Pour chaque smartphone HTC vendu sous Android, Microsoft reçoit 5$. L’entreprise gagne ainsi plus qu’avec les licences de Windows Phone 7 !

Les guerres entre constructeurs à coup de dépôts de plainte sont devenues une chose courante, à tel point qu’on ne sait plus qui a attaqué qui. Vous vous souvenez peut-être que Microsoft avait attaqué HTC. En réalité, c’est Android dans son ensemble qui est concerné et par conséquent tous les constructeurs. Avec HTC, la situation semblait être résolue avec la sortie de téléphones sous Windows Phone 7. Mais en réalité, un accord a été trouvé discrètement entre les deux parties, pour qu’une licence de $5 soit donnée pour chaque smartphone Android vendu.

Si on s’attarde sur les ventes globales, HTC aurait vendu autour de 30 millions de smartphones depuis le lancement de la plateforme de Google. En sortant notre calculette, on voit alors que Microsoft a gagné près de 150 millions de dollars ! Comparons maintenant ce chiffre aux 2 millions de smartphones Windows Phone 7 vendus. Pour rappel, seuls des constructeurs tiers fournissent des téléphones (pas encore de Microsoft Phone sous WP7). Or, ils doivent s’acquitter d’une licence de $15 (hors négociations). Reprenons à nouveau notre calculette, qui nous donne un total d’environ 30 millions. En comparant ces deux chiffres, Microsoft gagne cinq fois plus en regardant les ventes de téléphones Android grimper, qu’en vendant son propre système d’exploitation ! Il ne faut pas oublier les téléphones sous WP7 de HTC, ce qui fait de ce constructeur un très bon client pour le géant de Redmond.

Selon un analyste de Citi, Microsoft va désormais réclamer une licence comprise entre $7,50 et $12,50 pour chaque téléphone Android vendu, pour les autres constructeurs. Mais dans le récent choc Barnes & Noble (créateur des Nook) vs Microsoft, la licence demandée sera même supérieure à celle demandée pour les téléphones Windows Phone 7 !

Lors du partenariat Nokia-Microsoft de nombreux analystes ont indiqué que le deal était officieusement pour combiner les portefeuilles des brevets de ces deux entreprises. L’objectif affiché est clairement de faire payer des licences à l’ensemble des concurrents. Rien ne montre pour l’instant officiellement cette voie, mais il faudra regarder de près les prochains dépôts de plainte.

Google ne demande pas de licence pour son système, mais les prix pratiqués par les constructeurs ne sont pas pour autant moins élevés que la concurrence. Est-ce que ces licences – qui vont probablement se multiplier dans les mois avenir – vont augmenter les prix ?

Source : Android And Me, Merci à Arnaud V.