Samsung brouille complètement les consommateurs avec la nouvelle référence disponible sur les marchés européens depuis le début de l’année 2012 (nous avions fait un article à ce propos car le problème est le même en Tunisie depuis 2011). En effet, le Samsung Galaxy S2 existe dans deux versions différentes : GT i9100 et GT i9100G. Ces deux versions n’ont pas les même performances…

Quelle est la différence entre les deux versions ? Le SoC, l’architecture qui intègre le processeur ainsi que la puce graphique, n’est pas le même. La première version vendue par Samsung intègre une architecture Samsung Exynos 4210, la nouvelle est une Texas Instrument OMAP 4430.

TI OMAP 44x avec puce graphique SGX540

Exynos

Malgré une fréquence d’horloge identique, 1,2 Ghz, ces deux architectures possèdent une puce graphique complètement différente. La puce graphique des deux architectures ont des performances très différentes, l’Exynos 4210 étant un gros poil au dessus de l’OMAP 4430.

Source : Anandtech

Le gros soucis n’est pas d’avoir deux versions différentes, le problème vient du faite que les consommateurs et les distributeurs sont complètement perdus. Selon les derniers retours des utilisateurs, le Galaxy S2 GT i9100G est dans les rayons des magasins depuis le début de l’année 2012. Pendant ce temps, les distributeurs continent à communiquer sur de produit avec des fiches comprenant un « processeur Samsung », même chose pour Samsung sur leur site officiel.

Alors simple « grosse » erreur ou volonté de Samsung de brouilleur le consommateur ? On peut aisément penser que Samsung souhaite profiter de la notoriété du Galaxy S2 tout en corrigeant de probables problème de logistique et d’économie.

La mise à jour vers ICS creusera sûrement l’écart entre les deux versions. En effet, Google tire bien plus parti de la puce graphique grâce à l’accélération matérielle.

Donc attention :

  • GT i9100 : Samsung Exynos 4210
  • GT-i9100P :  Samsung Exynos 4210 avec puce NFC
  • GT i9100G : Texas Instrument OMAP 4430

N’hésitez pas de poser la question au commerçant.

Référence