Mise à jour : Bouygues Telecom vient de communiquer le chiffre de 25 000 pertes d’abonnés. Qui a raison ?

Les trois opérateurs historiques subissent de plein fouet l’arrivée de Free Mobile. Bouygues Telecom aurait ainsi perdu 300 000 clients depuis l’annonce. Les trois acteurs essaient donc de lui chercher des poux.

L’arrivée de Free Mobile a été longue, mais les trois opérateurs historiques s’en mordent les doigts. Que ce soit du côté de chez Free (faire un site avec une telle affluence en J2EE) ou des autres, aucun n’avait prédit un tel engouement. Selon des estimations, Free engrangerait de 100 à 150 000 nouvelles inscriptions chaque jour et devrait atteindre 1 million de clients d’ici à la fin janvier. Beaucoup d’entre elles s’accompagnent d’une demande de portabilité. Mais la situation est telle que le nouvel opérateur est obligé de réduire le nombre de demandes auprès du GIE EGP, car les serveurs ne tiennent pas le coup.

Habitués à 10 à 15 000 demandes quotidiennes, le service informatique n’a pas tenu le choc et oblige Free Mobile à se limiter à 35 à 40 000 dossiers par jour. Mais le nouvel opérateur fait aussi ses premières bêtises en ne permettant pas de choisir la date de portabilité. Verdict : le temps minimum (3 jours) est appliqué, alors que beaucoup de nouveaux abonnés n’ont pas encore reçu leur carte SIM. Des nouveaux clients qui ont désormais droit à « Ce numéro n’est pas attribué ». Free a indiqué faire son maximum pour l’envoi, mais le lancement est entaché par ce problème majeur.

Mais à l’heure actuelle, le premier opérateur historique (nous n’avons pas les statistiques des autres) a subir de plein fouet l’arrivée de Free Mobile est Bouygues Telecom. Avec une perte estimée à 300 000 abonnés en une semaine, les clients de cet opérateur n’ont pas hésité à se tourner vers la concurrence. La présentation si rapide des nouveaux forfaits de B&You était donc une tentative de stopper l’hémorragie.

La situation devrait probablement se calmer dans les jours à venir, l’effet buzz étant passé. Cependant, la situation reste inquiétante pour les trois compères, car un sondage GfK affirme que près de 8 français sur 10 auraient l’intention de souscrire chez Free Mobile. A priori, la phrase de Xavier Niel « Les pigeons c’est vous et vous le savez maintenant » a eu bien des conséquences !

Devant cette situation alarmante, les trois opérateurs essaient de trouver des failles chez le nouvel arrivant. Des huissiers seraient actuellement en train de vérifier si les antennes de Free sont activées, car elles ne seraient pas toujours allumées (la nuit par exemple). Or Free se doit de couvrir au moins 27% de la population et s’il ne respectait pas cet engagement, l’Arcep pourrait lui tomber dessus. Cette autorité aurait par ailleurs envoyé ses équipes sur le terrain afin de vérifier le bon fonctionnement.

Si tel était le cas, le réseau d’Orange serait beaucoup plus sollicité que prévu et pourrait donc mettre fin prématurément à l’accord d’itinérance entre ces deux acteurs. Mais il ne fait quasiment aucun doute que Free ne va pas commettre cette erreur.