On apprenait hier la découverte d’un logiciel espion sur les smartphones de la marque Blu vendus aux États-Unis par Amazon, ainsi que l’existence d’un backdoor chinois. Aujourd’hui, ce sont les marques chinoises ZTE et Huawei qui réagissent à cette affaire.

capture-decran-2016-11-17-a-11-35-37

Hier, on apprenait grâce à l’entreprise Kriptowire, spécialisée dans la sécurité informatique, que les smartphones chinois de la marque Blu contenaient un logiciel espion. Celui-ci, développé à la base pour la gestion de flottes de nombreux smartphones est un produit de la société Shanghai Adups Technology. Le problème c’est que cette société développe des firmwares pour d’autres marques, dont Huawei et ZTE, qui réagissent aujourd’hui à cette affaire. Et au vu des capacités de ce firmware, capable d’envoyer des commandes à distance et donc d’infecter des centaines de milliers d’appareils, l’affaire du backdoor chinois est critique pour les fabricants.

Huawei : faire attention aux revendeurs non-agrées

Pour Huawei, la sécurité de ses utilisateurs est un sujet très important, qu’il prend « très au sérieux ». Il ajoute qu’aucun smartphone de Huawei ne possède de firmware développé par Shanghai Adups Technology. Si certains smartphones de la marque possèdent ce firmware, ce serait le résultat de fournisseurs non autorisés par Huawei, qui auraient passé un contrat avec Adups sans son accord et les auraient revendus par leurs propres canaux de distribution. On ne peut donc que vous mettre en garde contre l’achat de smartphones Huawei via des revendeurs tiers qui vous paraissent un peu louches…

ZTE : aucun smartphone aux États-Unis n’est concerné

ZTE de son côté précise qu’aucun smartphone vendu sur le territoire américain ne possède ce firmware, qu’il n’a jamais été installé et qu’il ne comptait de toute façon jamais l’installer. Ils assurent également que la sécurité de leurs clients reste une des priorités de la société.

Tout va bien, madame la marquise

Bien que ces réponses soient importantes de par leur caractère officiel, on ne peut pas se dire surpris. On n’apprend ainsi pas grand-chose de la part de ces marques alors que l’espionnage industriel et économique de la Chine est une réalité. Cependant, il faut également être fairplay, puisque l’espionnage n’est clairement pas l’apanage des Chinois, et constitue même un business pour des opérateurs de télécom américains. Enfin, même en France, l’espionnage est un sport national dans le domaine économique et politique.

Si on peut donc raisonnablement douter que les marques chinoises n’aient jamais cherché à espionner leurs utilisateurs, on peut également raisonnablement déclarer que c’est de bonne guerre comparé aux techniques des Américains et celles de nos propres grandes entreprises et services de renseignement.

On ne peut en tout cas que vous répéter de faire attention lors de l’achat de votre smartphone, et de rester vigilant lors de l’achat de matériel de marques peu connues provenant de Chine.

À lire sur FrAndroid : 6 questions et réponses sur l’affaire du backdoor chinois