Lors de la Google I/O, les ingénieurs d’Android ont beaucoup insisté sur l’amélioration de l’autonomie qui devrait résulter du Project Volta. Le site américain Ars Technica a profité de la mise en ligne de Android L pour vérifier concrètement les avancées dans ce domaine. Et c’est particulièrement probant.

android l project volta google io 2014 image 04

Lors de la conférence d’ouverture de la Google I/O la semaine dernière, Google avait passé quelques minutes à dévoiler le contenu de Project Volta. Comme à chaque fois qu’une faiblesse d’Android est prégnante, Google met en place une équipe dédiée à combler cette lacune afin de trouver rapidement un remède. Pour Android L, il s’agissait de l’autonomie des téléphones, et donc de la mise en place de Project Volta, un projet dédié à l’amélioration de l’autonomie. Dans les versions actuelles d’Android, il s’avère en effet qu‘allumer son appareil une seconde équivaut à consommer deux minutes de batterie. C’est évidemment beaucoup trop.

Project Volta comprend trois axes de recherches. D’une part, il y a eu une amélioration du code d’Android avec l’intégration d’une nouvelle API baptisée « JobScheduler ». Cette dernière permet de refouler les requêtes de faible importance provenant des applications ou de faire en sorte que ces requêtes ne soient traitées par le système que lorsque l’appareil est branché sur une prise secteur.

Le deuxième axe d’amélioration a été la mise en place d’un programme permettant de surveiller l’historique de la batterie afin de mieux comprendre quels sont les programmes les plus gourmands en énergie. Dernier point, le passage à la machine virtuelle ART au lieu de Dalvik permet de gagner en rapidité et donc en autonomie. Tout cela, le site américain Ars Technica a voulu le vérifier dans un test le plus scientifique possible. Les journalistes ont donc pris un Nexus 5, l’ont flashé sur Android 4.4.4, se sont logués, ont mis les applications de base à jour puis ont chargé la batterie au maximum et ont lancé le test. Celui consistait à laisser l’écran allumé en permanence et à charger des pages web toutes les 15 secondes sur une connexion WiFi jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de batterie. Ils ont également mesuré la luminance de façon à ce que celle-ci reste stable en permanence à 200 cd/m². Ils ont effectué ce test deux fois, puis ont recommencé la même opération, mais sous Android L cette fois. Et voici ce qu’il en ressort.

test project volta android L ars technica

Sur Android 4.4.4 KitKat, l’appareil a tenu 345 minutes, tandis que sous Android L, il a tenu 471 minutes. Soit une amélioration de 36 % par rapport à Android KitKat. Ars Technica précise également pour les tests effectués sur Android L, la fonctionnalité « Économiseur de batterie » a été désactivée. Ce qui signifie que ce résultat pourrait être encore meilleur une fois activé. Enfin, Ars Technica précise que ce test ne sera sûrement pas représentatif des performances finales de Android L du fait qu’il s’agit de la version preview de l’OS. Dans tous les cas, les résultats sont franchement probants et augurent enfin d’une amélioration de l’autonomie des smartphones dans les mois à venir. Il était temps !