FrAndroid a assisté, mercredi à Paris, à la conférence de lancement du Honor 8 Pro, le nouveau flagship de la filiale du géant chinois des télécommunications, Huawei. L’occasion de le prendre en main et de vous livrer nos premières impressions, à l’écrit et en vidéo.

Honor entre dans la cour des grands avec le Honor 8 Pro, qu’il présente comme un concurrent direct, pour ne pas dire un clone, de l’iPhone 7 Plus d’Apple. À 550 euros, contre 1 020 euros pour l’iPhone en version 128 Go, le nouveau flagship killer de Honor est-il digne d’intérêt ?

Vidéo

Design

On note qu’avec le Honor 8 Pro, le smartphone le plus haut de gamme et le plus cher qu’elle ait jamais présenté, la filiale de Huawei cible l’iPhone 7 Plus, lancé il y a plus de 6 mois, mais ni le Samsung Galaxy S8, ni même le LG G6.

Et pour cause, comme pour le Huawei P10, le constructeur s’en tient à un design à l’ancienne, avec un écran parfaitement plat et un ratio surface/écran modeste à l’heure où la concurrence innove enfin en la matière (écrans incurvés, borderless…).

C’est que comme celui d’autres smartphones Honor et Huawei, le nom du Honor 8 Pro obéit bien plus à une logique commerciale, c’est-à-dire au succès de précédents modèles, qu’à une logique de gamme. Ainsi le Honor 8 Pro est bien plus une variante économique du Huawei P10 Plus que l’héritier du Honor 8, qu’il complète, mais ne remplace pas.

Le dernier-né de Honor reprend ainsi le design monocoque arrondie en aluminium des P10 et P10 Plus, quasi identique à celle des iPhone 7 et iPhone 7 Plus. Il s’en distingue néanmoins de deux manières : premièrement avec son appareil photo dorsal affleurant (qui ne dépasse pas), et deuxièmement avec son coloris « bleu Honor » qui, sans l’être autant que le dos kaléidoscopique du Honor 8, est un peu plus original que la plupart des concurrents.

Malheureusement, même s’il est beaucoup moins cher, le Honor 8 Pro souffre de la comparaison avec les LG G6 et Samsung Galaxy S8, qui viennent d’ouvrir une nouvelle ère du smartphone avec leurs écrans quasi borderless. L’appareil a beau loger un écran de 5,7 pouces dans une coque un peu plus petite que celle de l’iPhone 7 de 5,5 pouces, il est très grand. Et sa finesse de 6,97 mm, record dans la catégorie des 5,5 pouces et plus, ne se ressent pas en main.

Soulignons par ailleurs que contrairement à celui des P10, le capteur d’empreintes digitales du 8 Pro n’est pas à l’avant, mais à l’arrière, ce qui empêche de l’utiliser lorsque le téléphone est posé. Et pour ne rien arranger, le capteur n’est pas très grand et positionné assez haut, si bien qu’il n’est pas facilement accessible lorsque la coque repose au creux de la main.

Écran

L’un des atouts du Honor 8 Pro est son écran qui, indépendamment de sa diagonale de 5,7 pouces, repose sur une technologie dérivée de l’IPS, qui affiche en l’occurrence une définition de 2560 x 1440 pixels et se conforme au standard DCI-P3, c’est-à-dire à l’espace colorimétrique très étendu utilisé en cinéma numérique.

Et à première vue, sans rivaliser avec les écrans Mobile HDR Premium, l’écran nous a effectivement paru très saturé : il affiche des couleurs vives, mais réalistes.

Appareil photo

Un autre atout du Honor 8 Pro, c’est son appareil photo. Si on retrouve les deux capteurs de 12 millions de pixels du Honor 8, on a pour la première fois la possibilité d’exploiter directement celui des deux capteurs qui est monochrome. Les lentilles estampillées Leica restent en revanche réservées aux Huawei série P.

Habituellement, un capteur conventionnel est surmonté d’un filtre tricolore, qui réduit mécaniquement la quantité de lumière parvenant aux photosites. Dépourvu d’un tel filtre, l’un des deux capteurs des Huawei et Honor offre ainsi une meilleure sensibilité. Il délivre donc de meilleurs résultats, avec moins de bruit, en basse lumière.

Et justement, les conditions lumineuses de la conférence de lancement étaient désastreuses. Le lieu était sombre, de quoi constater que le nouveau mode monochrome promet de bons résultats dans l’obscurité.

Performances

Reste la question des performances du Honor 8 Pro. L’appareil embarque un Kirin 960, le SoC le plus performant de HiSilicon, la filiale de Huawei. Honor revendique un gain de performances de 18 % pour le CPU… et de 180 % pour le GPU !

Nous n’avons pas encore pu vérifier ces assertions, mais nous avons pu constater que l’appareil est parfaitement fluide et réactif, y compris après avoir lancé une douzaine d’applications.

Nous approfondirons la question lors de notre test à venir, et nous vérifierons surtout l’influence de ces hautes performances sur la consommation électrique et donc sur l’autonomie.

Prix et date de lancement

En somme, le Honor 8 Pro est un grand smartphone à première vue sans aspérités et sans « effet wahou », contrairement à certaines nouveautés comme les LG G6 et Samsung Galaxy S8, mais il constitue d’entrée une alternative alléchante pour ceux qui cherchent un téléphone conventionnel grand et performant.

L’appareil sera disponible en France à partir du 20 avril au prix de 550 euros. Il est dès à présent en précommande sur vMall, la boutique en ligne officielle de Huawei et Honor en Europe.