Cette première journée du Mobile World Congress s’est clôturée en beauté sur un Unpacked Event numéro 5. L’occasion pour Samsung de lever le voile sur un Galaxy S5 prenant la relève d’une série de smartphones systématiquement attendus au tournant. Avec ce dernier modèle, Samsung prend-il des risques ? A cette question, nous pourrions faire une réponse de Normands.

Galaxy S5

Prise en main vidéo

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Un design… novateur

Le Galaxy S5 varie de son prédécesseur, mais pas tant que cela. De fait, il est à peine plus grand que son prédécesseur (142 x 72,5 x 8,1 mm), légèrement plus épais, et un peu plus lourd avec 145 grammes sur la balance. Par contre en termes de design pur, Samsung prend un risque. Exit le plastique brillant que l’on connaît depuis 2010, et pas d’imitation cuir plus ou moins appréciée selon les goûts : non non non, le Coréen a opté pour un plastique poinçonné, percé de petits trous sur un plastique légèrement mou, pas désagréable au toucher au demeurant. Les choix de couleurs opérés par le constructeur nous laissent cependant perplexes : autant nous comprenons le gris « charbon », voire le blanc un peu irisé, quand le champagne et le bleu métallisé nous laissent entièrement songeurs. Avec un tel aspect, que l’on ne pourra s’empêcher de qualifier de tape-à-l’œil, le « glam » selon Samsung risque de restreindre la cible technophile de la marque et l’orienter vers un public plus accro à la mode qu’aux fonctionnalités logicielles avancées. On regrettera des tranches striées manquant d’élégance, même si la coque amovible de l’appareil est en soi intéressante.

Samsung Galaxy S5

Du bleu… électrique !

Samsung Galaxy S5

Le noir « charcoal » de Samsung est bien irisé…

Samsung Galaxy S5

Passons à l’écran du Galaxy S5. Pas de 2K, nous l’avons dit, mais du Super AMOLED Full HD 1080p sur une diagonale de 5,1 pouces, contre 5 pouces pour le Galaxy S4. Samsung évoque un écran capable d’adapter ses profils au type de contenus affichés (« Adaptive Display »), une fonctionnalité qui méritera d’être testée dans des conditions d’utilisation normales. L’affichage est convaincant, les angles de vision également : Samsung dispose du savoir-faire qu’il faut pour convaincre en la matière.

Galaxy S5

De même pour les performances du smartphone. Doté d’un processeur Snapdragon 801 à 2,5 GHz et de 2 Go de RAM, le terminal paraît suffisamment véloce pour vous suivre au quotidien sans broncher. Nous l’avons soumis au test de benchmark AnTuTu : il a réalisé un score dépassant les 35000. La version commerciale de l’appareil, certainement un peu mieux optimisée, devrait dépasser encore ce résultat. Notez que nous sommes ici sur de l’Android 4.4.2 KitKat habillé de la surcouche TouchWiz réputée pour sa capacité à ralentir le système. Espérons que sa nouvelle version pallie ce défaut.

AnTuTu

Des capteurs en tous sens

On avait évoqué des capteurs allant jusqu’à l’extrême avec, pourquoi pas, un scanner d’iris. Restons calmes et retrouvons chez Samsung des technologies connues : le lecteur d’empreintes digitales. Pour l’activer, il suffit de faire glisser le doigt paramétré sur le bouton Home (pas sur l’écran). L’empreinte permet également de sécuriser des règlements via PayPal, un partenariat ayant été noué entre le Coréen et la société de paiement.

Galaxy S5

Votre doigt vous sert à naviguer dans le smartphone, mais pas seulement. Il est aussi l’intermédiaire par lequel le S5 est capable de mesurer votre rythme cardiaque. De fait, juste à côté du flash de l’appareil photo, un capteur sur lequel vous posez votre doigt se charge de vous indiquer la fréquence de vos battements cardiaques. Utile pour les sportifs, certainement un peu moins pour les autres, cela fonctionne bien. On passe évidemment par une application de la suite S Health inaugurée sur le Galaxy S4 l’an dernier. Le podomètre est d’ailleurs de la partie.

Galaxy S5

Dernier capteur, et pas des moindres, le capteur photo. Celui-ci propose une définition de 16 mégapixels et un autofocus à 0,3 s, particulièrement rapide. Nous n’avons pas chronométré l’opération, mais le fait est que la mise au point est particulièrement véloce sur le smartphone, qui propose en outre quelques fonctionnalités intéressantes. On retiendra « Selective Focus », cette fonction permettant de créer artificiellement un flou d’arrière-plan. Il suffit de faire la mise au point sur l’élément net et l’appareil, après quelques secondes de traitement, se charge d’ajouter ce flou. Toutefois, à la différence de Sony, il n’est pas possible de régler l’intensité dudit flou. En vidéo, vous noterez la possibilité d’enregistrer en Ultra HD, et celle d’utiliser le HDR en cours de capture. Vous disposerez de 16 ou 32 Go de mémoire extensible en micro-SD. A côté du slot, une batterie de 2800 mAh vous attend.

Galaxy S5

Samsung Galaxy S5

Sous le capot.

Finissons sur un détail qui compte : le réseau. La 4G de catégorie 4 sera bel et bien présente sur le Galaxy S5, qui en outre est certifié IP67, c’est-à-dire résistant à la poussière et à l’eau, d’où la trappe cachant son port micro-USB 3.0 situé sous l’appareil… et assez peu gracieuse. Pour savoir à quel tarif Samsung estime son appareil, il faudra patienter jusqu’au 11 avril, date de sa commercialisation. On peut d’ores et déjà tabler sur un prix situé entre 650 et 700 euros.