La révélation d’un document confidentiel destiné aux patrons de Samsung révèle à quel point l’entreprise sud-coréenne entretient une ambiance de travail extrêmement toxique et oppressante à l’égard de ses employés, à coup d’insultes et de techniques de managment abusives. Ces preuves accablantes expliquent peut-être le fiasco des Galaxy Note 7 explosifs.

samsung-logo

Une ambiance saine au travail est une condition essentielle pour l’épanouissement professionnel d’une personne. Il est également toujours positif d’instaurer une bonne relation avec ses supérieurs. Et quand on a rien de tout cela, on obtient une entreprise comme Samsung.

C’est en tout cas la première chose que l’on peut déduire à la lecture d’une présentation réservée aux hautes sphères décisionnelles de la firme. Le document fuité, relayé par The Register, laisse en effet peu de doutes quant à la culture de travail pernicieuse qui règne au sein de Samsung en Asie.

 

Les syndicats ne sont pas les bienvenus

En effet, le document en anglais  datant de 2012 (PDF) est accablant. On peut y lire des consignes pour contrer la création de syndicat au sein de l’entreprise ou encore des méthodes pour « dominer les employés » au quotidien. Le champ lexical est agressif et on a vraiment l’impression que les auteurs de la présentation considèrent les employés comme des ennemis.

 

Les conflits internes à la mode

Le document appelle les hauts placés dans la hiérarchie à trouver des moyens de punir les leaders des syndicats, d’isoler les employés qui posent problème ou, pire encore, de « causer des conflits internes ». Autrement dit, tout doit être mis en œuvre pour fragiliser le moindre mouvement de contestation ou de réclamation parmi les employés. Tout est dans l’intimidation, la menace et la peur. Difficile de faire plus toxique comme ambiance de travail.

businessmen-530331_1920

 

Les conditions de travail précaires

C’est la Confédération syndicale internationale (CSI) qui est à l’origine de la diffusion de ce document. Celle-ci dénonce les pratiques de Samsung et a lancé une pétition pour mettre fin à sa « politique antisyndicale ». L’organisation dénonce des conditions de travail précaires et « inhumaines » ainsi que « des agressions verbales et physiques et de graves discriminations ».

 

La gestion des entreprises va être de plus en plus difficile car les politiques favorisant les travailleurs vont se multiplier

Ce n’est pas la première fois que Samsung fait face à ce genre d’accusations. Un article du Monde diplomatique sorti en juillet 2013 qualifie le chaebol « d’empire de la peur » si puissant qu’il peut influencer la politique, la justice et la presse du pays. D’ailleurs le document en fuite est très méprisant envers les politiques « populistes » qui fleurissent en Corée du Sud. « La gestion des entreprises va être de plus en plus difficile car les politiques favorisant les travailleurs vont se multiplier », peut-on lire dans la présentation.

 

Des insultes à tout va

Étonnamment, le document liste des insultes proférées par des chefs de divisons à leurs subalternes. Les propos sont extrêmement violents et dégradants. On vous laisse juger.

  • Bitch, what’s wrong with this organization ? What a scrape I am involved in this department…
  • Fuckheads, you’ve never gotten what I’m saying
  • Bitch, Fuckin’ asshole, I’ll rip your trap. You’ve got to be careful
  • Should I give you a pay ? You’re worthless, you just got sick every time
  • You, son of a bitch, why didn’t you do what I’d ordered ?

 

Ambiance toxique = Galaxy Note 7 explosif ?

La divulgation du document intervient au beau milieu de l’affaire des Galaxy Note 7 explosifs qui coûte extrêmement cher à Samsung. On ne peut donc pas s’empêcher de voir un lien de cause à effet entre l’ambiance de travail toxique et les appareils défectueux.

L’entreprise a peut-être mis la pression sur ses employés pour construire le Galaxy Note 7 dans des délais trop courts, favorisant ainsi les risques d’erreurs de fabrication. D’autant plus que, d’après le New York Times, tous les employés-testeurs du smartphone n’avaient pas le droit de communiquer entre eux via emails, SMS ou appel pour éviter toute trace de communication qui pourrait nuire à la firme.

Samsung Galaxy Note 7 4

 

Quelques points positifs

Malgré son ton global très belliqueux, le document appelle également à trouver des solutions pour lutter contre le harcèlement sexuel. On peut également voir que les auteurs appellent à trouver des solutions contre les abus qui poussent certains employés à enchaîner de trop nombreuses heures de travail sans se reposer, parfois jusqu’à la mort. La présentation appelle donc à éradiquer les pratiques illégales responsables de ces drames.

Mais c’est largement insuffisant pour blanchir le document et pardonner l’agressivité des cadres de chez Samsung. Précisons d’ailleurs que ces accusations sont uniquement portées aux branches asiatiques de Samsung, et non pas aux branches du reste du monde comme par exemple en Europe ou aux Etats-Unis.