Quand on parle de nos téléphones, il y a un élément central qu’on oublie trop souvent et ce n’est ni la batterie ni l’écran ou encore le processeur mais bien les antennes. 

Pourtant les antennes sont véritablement l’interface entre le réseau et ce que vous faites de votre Smartphone. 

C’est grâce à elles que vous pouvez capter le wifi, le bluetooth, le GPS, la 2G, la 3G (dans ses différentes déclinaisons) et très bientôt la 4G. Elles le font en prenant également en considération les fréquences de diffusion des ondes puisque chaque pays n’utilise pas forcément les mêmes fréquences pour la téléphonie mobile.

Tout ça pour dire qu’elles sont au coeœur de nos chers téléphones.

Pour vous donner une idée du rôle central des antennes, rappelons-nous des problèmes rencontrés par Apple avec le design des antennes des iPhone 4. La firme à la pomme avait décidé d’utiliser le contour métallique du téléphone en tant qu’antenne. La conséquence fâcheuse était que dans certaines configurations, le téléphone devenait moins réceptif au réseau. Ainsi était né l’AntennaGate. Les antennes sont donc un élément critique et il convient d’y prêter une attention toute particulière.

C’est tout l’objet d’une étude menée par des chercheurs danois qui viennent de recevoir un financement de 760 000 euros pour travailler sur la question des antennes des téléphones et notamment faire en sorte d’améliorer la réception du réseau et les taux de transfert de données – le saint graal de la téléphonie.

Leur solution pour y arriver consiste à multiplier les antennes sur les téléphones. Cela peut paraître simple mais ça pose tout de même quelques questions notamment par rapport aux changements que cela implique sur le design des téléphones, leur miniaturisation ou l’espace alloué à la batterie.

Leur travail va s’échelonner jusqu’en 2015 donc même si la promesse est alléchante, les effets ne seront potentiellement visibles que dans de trop longues années. En attendant on se reposera sur les promesses de la 4G et de l’augmentation de la puissance des processeurs pour nous tenir en haleine.