Les rares chanceux ont officiellement un objet collector en leur possession !

Nexus Q

A la Google I/O en juin dernier, Google a officialisé Android Jelly Bean et son fameux Project Butter ou encore la tablette Nexus 7. Il y avait également une surprise de taille : la Nexus Q. Cet objet fabriqué aux Etats-Unis dispose d’une connectique complète : HDMI, microUSB, sortie optique… Tournant sous Android, son offre logicielle est plutôt restreinte car elle se limite à consulter des vidéos YouTube, des musiques Google Music et des films via le Play Store.

N’ayant pas de boutons pour la configurer (si ce n’est pour gérer le volume), il faut un terminal Android pour sélectionner le contenu à jouer. Google a présenté ce produit à la Google I/O, messe dédiée aux développeurs, de telle sorte à ce qu’ils apportent des nouvelles fonctionnalités. Nous avons ainsi pu voir débarquer des jeux ou des launchers, mais la communauté l’a rapidement mis de côté.

Au mois d’août, Google l’a mis en pré-commande sur le Play Store pour $299, avant de faire machine arrière. Les rares acheteurs l’ont finalement eu gratuitement et nous n’avions plus eu de signes de vies de ce magnifique objet depuis. Jusqu’à présent, nous pouvions lire sur la fiche produit « Nexus Q n’est pas disponible à la vente actuellement », mais le statut vient de changer pour « Nexus Q n’est plus disponible à la vente » : la Nexus Q devient donc un objet collector !

Pour faire partie des rares chanceux à en posséder une, la Nexus Q offre une finition quasiment introuvable ailleurs. Le design est magnifique et même si la partie logicielle est mince, l’utiliser en décoration est une excellente idée, particulièrement lorsque la LED multicolore s’illumine au gré de la musique.

Voici un produit qui aurait mérité d’être vendu au grand public, mais il est clair qu’à $299, Google avait clairement surestimé le marché, sachant que l’on retrouve des produits équivalents, voire meilleurs sur l’aspect logiciel, pour ~$100. Tout comme les fameuses ampoules WiFi de la Google I/O 2011, voici un projet qui finit à l’abandon.