Introduction

La réalité virtuelle ne fait pas l’unanimité entre les rêveurs, les sceptiques et ceux farouchement opposés à ce nouveau virage. Mais si vous consultez FrAndroid, et plus largement la famille Humanoid avec Numerama, c’est que vous êtes, comme nous, plutôt totalement féru de nouvelles technologies. Et cela tombe bien, car après nous être essayés au HTC Vive, nous avons remis ça avec le casque PlayStation VR uniquement compatible avec la PlayStation 4. Une gamme différente, un prix plus accessible, une autre prise en main et des expériences inédites… Plongez avec nous dans cette autre réalité.

sony-playstation-vr-10-sur-25

Le casque du confort

Le PlayStation VR est le premier casque de réalité virtuelle de la nouvelle génération de console. Il est sans aucun doute le plus élégant des casques, loin devant le HTC Vive et l’Occulus Rift. Noir et blanc, ses lumières bleues en font un joli objet high-tech. Le plastique peut donner l’impression d’un jouet et d’un manque de robustesse, mais c’est en réalité une solution qui permet d’amortir les chocs en cas de chute.

Mais c’est aussi et surtout le plus confortable des casques actuellement disponibles. Le PS VR n’est pas le plus léger avec ses 610 g, mais il donne vraiment une sensation de légèreté. Son poids est tellement bien réparti sur l’ensemble de la tête, qu’on l’oublierait totalement. Il ne s’agit pas d’un élastique, mais d’un plastique flexible qui entoure l’œil. Il n’exerce donc pas de pression sur le visage, et permet de laisser passer l’air. Cela laisse passer un peu de jour en dessous malheureusement, mais ceci a l’avantage d’apporter pendant les parties un rafraîchissement et éviter la buée sur les lunettes comme c’était le cas pour le HTC.

sony-playstation-vr-11-sur-25

sony-playstation-vr-17-sur-25

Une installation en toute simplicité

Avant de poser son casque sur le crâne, il est nécessaire d’installer tout le matériel dans votre salon. On entend beaucoup de monde se plaindre des nombreux fils du PS VR. Mais c’est une légende, surtout quand on a connu la galère de l’installation du HTC Vive. Pas de configurations particulières ni d’installations en plus sur un ordinateur ou un besoin d’espace physique conséquent, lancement direct des jeux… L’installation est très simple et démarrer une partie, très rapide.

Quand vous ouvrez votre paquet, vous trouverez le casque, bien entendu, mais aussi un petit boîtier ressemblant à une PS4 miniature. Il s’agit du processeur, qui servira par ailleurs de liaison pour tous les appareils. Le double boîtier prend le signal de la PS4 pour le retranscrire sur le PS VR via une double prise HDMI pour chaque œil. Il est possible d’afficher le jeu sur la TV, un bon point lorsque vous avez des amis, mais surtout lors de parties en multijoueurs. Il doit être relié à la PS4 par une prise USB. Le boîtier fonctionne avec une alimentation portable, ressemblant à une banale alimentation de PC portable, ce qui permet d’alléger l’appareil et de placer un petit ventilateur à l’arrière. Sony a pensé à faciliter les branchements grâce à des jeux de couleurs et les symboles historiques de la PlayStation.

sony-playstation-vr-16-sur-25

Un peu à l’image du Hololens de Microsoft, le PS VR se compose d’un arceau vinyle imitation cuir qui permet de relier les lunettes à la tête. Pour le placer, c’est donc très simple, il suffit de faire coulisser la nacelle sur le rail blanc pour coller les lunettes au plus près de ses yeux et en fonction de sa vue. Pour allumer l’appareil, un bouton Power a été placé sur une petite télécommande sur les fils du casque. C’est également sur celui-ci qu’est placé le réglage du son, la prise jack et le micro.

Il est indispensable pour faire fonctionner le PS VR d’avoir une PlayStation Camera. Si Sony en a sorti une nouvelle version, plus pratique et esthétique, le premier modèle suffit amplement puisqu’il s’agit des mêmes caractéristiques techniques. Elle se connecte rapidement à la PS4 et peut être réglée en un bouton à n’importe quel moment de vos sessions de jeu. Enfin, pour certains types de jeu, il est recommandé voire nécessaire d’utiliser les PS Move, les mêmes sortis sur PS3 il y a quelques années de cela. Ces manettes sont très pratiques dans les jeux de simulation, mais surtout les shooters.

Une fiche technique honorable

Le prix du PlayStation VR est relativement bas. Et pourtant, sa fiche technique n’a pas à rougir pour autant de la concurrence. L’écran OLED de 5,7” affiche une résolution de 1920 x 1080 pour un champ de vision d’environ 100 degrés. Le taux de rafraîchissement est lui de 120 Hz/90 Hz.

Le processeur prend en charge la vidéo pour du contenu en 1080p et 4K, en format couleur YUV 420 jusqu’à 60 Hz comme avec la PlayStation Pro. Le rendu sera d’ailleurs optimisé avec la nouvelle version améliorée de la PS4 puisque le processeur de cette dernière sera en mesure d’afficher des jeux à 60fps avec les graphismes prévus à l’origine. La PS4 actuelle affiche déjà du 60fps, mais les graphismes ont été baissés pour permettre de maintenir une certaine fluidité.

Le casque intègre un microphone et deux capteurs, l’accéléromètre et le gyroscope. Le processeur propose un traitement audio 3D, un mode cinéma, un écran social en mode miroir, pour que vos amis puissent eux aussi regarder le jeu, mais aussi en mode séparé pour les jeux multi comme le très sympathique PlayRoom VR.

 PlayStation VRHTC ViveOculus Rift
Type d'écranOLEDOLEDOLED
Résolution1920 x 1080 pixels2160 x 1200 pixels2160 x 1200 pixels
Résolution par oeil960 x 10801080 x 1200 pixels1080 × 1200 pixels
Fréquence120 Hz, 90 Hz90 Hz90 Hz
Angle de vision100 degrés110 degrés110 degrés
Audio intégréNon, port jack.Non, port jack.Oui
CapteursGyroscope, accéléromètreGyroscope, accéléromètreGyroscope, accéléromètre, magnétomètre
ConnectiquesHDMI / USBHDMI / USBHDMI / USB
Prix recommandé399,99 euros + PlayStation Camera (60 euros)899 euros + frais de port699 euros

La VR, nouvelle salle d’arcade

Les types de jeux proposés sont à priori plutôt variés : des simulateurs comme Job simulator, de la plateforme et party games loufoques tel que PlayRoom VR, des expériences contemplatives avec Allumette ou Ocean Descent, mais surtout, des jeux très orientés arcade pour la plupart, avec des shooters sur rail ou plus libres. Les limites de la VR se font alors vite sentir. Si en apparence on a l’impression d’avoir une variété de jeux, la sensation est souvent la même ou bien, les jeux sont trop courts. Batman VR ou la démo de Resident Evil sont de belles promesses, mais on ne peut s’empêcher de rester sur notre faim. Actuellement nous avons plus affaire à de nombreux mini jeux que de grands jeux. Mais le PS VR a-t-il la possibilité de faire plus ?

sony-playstation-vr-21-sur-25

Les longues sessions seraient difficiles, en l’état actuel, car certains ressentent rapidement la nausée ou des maux de tête. Je dirais que ça dépend des sensibilités de chacun, de l’habitude beaucoup, et des types de jeux. Ce n’est pas le cas de tout le monde dans la rédaction, mais personnellement, je n’ai pas ressenti de gêne particulière, même pendant mes longues sessions de jeu (une heure sans pause au maximum). Il y a cependant certains jeux qui mériteraient de la part de Sony des avertissements. Le jeu de mécha Rigs est sans doute l’un des jeux qui m’ont le plus amusé, mais celui-ci m’a aussi donné la nausée.

La réalité virtuelle, pour l’expérience que nous en avons pour l’instant, c’est aussi la nouvelle salle d’arcade dans votre salon. Ou plutôt dans votre casque. Bref, la plupart des jeux, en dehors des expériences plus de simulation ou contemplatives, c’est avant tout du jeu vidéo clairement orienté arcade. Et il faut dire que l’alliance du casque de réalité virtuelle et des PS Move sur un rail shooter comme Until Dawn ou même Farpoint et Scavengers Odyssey, ça fonctionne très bien. Ce n’est sans doute pas pour rien que des salles d’arcades se sont équipées de dispositifs de réalité virtuelle au Japon.

Pénétrer dans un autre univers

Le PlayStation VR est, nous l’avons vu dans ses caractéristiques techniques, moins puissant que ses principaux concurrents. La qualité de l’image est bien en dessous de ce que propose le HTC Vive. L’aliasing s’invite parfois dans nos parties, nous rappelant les heures de gloire de la PlayStation 2… Et c’est d’autant plus flagrant quand il y a la volonté de rendre les choses réalistes. Logique me direz-vous, et avec les limites techniques de l’appareil c’est tout à fait normal. Mais cela soulève un autre point intéressant tout de même. Pour l’instant, l’illusion de pénétrer dans une réalité autre que la nôtre est plus forte quand celle-ci s’en éloigne le plus possible. Autrement dit, ce sont bien des images de type cartoon qui réussissent le plus le pari puisqu’ils ne sont pas gâchés par des limitations techniques et visuelles.

sony-playstation-vr-24-sur-25

Pour preuve, dans Job simulator, pourtant très coloré et flat design, j’ai réussi à m’imaginer que je pouvais m’appuyer contre le comptoir de ma cuisine fictive. Résultat, j’ai manqué de tomber sur mon téléviseur ! De même, lorsque j’ai saisi un objet à jeter pour me défendre dans The Heist ! J’ai envoyé valser le PS Move. Et pour le coup, contrairement avec la WiiMote, la dragonne peut s’avérer très utile…

L’impression de pénétrer dans une autre réalité change complètement le rapport de notre corps avec le jeu. On se surprend à réagir de la tête au pied, se recroqueviller pour espérer échapper à un requin, avoir une sensation de vertige près d’une falaise dans Farpoint et une illusion d’infini dans l’espace avec Eve Valkyrie.

Faites de vos rêves une réalité virtuelle

Derrière cet oxymore de réalité virtuelle se cache l’idée d’un rêve assisté par la technologie. La technologie, et plus précisément ici le jeu vidéo, est porteuse de rêve : pénétrer dans un univers, une autre réalité. De nombreux environnements virtuels proposent une expérience surréaliste comme nager dans les fonds marins, voler dans les cieux et un tas d’autres activités impraticables aussi facilement dans la vraie vie. Mais aussi le fait d’entrer dans un jeu, le vivre à la première personne. L’attente et l’envie suscitées par les évolutions technologiques et les promesses qu’elles nous font génèrent elles aussi du rêve, celui de nous transporter plus loin, plus haut que ce que la nature nous permet. Car si avec le PlayStation VR nous sommes pour le moment rapidement limité, il laisse entrevoir quelque chose de bien plus grand.

La réalité virtuelle n’en est pas à son premier coup d’essai, c’est un fantasme et de profonds stimulis qui animent les hommes depuis très longtemps. Cependant, c’est la première fois que les constructeurs proposent des casques de cette qualité pour des expériences si immersives et accessibles. Et le géant Sony n’a pas peur de faire des promesses impossibles. Tant que l’effet de découverte est là chez le joueur, qu’il peut encore oser penser franchir les limites de son imagination, le PS VR suscitera l’intérêt. Mais il sera nécessaire de renouveler et d’aller encore plus loin pour le constructeur, car l’effet risque de retomber rapidement.

sony-playstation-vr-13-sur-25

Même si l’expérience est rendue accessible, Sony vise un public particulier, celui d’une génération qui aura connu une bonne partie de l’histoire vidéoludique et qui s’intéresse maintenant à de nouvelles sensations, ce que propose la réalité virtuelle. Vivre enfin ce futur tant désiré, dépasser la réalité, réaliser nos fantasmes de l’enfance, ce qu’on s’imaginait devenir ou pouvoir faire, avant que la réalité nous rattrape une bonne fois pour toutes. Même si les plus jeunes sont aussi attirés, la tranche de la population qui peut réellement investir dans ce type d’équipement correspond aux adultes, les jeux assez matures pour la plupart en sont aussi une preuve.

Reste à savoir si Sony réussira à maintenir l’intérêt de ses clients, si les développeurs s’empareront de ce nouvel outil pour proposer davantage de jeux avec un réel gameplay, et si le coût baisse également car il faut reconnaître que le prix d’ensemble reste relativement excessif. Il faut rajouter une caméra de 60 euros et deux PlayStation Move pour 80 euros. Si le PS VR n’est pas plus soutenu qu’actuellement dans les mois à venir, le PlayStation VR, comme ses concurrents, risque rapidement de se voir ranger au placard. Mais une chose est sûre, il faut avoir essayé le casque de Sony pour constater le bond en avant réalisé sur console.

Prix et disponibilité

Le PlayStation VR est déjà disponible en France. Il faut compter 399 euros pour le casque seul comme chez Boulanger, sans compter les manettes, les PS Move et la caméra.

 

Test PlayStation VR Le verdict

design
9
Au premier regard, le PS VR est un bel objet high-tech. De plus près, on se rend compte qu’il ressemble bien plus à un jouet à cause du plastique. Cependant, c’est un bon parti pris puisque ça amortit les chocs en cas de mauvaise chute.
confort
10
Les fils nous rappellent que nous sommes bien sur Terre, mais le confort du PS VR est tel qu’on l’oublierait presque. Son poids est réparti équitablement et n’exerce pas de pression sur le visage.
performances
7
Même si nous avons le plus souvent l’impression de jouer à des jeux de PS2, cela n’est pas, dans la plupart des expériences un frein pour pénétrer dans un univers. L’immersion prend le dessus sur les limites techniques du casque de Sony.
logiciel
9
Le hardware est facile à installer et il suffit ensuite d’allumer sa PlayStation 4 pour pouvoir ensuite profiter immédiatement du catalogue de jeux du PS VR. Beaucoup d’arcade et d’expériences, il faut pour l’instant se contenter de courtes sessions. Reste à voir si Sony proposera rapidement plus de jeux.
Note finale du test 9/10
Si le PlayStation VR n'est pas la grande révolution technologique tant attendue, elle a tout de même le mérite de proposer une première expérience très immersive sur les consoles de jeux actuelles. C'est aussi un casque confortable et accessible qui permet de démocratiser la réalité virtuelle dans nos salons. Un prix beaucoup plus bas que ses concurrents, même s'il est nécessaire d'acheter des accessoires si vous ne les avez pas déjà.

Difficile de savoir encore si le PS VR a réellement un avenir dans le temps long, une fois la surprise des premières expériences retombée. Il faudra impérativement que Sony multiplie les jeux et notamment les gros titres.

Entre son prix, sa simplicité et ses expériences, le premier casque de VR de Sony reste l'un des meilleurs moyens de s'essayer à la réalité virtuelle. Le rêve est à présent devenu ou presque réel.

Face au Vive, le PS VR propose une expérience largement moins convaincante, mais aussi largement moins chère.
  • Points positifs
    • Un prix plus accessible
    • La facilité d'utilisation
    • Le confort du casque
    • L'immersion
  • Points négatifs
    • Pas assez de gros jeux
    • Graphiquement parfois très décevant