Avec l’augmentation des règles pour bloquer les contenus sur Internet et l’espionnage que mène des pays comme les Etats-Unis, les outils contre ces pratiques foisonnent sur le web. Lors du Google Ideas Sumit à New York, le géant de la recherche a présenté uProxy. uProxy… sera sûrement la prochaine cible de nombreux gouvernements. 

Google uProxy

uProxy n’est pas encore disponible, Google l’a expliqué. Lucas Dixon, l’un de l’ingénieur, qui a travaillé sur ce projet a déclaré : « La raison pour laquelle uProxy n’est pas disponible pour le moment, la raison pour laquelle le projet n’est pas open source dès maintenant, c’est parce que nous ne voulons pas que les gens commencent à l’utiliser, avant qu’il soit sûr et sécurisé ». 

uProxy, c’est quoi ?

Comme Tor, uProxy sera disponible comme une extension du navigateur Chrome ou Firefox et qui permettra à deux personnes qui se connaissent, et qui sont déjà en contact via  Facebook ou par e-mail, par exemple, de partager leur connexion. Du proxy social, en quelque sorte.

Comment uProxy va fonctionner ?

Imaginez, vous vivez en Iran et que vous souhaitez utiliser la connexion de votre ami en France. Il ne vous reste plus qu’à « pinger » votre ami sur Facebook ou par e-mail pour activer uProxy. Votre ami en France n’aura plus qu’à activer l’extension uProxy. Vous recevez une notification et après avoir accepté, la connexion sera effective, via un canal sécurisé.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Il s’agit d’un proxy « social », les ingénieurs de Google ont également nommé cela un VPN [Virtual Private Network] personnalisé.

Google a précisé qu’il ne s’agit pas d’un clone de TOR, vous devez être conscient qu’il ne permet pas :

  • Ne permet pas d’anonymiser le trafic
  • Ne permet pas le partage de fichiers
  • Ne fournit pas du « cryptage », c’est-à-dire, des communications sécurisées à l’image d’outils comme Silent Circle et Cryptocat 

 

uProxy a été lancé par Google et développé par des chercheurs de l’Université de Washington, et ce n’est pas le premier outil qui promet de contourner la censure. Il y a de nombreux projets comme le projet open-source Lantern, dont les développeurs ont contribué à uProxy par Brave New Software.

N’oublions pas que Google cherche avant tout à rendre accessible ses services au plus grand nombre, et que justement de nombreux services de Google sont censurés et filtrés. C’est le cas en Chine, par exemple.