Introduction

Objet de rumeurs depuis de nombreux mois maintenant, le P9 de Huawei a fait l’impasse sur le Mobile World Congress pour lui préférer un évènement plus intimiste, à Londres, où il a pu être l’unique tête d’affiche. « Unique », pas vraiment, puisqu’il s’est présenté au côté de son grand cousin, le P9 Plus. Nous avons eu l’occasion de prendre en mains les deux appareils afin de nous forger un premier avis à leur égard.

huawei-p9-hands-on

Pour ses P9 et P9 Plus, Huawei a vu les choses en grand avec sa conférence londonienne et a réuni les journalistes du monde entier. C’est pourtant dans une ambiance détendue et sans pression que nous avons eu l’occasion de jouer avec les nouveaux smartphones de la marque durant plusieurs dizaines de minutes.

Vidéo de prise en main

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Fiche Technique

Les P9 et P9 Plus sont similaires sur de nombreux points, mais le second apporte, comme son nom l’indique, quelques éléments en plus. Plus grand écran, plus grosse batterie, mais surtout son écran Force Touch, hérité du Mate S Press Touch.

ModèleHuawei P9Huawei P9 Plus
Version AndroidAndroid 6.0 MarshmallowAndroid 6.0 Marshmallow
Interface constructeurEmotion UI 4.1Emotion UI 4.1
Taille d'écran5,2 pouces (2,5D)5,5 pouces (2,5D)
Définition1920 x 1080 pixels1920 x 1080 pixels
Densité de pixels423 ppp400 ppp
TechnologieLCD IPSSuper AMOLED Force Touch
Traitement anti-rayuresÀ préciserÀ préciser
SoCKirin 955Kirin 955
Processeur (CPU)4x Cortex-A53 et 4x Cortex-A724x Cortex-A53 et 4x Cortex-A72
Puce Graphique (GPU)Mali T-880Mali T-880
Mémoire vive (RAM)3 Go ou 4 Go4 Go
Mémoire interne (flash)32 Go ou 64 Go64 Go
microSDOuiOui
Appareil photo (dorsal)Double-capteur 12 MégapixelsDouble-capteur 12 Mégapixels
Appareil photo (frontal)8 Mégapixels8 Mégapixels
Enregistrement vidéo1080p@30fps1080p@30fps
Wi-Fi802.11 a/b/g/n/ac802.11 a/b/g/n/ac
Bluetooth4.14.1
RéseauxLTE (catégorie à préciser)LTE (catégorie à préciser)
SIM2 × nano-SIM
ou
1x nano-SIM + 1x microSD
2 × nano-SIM
ou
1x nano-SIM + 1x microSD
NFCOuiOui
Capteur d'empreintesOui, au dosOui, au dos
Ports
(entrées/sorties)
USB Type-CUSB Type-C
GéolocalisationA-GPSA-GPS
Batterie3000 mAh3400 mAh
DASN/AN/A
Dimensions145 x 70,9 x 6,95 mm152,3 x 75,3 x 6,98 mm
Poids144 grammes162 grammes
Couleursgris, blancgris, blanc
Prix conseillé599 ou 649 euros
(en France, 549 euros
749 euros (699 euros en France)

Un design tout en finesse

Comme pour son P8 l’année dernière, Huawei a insisté sur la qualité premium de son P9 et le mot ne semble pas usurpé. P9 et P9 Plus disposent d’une coque « unibody » en métal (ou en céramique pour le modèle blanc), très douce et chaleureuse au toucher. Son dos est sobrement recouvert d’une fine bande en verre sur sa partie supérieure afin de protéger les deux objectifs ainsi que son flash et le laser de l’autofocus.

 huawei-p9-hands-on-2

Entre leurs bords légèrement arrondis, leur écran 2,5D et leur finesse exemplaire (moins de 7 mm), les P9 et P9 Plus sont très plaisants à prendre en main et aucune arête ne vient dépasser sous le doigt ni écorcher la paume. Autant dire que Huawei montre ici son savoir-faire en la matière de design et nous prouve une nouvelle fois que la marque a parcouru un chemin énorme en quelques années.

Malgré ce petit gabarit, il s’en dégage une impression de solidité globale, à l’exception peut-être des coins qui semblent un peu plus fragiles, comme c’est le cas sur la majorité des appareils aussi fins.

huawei-p9-hands-on-4

La disposition des différents éléments est également sobre et bien pensée avec un très discret port infrarouge sur la tranche supérieure, un unique tiroir à carte SIM / micro SD sur le côté gauche et les boutons de volume et d’alimentation sur la droite. Ce dernier est d’ailleurs légèrement strié, le rendant facilement identifiable du bout du doigt. Enfin, la tranche inférieure accueille le port Jack 3,5 mm, un port USB Type-C et son unique haut-parleur.

huawei-p9-hands-on-3

Pour finir, l’écran se montre qualitatif aussi bien dans sa version LCD IPS (P9) que Super AMOLED (P9 Plus). Les couleurs sont vives et contrastées, la luminosité est forte et les angles de vision permettent une très bonne lisibilité, quelles que soient les conditions. Ses bords sont quant à eux très fins, même si une fine bande noire s’ajoute au châssis en lui-même, ce qui réduit d’autant son côté impressionnant. La partie Force Touch semble quant à elle assez anecdotique et méritera un que l’on s’y penche plus précisément lors de notre test complet du P9 Plus.

Marshmallow et EMUI

Huawei ne surprend pas du côté logiciel et on note la présence sur les P9 et P9 Plus d’Android 6.0 Marshmallow ainsi que d’EMUI 4.1, l’interface maison du constructeur. Les habitués de la marque ne seront pas déroutés, puisqu’il s’agit là de versions déjà disponibles ailleurs, comme sur le Mate 8.

build-huawei-p9

Emotion UI est l’une des interfaces chinoises les plus travaillées. Si elle manque d’un tiroir d’applications, ce qui pourrait en refroidir certains (même s’il peut être retrouvé en installant un launcher alternatif), les quelques nouveautés apportées comme la recherche d’application d’un glissement de doigt, la gestion des paramètres rapides, le multicompte ou la personnalisation de la barre de navigation sont des ajouts très agréables.

huawei-p9-ui

On notera comme toujours la présence d’un grand nombre d’applications indésirables (mais désinstallables), comme une partie du catalogue Gameloft, d’un gestionnaire de thèmes ainsi que d’une application Santé un peu plus perfectionnée que sur les smartphones précédents du constructeur.

Le Kirin 955 en action

D’abord pressentis avec un Kirin 950, les Huawei P9 et P9 Plus sont en réalité équipés d’un Kirin 955, un processeur octacore auquel sont couplés 3 à 4 Go de RAM en fonction des modèles. On attendra des tests plus poussés pour se prononcer davantage, mais nos quelques minutes d’utilisation ont été convaincantes sur l’interface et même avec une dizaine d’applications lancées en tâche de fond, l’interface passe de l’une à l’autre sans le moindre soubresaut. Les premiers benchmarks laissent d’ailleurs présager qu’il pourrait rivaliser avec les meilleurs smartphones actuels tels que le Galaxy S7 et le Mi 5, même si son GPU reste encore en retrait.

huawei-p9-benchmarks

Notons également que ce processeur semble chauffer très rapidement et des tâches aussi simples que de la capture de photo et de la navigation web réchauffent le téléphone en quelques minutes seulement. Encore une fois, des tests plus approfondis nous permettront d’en dire plus prochainement à ce sujet.

Huawei s’allie avec Leica

Mais le principal atout de ce P9, c’est son appareil photo en partie conçu avec l’expertise de Leica, le célèbre fabricant allemand dont la réputation n’est plus à faire. La participation de ce dernier dans la conception du smartphone reste cependant assez floue, sachant que ni le capteur ni les lentilles ne sont de son fait.

Mais que vaut réellement la partie photo du P9 ? Un tel dispositif mérite bien évidemment un test bien plus approfondi, mais nos premiers tests nous laissent un peu sur notre faim. Après un tel tapage médiatique autour de l’appareil photo du P9, nous nous attendions à une véritable innovation. Dans les faits, il n’en est rien. Avec ses deux capteurs Sony de 12 Mégapixels – dont un monochrome – et ses deux objectifs, le P9 est capable aussi bien du meilleur que du moins bon (non, pas le pire, n’exagérons pas).

Les plans rapprochés sont généralement très bons, avec une bonne netteté sur le point visé et un flou graduel sur le reste de l’image, comme l’on pourrait s’y attendre avec un appareil photo de qualité. Dès qu’il est question de plans plus larges et/ou plus éloignés en revanche, le piqué se dégrade assez rapidement et un rapide examen des clichés révèle un manque flagrant de détails à de nombreux endroits.

cof
cof

Pour ce qui est du mode de mise au point sélection qui fait la fierté de Huawei, le résultat est plutôt mitigé. S’il arrive à bien reconnaître et isoler un sujet sans créer une délimitation fixe comme ce peut être le cas avec des applications comme Instagram (qui propose un flou linéaire ou circulaire), le fait qu’il s’agisse d’un traitement logiciel se ressent très souvent, tant au niveau de la qualité du flou que de sa frontière avec la zone nette. Vendu comme un élément de photographie professionnel, ce mode manque finalement de crédibilité et s’adresse avant tout aux artistes en herbes qui cherchent un effet fortement exagéré. Pour autant, en le réglant finement, il est parfois possible d’obtenir un résultat convaincant.

En dehors de ce gimmick amusant, on retrouve également plusieurs autres modes de prise de vue, allant des habituels Panoramique, Cliché Nocturne ou Light Painting (déjà disponible sur d’autres appareils de la marque) au très agréable Monochrome. C’est d’ailleurs là que se situe le véritable point fort de ce module photo, qui est capable de rendre un cliché dans un véritable effet noir et blanc, loin des 50 nuances de gris que l’on obtient habituellement. L’œil exercé y verra tout de suite la différence avec grand plaisir. De quoi faire oublier que le mode HDR est quant à lui très anecdotique et ne change presque rien au résultat.

sdr
mde

Conclusion

Après quelques heures maintenant passées en compagnie de ce téléphone, nous ne pouvons que louer le travail de Huawei sur ce terminal qui respire la qualité et les bonnes intentions. Toutes ne sont toutefois pas abouties comme on le souhaiterait et la partie photo, notamment, est relativement décevante par rapport aux promesses faites par le constructeur lors de sa conférence. Il s’annonce néanmoins comme un excellent rapport qualité/prix et mérite que l’on éclaire quelques zones d’ombres lors d’un test plus complet pour savoir s’il est capable de tenir la dragée haute aux plus grands du moment.