Introduction

Doogee est une marque chinoise qui ne parle pas à tout le monde, mais elle propose certains appareils à des prix très raisonnables. Le dernier appareil de la marque, le Shoot 1, est l’objet de ce test express.

Comme vous le savez peut-être, il existe énormément de smartphones chinois avec un prix défiant toute concurrence. Trouvable à 100 euros très facilement sur Internet, le Doogee Shoot 1 ne fait pas exception à cette règle.

Mais pour se démarquer de ses concurrents, Doogee a pensé à un téléphone avec un double capteur photo, très à la mode en ce moment, dans un téléphone qui a fière allure sur le site officiel. Voyons ensemble ce qu’il en est réellement.

Fiche Technique

Modèle Doogee Shoot 1
Version de l'OS Android 6.0 (Marshmallow)
Interface Android Stock
Taille d'écran 5,5 pouces
Définition 1920 x 1080 pixels
Densité de pixels 401 ppp
SoC MT 6735 à 1,5GHz
Processeur (CPU) Cortex-A53
Puce Graphique (GPU) Mali-T720MP2
Mémoire vive (RAM) 2 Go
Mémoire interne (flash) 16 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1:13 Mégapixels, Capteur 2: 8 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 8 Mégapixels
Wi-Fi Oui
Bluetooth 4.0
Réseaux EDGE, HSPA+, 4G LTE
Bandes supportées 850 MHz, 900 MHz, 1900 MHz, 2100 MHz, 800 MHz, 1800 MHz, 2600 MHz
SIM nano SIM
NFC Non
Ports (entrées/sorties) microUSB
Géolocalisation Oui
Batterie 3300 mAh
Dimensions 156,6 x 77 x 8,7 mm
Poids 167,2 grammes
Couleurs Rose, Noir, Argent
Prix 90 euros
Fiche produit

Un design sans ambition

Quand Manuel a jeté un oeil au téléphone, sa réaction a été très franche et particulièrement pertinente :  » On dirait un OnePlus 3… en plus gros… et plus cheap ». Et ces quelques mots résument très bien ce à quoi ressemble le Shoot 1.

Pour être plus précis, le Shoot 1 ressemble à s’y méprendre au Xiaomi Redmi Pro, qui lui-même ressemble au OnePlus 3. Le Doogee semble être un mélange entre le OnePlus et le Xiaomi. Ainsi, si le téléphone reprend quasi intégralement l’esthétique du Redmi Pro, l’emplacement des boutons de volume ou de la caméra frontale est similaire à celui du OnePlus 3.

Le design reste agréable, mais il n’a rien de vraiment original qui lui permet de se démarquer. Pour un téléphone à 100 euros, ce n’est pas une vraie faiblesse, mais cela conforte l’idée d’un appareil très générique.

On note que le téléphone est directement livré avec une protection d’écran appliquée et une coque en silicone transparente qui recouvre le téléphone. Une initiative qui mérite d’être mentionnée, surtout sur un téléphone à petit prix.

Le site met en avant un design métallique, mais le téléphone est en réalité composé d’un plastique sensé imiter l’aspect métallique.

Écran

Le ressenti sur l’écran est plutôt bon. Les couleurs ont l’air d’être plutôt riches, avec une luminosité suffisante pour être lisible en plein soleil. Mais après l’avoir comparé à des écrans de téléphone autrement plus chers, les défauts sautent aux yeux.

Le blanc n’est pas très juste, tirant plutôt sur le mauve, et l’écran s’assombrit fortement quand l’angle de visionnage s’éloigne des 90 degrés tandis que la luminosité souffre de la comparaison avec des téléphones plus chers.

Mais, si l’on ne s’amuse pas à comparer le Doogee avec d’autres écrans, il devrait pouvoir vous satisfaire sans trop se forcer. S’il est loin d’être un concurrent sérieux aux meilleurs écrans du marché, l’écran du Doogee Shoot 1 remplit son office décemment.

Une offre logicielle sans ambition

Comme certains téléphones chinois, le Doogee n’est pas pourvu d’une interface constructeur très développée. On y retrouve une interface proche d’AOSP dans sa version Android 6.0 Marshmallow.

La langue de Molière est également disponible sur le Doogee.

La surcouche est assez inexistante. Doogee n’a même pas pris la peine de retirer le navigateur par défaut pour le remplacer par Chrome, pourtant plus performant en tous points. Sans compter qu’avoir des applications en doublon n’est jamais intéressant pour les utilisateurs.

DG Security à gauche et DG Xender à droite

D’autres applications sont proposées, comme DG Security, permettant de protéger par mot de passe certaines applications, ou encore DG Xender, une application de transfert de fichiers par Wi-Fi. WPS Office est également directement intégré dans le système. Selon le type de consommateur, ce geste peut être bienvenu ou très mal vu.

En revanche, il est à noter que le téléphone possède un capteur d’empreintes vraiment rapide. Sans avoir procédé à de comparaisons d’une rigueur scientifique, je pense qu’il doit être aussi rapide que les capteurs sur les téléphones récents comme le OnePlus 3 ou Samsung Galaxy S7.

En parlant de vitesse, l’interface du Shoot 1 n’est pas des plus réactives. Pour un tel budget, on ne s’attend probablement pas à un foudre de guerre, et à raison. Toujours est-il que le Doogee a su répondre à nos sollicitations dans des délais respectables malgré ses quelques ralentissements.

Des performances photo décevantes

Quand un téléphone s’appelle Shoot, en référence à la photographie, on peut s’attendre à des résultats corrects lors de nos clichés. Il n’en est rien. Même en prenant en compte le prix de l’appareil, je suis déçu des performances en photo du Doogee Shoot 1.

Voici le mode HDR du Doogee. Le mode classique fait disparaître les quelques nuages.

Le double capteur semble totalement inutile et, pour être honnête, le capteur principal est totalement à la ramasse en extérieur. Les résultats sont à la limite de l’impressionnisme quand on zoom un peu trop. Et le mode HDR, rend un tout petit peu mieux, mais prend 4 secondes pour le moindre cliché.

Le mode Bokeh est une grande blague, car il n’utilise pas le double capteur pour mesurer la distance entre le téléphone et l’objet ciblé, mais se contente de flouter ce qui entoure la mise au point. Un simple focus se révèle plus efficace, un comble.

En intérieur, le résultat est heureusement sensiblement meilleur, sans pour autant être satisfaisant. Les détails sont aux abonnés absents, même avec des bonnes conditions d’éclairage.

Le capteur frontal, quant à lui, est à fuir. Les couleurs ne respectent pas la réalité et du bruit parsème l’image pour un résultat particulièrement mauvais. Au moins, il se déclenche automatiquement quand vous faites le signe de paix.

Des performances correctes

Le Doogee Shoot 1 embarque 2 Go de mémoire vive, 16 Go de stockage et un processeur MediaTek MT6737T, un quadruple-cœur Cortex A53 cadencé à 1,5 GHz, accompagné d’une puce graphique Mali T720. Côté performance, il est en dessous d’un Snapdragon 617, un processeur milieu de gamme de 2015.

Et cela se ressent à l’usage. Les applications ne sont pas très rapides au lancement et certaines animations sont assez poussives. Dans l’ensemble, le smartphone reste 100 % fonctionnel, mais souffre de quelques ralentissements.

PCMark
  • Doogee Shoot 1 : 4031
  • Wiko UFeel : 3738
  • Archos 55 : 2455

Le score PCMark de 4023 le place dans la moyenne haute de ce type de smartphone. Malgré tout, il ne faut pas s’attendre à faire tourner les derniers jeux 3D du moment sans perte de fluidité. Cela n’est pas un souci au vu du prix, mais le manque de fluidité globale aperçu durant la prise en main ne présage rien de bon pour l’utilisation quotidienne.

Un jeu comme Asphalt 8 a un comportement erratique. Le jeu peut être fluide l’espace de quelques secondes avant de ralentir sérieusement et de baisser dans les 15 images par secondes. En revanche, des jeux plus légers comme Alto’s Adventure n’ont aucun problème sur le Shoot 1.

Une autonomie assez faible

Nous avons soumis le Doogee Shoot 1 à notre test d’autonomie. Pour rappel, celui-ci consiste à lire une vidéo YouTube pendant une heure, après avoir réglé la luminosité à 200 cd/m². Avec une batterie de 3300 mAh, le Doogee Shoot 1 devrait pouvoir s’en tirer sans perdre trop de batterie durant le processus.

Battery Doogee
  • Shoot 1 : 83
  • UFeel : 86
  • 55 Helium : 79

La réalité, encore une fois, est plutôt décevante. Le téléphone perd 17 % lors du test. Ce qui le fait passer dans le bas du panier et montre une gestion de l’autonomie peu efficace. Ce résultat est d’ailleurs confirmé par le fait que le téléphone tend à perdre rapidement de la batterie lors d’une utilisation normale. Autant dire que votre journée ne devra pas être trop longue.

De la 4G quasiment complète

Le Doogee Shoot 1 est un téléphone chinois qui a le bon goût de proposer la plupart de bandes de fréquences du réseau de quatrième génération français. En revanche, les clients Free Mobile devraient prendre en compte qu’il n’est pas compatible avec la fréquence 700 MHz.

Note finale du test 4/10
Comment conclure sur le Doogee sans paraître trop injuste ou trop clément ? Le prix ne peut pas justifier tous les défauts et le téléphone possède des qualités. Le mieux est encore d'éviter cet appareil. Malgré les quelques efforts, le Doogee Shoot 1 souffre de problèmes de cohérences qui, s'ils ne sont pas rédhibitoires, montrent que l'appareil ne bénéficie pas du niveau de finition que l'on attend d'un smartphone.

Pour être envisageable, le Doogee n'a pas besoin d'un double capteur, d'une charge rapide ou de performances incroyables. À ce prix, on s'attend à un smartphone modeste en apparence, mais qui propose une expérience d'utilisation cohérente dans sa globalité. Et pour cela, le Doogee aurait du passer plus de temps sur les finitions.
  • Points positifs
    • Prix tout doux
    • Écran potable pour le prix
    • Des performances acceptables
    • La bande des 800 MHz
  • Points négatifs
    • Appareil photo vraiment mauvais
    • Interface peu soignée
    • Faible autonomie