à prix réduit chez certains commerçants comme Amazon.

Vous retrouverez ses concurrents dans notre guide des meilleurs casques à réduction de bruit active.

Note finale du test 9/10
Sony ne prend pas trop de risques avec le WH-1000XM2. Et pour cause : il n’y a pas de risque à prendre pour succéder à un casque déjà reconnu unanimement pour ses qualités. Pour cette seconde itération, le fabricant japonais s’est contenté de reproduire la formule gagnante en l’optimisant un peu. Tout ce qui a fait le succès du 1000X est reconduit : un excellent confort, un qualité audio optimale et une réduction de bruit efficace.

Les gains par rapport au 1000X peuvent apparaître comme assez minimes, mais la meilleure autonomie et le contrôle plus fin de la réduction de bruit sont appréciables. On pourra reprocher quelques options un peu gadget et évidemment un prix très élevé. Pas de quoi empêcher le WH-1000XM2 de figurer parmi les meilleurs casques audio sans fil que vous pouvez offrir à votre smartphone.
  • Points positifs
    • Excellent confort
    • Très bonne qualité audio
    • Autonomie en progrès
    • Réduction de bruit très efficace et personnalisable
  • Points négatifs
    • Prix très élevé
    • Détection de l'activité peu réactive
    • Certaines options ne fonctionnent qu'en Bluetooth