L’erreur 53 est l’un des pires messages d’erreur qu’un utilisateur d’iPhone puisse voir s’afficher sur son téléphone. En effet, il survient notamment lorsque l’iPhone a été réparé ailleurs que dans un Apple Store ou une boutique agréée par la marque à la pomme. En cause : un risque pesant sur la sécurité du capteur d’empreintes digitales, selon Apple.

Apple bouton home

L’écran d’un iPhone et son capteur d’empreintes

L’erreur 53 a fait le tour du Web ce week-end. Cette erreur est susceptible de s’afficher sur le téléphone lors de la restauration ou de la mise à jour d’un iPhone et empêche alors son utilisation ou la récupération des données. La seule solution, c’est de repasser à la caisse, en procédant à l’échange du téléphone, facturé entre 320 et 350 euros selon le modèle, même sous garantie.

En effet, dans la très grande majorité des cas, l’erreur 53 est la conséquence d’une réparation de l’écran effectuée en dehors du réseau Apple, à l’aide d’une boutique de quartier ou avec ses propres tournevis et un peu d’huile de coude.

 

Une histoire de capteurs d’empreintes

Plus exactement, l’erreur intervient lorsque le bouton physique (qui abrite le capteur d’empreintes digitales) d’origine a été changé, ce qui est le cas lorsque le réparateur ne prend pas la peine de retirer le bouton original de l’écran lors de l’échange de ce dernier. La carte mère de l’iPhone ne repère donc pas la signature du capteur original et refuse alors de fonctionner, sauf si la réparation a été réalisée par un réparateur agréé qui peut reprogrammer la carte mère. Ce qui semble possible en théorie, mais pas dans la pratique.

Touch ID

 

La conséquence d’une mise à jour

L’histoire est ressortie ce week-end à la faveur d’un article publié par le Guardian. Mais dans les faits, ce problème se pose depuis l’arrivée d’iOS 9, en septembre 2015. C’est cette mise à jour qui a rendu obsolètes tous les iPhone dont le bouton physique n’avait pas été changé dans les règles de l’art Apple, c’est-à-dire tous les clients d’Apple qui ne souhaitaient pas payer plusieurs centaines d’euros pour la réparation d’un écran brisé.

Apple se défend sur son site Internet en précisant que « si votre appareil iOS est doté de Touch ID, iOS vérifie que le capteur Touch ID correspond aux autres composants de votre appareil lors de la mise à jour ou de la restauration. Cette vérification garantit la sécurité de votre appareil et des fonctionnalités iOS associées à Touch ID ». Apple utilise donc l’argument de la sécurité qui est recevable puisqu’un réparateur non agréé pourrait installer des capteurs non sécurisés ou capables de mettre à mal la sécurité d’iOS.

A lire sur le sujet : Apple officialise l'iPhone 6s

 

Une mauvaise communication

Il y a toutefois un réel problème de communication chez Apple. L’entreprise aurait au moins pu prévenir ses clients que la mise à jour vers iOS 9 allait bloquer les terminaux dont le bouton physique avait été changé en dehors du réseau officiel. Les clients qui sont bloqués suite à la mise à jour ne peuvent alors plus utiliser leur téléphone ni récupérer leurs données.

La seule solution est de récupérer le bouton d’origine, ou de faire changer son iPhone dans un Apple Store, en dehors du cadre de la garantie. Un système fermé peut avoir des avantages comme la sécurité ou la facilité d’utilisation, mais on a aujourd’hui la preuve qu’il peut compliquer la vie des utilisateurs et des clients qui empruntent un chemin légèrement différent de celui tracé par l’entreprise.