Les One V et Desire n’auront pas cette mise à jour.

Lors de la présentation du HTC One X+, le constructeur taïwanais avait indiqué que les One X et One S allaient recevoir la mise à jour vers Android 4.1 dans le courant du mois d’octobre. Il n’a respecté qu’à moitié ses engagements, car une mise à niveau a certes été déployée le 29 octobre en Asie, mais cette dernière n’est toujours pas disponible en Europe. Selon le support technique en ligne, elle devrait finalement arriver en France le 19 novembre prochain avec la version 4.1.1. Ce n’est pas la version la plus récente, car la 4.1.2 permet notamment d’ouvrir/fermer des notifications avec un seul doigt… et Android 4.2 vient de sortir en version finale aujourd’hui.

Mais qu’en est-il des autres modèles ? On peut retrouver la réponse sur une page dédiée du constructeur, dans laquelle il indique que seuls les terminaux avec plus de 512 Mo de mémoire vive pourront recevoir Android 4.1. Or le HTC One V et le HTC Desire C n’ont que 512 Mo : ils ne sont donc pas éligibles.

Quand est-ce que d’autres smartphones vont recevoir Android 4.1 ?

En plus du HTC One X et du HTC One S, nous sommes en train de regarder notre portefeuille de terminaux afin d’identifier ceux qui pourront recevoir Jelly Bean. Notre objectif est de donner la priorité aux modèles sortis en 2012, en étroite collaboration avec les opérateurs et dans les nombreuses régions. Nous examinerons ensuite notre capacité à fournir des mises à jour pour ceux sortis en 2011.

Quels terminaux n’auront pas Android 4.1 ?

Nous travaillons dur pour nous assurer que chacun de nos terminaux ont une expérience utilisateur optimale et par conséquent certains terminaux vont conserver leur version d’Android. En général, les appareils avec 512 Mo de mémoire vive ne sont pas mis à jour vers Android 4.1. A l’heure actuelle, la liste comprend le HTC One V et le HTC Desire C. Comme nous identifions quels autres appareils ne seront pas mis jour, nous fournirons rapidement des mises à jour sur la liste.

Il convient de noter que les mises à jour ne sont pas la même chose que du support contenu. Les terminaux qui ne seront pas mis à jour vers Android 4.1 recevront des améliorations logicielles, des correctifs de sécurités et du support technique.

Pour rappel, à la Google I/O 2011, Google annonçait en grandes pompes la création de l’Android Alliance. Ses membres (constructeurs et opérateurs) s’engageaient à fournir des mises à jour pendant 18 mois. Depuis, nous avons clairement vu que ce principe n’était pas toujours respecté, principalement sur l’entrée de gamme, car la création d’une mise à jour représente un coût élevé, sans pour autant avoir des retombées directes, mais plutôt un renforcement de l’image de marque.

Il reste encore du chemin à suivre, tant pour fournir les dernières versions d’Android sur tous les terminaux (la question de la mémoire étant un running-gag), que sur la rapidité de déploiement (le Platform Development Kit devrait, espérons-le, porter ses fruits rapidement).