Review of: Xperia U
smartphone:
Sony
Price:
259

Reviewed by:
Rating:
3
On 19 juin 2012
Last modified:29 juillet 2013

Summary:

Ceux de nos lecteurs qui se sont déjà documentés sur ce modèle grâce à la vidéo de prise en main que nous faisions il y a quelques semaines le savent déjà : oui l'Xperia U est un smartphone entrée de gamme que nous vous recommandons. A 259€ nu, il fait sûrement partie de ce que vous pouvez trouver de mieux sur le marché à l'heure actuelle pour un petit budget. Certes, il ne faudra pas lui demander d'être performant du côté du multimédia, mais pour tout le reste vous pouvez foncer : Sony a réussi à proposer un smartphone entrée de gamme sans compromis sur les finitions, doté d'un écran à la définition très correcte et d'un OS fluide et bien pensé, qui ne pourra que se bonifier avec Android 4.0.

U, P, S, ces trois lettres vous seront très familières si vous avez un jour attendu votre nouvelle Freebox, ou, si, comme les constructeurs de smartphones Android cette année, vous avez décidé que les jolis noms c’était has-been et qu’il fallait revenir à la bonne vieille lettre, histoire de bien embrouiller les journalistes et blogueurs. Mais comme nous sommes assez éveillés pour faire une soustraction à base de lettres, nous pouvons affirmer avec certitude que si P et S ont déjà été traités, il faut que l’on vous parle un peu d’U.

U, c’est le nom de code du dernier mobile de la gamme Xperia NXT dévoilée au MWC 2012, un modèle entrée de gamme qui sera vendu chez les opérateurs à partir d’un euro avec un forfait et à 259€ sur les sites de commerce non spécialisés dans la téléphonie. On est donc clairement sur le plus petit des smartphones Sony pour 2012, mais attention, cela ne veut pas dire qu’il n’a rien dans le bide : le plus intéressant pour nous sera justement de voir ce qu’il vous propose pour son petit prix.

Si nous avons choisi de le tester en dernier, ce n’est pas pour rien : ne vous attendez pas dans la suite à retrouver un test aussi complet que d’habitude, toute la partie logicielle est par exemple strictement la même que sur l’Xperia P, il serait dommage de réécrire entièrement ces paragraphes. Même si notre test détaillera, comme d’habitude, tous les aspects du smartphone, nous vous renverrons aux tests précédents quand nous pourrons économiser quelques paragraphes virtuels et ensemble, nous pourrons sauver les arbres de FarmVille.

Note à nos chers lecteurs : ce test déploie son alacrité sur plusieurs pages. Si nous avons omis des détails qui vous tiendraient à coeur, n’hésitez pas à nous faire part de vos interrogations dans les commentaires. – Sincèrement, la rédaction.

Sommaire

I – Xperia U : Chérie, j’ai rétréci l’Xperia S

1 – Un smartphone distingué dans une boîte généreuse 

2 – Petit mais costaud : les 3,5 pouces sont encore en jeu

II – Sony et Android : Gingerbread, fluidité et offre logicielle

[Retrouvez le détail des applications et de l'interface Sony ici]

1 – Une interface propriétaire enfin fluide ?

[vidéo de prise en main]

2 – Une offre logicielle orientée réseaux sociaux

III – Multimédia et jeux vidéo

1 – Appareil photo et lecture vidéo : quelle place pour l’entrée de gamme ?

2 – Jeux et divertissement

Conclusion

I – Xperia U : Chérie, j’ai rétréci l’Xperia S

1 – Un smartphone distingué dans une boîte généreuse 

Derrière ce titre fort mal trouvé, inspiré d’un nanard qui ne parlera pas au moins de 16 ans, se cache une réalité fort simple : l’Xperia U, c’est l’Xperia S en plus petit. Si l’on pouvait regretter les choix de Sony sur les matériaux utilisés pour l’Xperia P, l’assemblage d’aluminium et de plastique n’était pas la plus belle réussite esthétique de la marque avec toutes ses rainures apparentes, on retourne ici sur un smartphone directement issu du fer de lance de cette gamme 2012.

Le rédacteur du présent test n’est pas responsable du rose

L’Xperia U est moulé dans un plastique semi-rigide ou semi-mou, selon votre orientation, dont le revêtement est peut-être ce qui se fait de mieux à l’heure actuelle au toucher. La prise en main est vraiment excellente et on oublie les quelques marques de séparation des différentes parties de la coque – bien plus en tout cas que lorsque le smartphone allie plusieurs matériaux.

Cette gomme a l’avantage d’être plutôt résistante alors que le plastique rigide, au hasard comme celui d’un Nexus S, a tendance à avoir un peu de mal à résister aux chutes et autres chocs moins importants. Bref, pour un smartphone entrée de gamme, difficile de trouver mieux, les finitions ayant été particulièrement soignées – rien ne distingue, si ce n’est la taille, cet Xperia U de l’Xperia S.

Plastique-gomme et courbes gracieuses : l’Xperia U a tout d’un grand. Mais en petit.

On nous a signalé dans les commentaires de la vidéo de prise en main du smartphone que les bundles changeaient selon les opérateurs, mais nous avons été agréablement surpris par celui de l’Xperia U « nu » que nous avons reçu : en plus d’une classique notice et d’un câble USB, Sony offre à ses clients un socle de rechange, malheureusement rose pour notre smartphone, un film protecteur pour l’écran, un petit carré de tissu antistatique pour nettoyer l’engin et un adaptateur micro-SIM vers SIM.

Atelier dissection

Ce n’est pas grand chose, mais ce sont de petites attentions qui font toujours plaisir à l’heure où le contenu des boîtes est toujours plus épuré, les constructeurs aimant faire raquer le client en accessoires divers.

2 – Petit mais costaud : les 3,5 pouces sont encore en jeu

Si l’on passe maintenant de l’esthétique à la pratique, on s’aperçoit que l’engin a hérité des connectiques de base et des boutons des grands frères : port micro-USB et bouton déclencheur à deux pressions sont de la partie. Encore une fois, c’est une excellente idée si vous souhaitez faire du smartphone un appareil photo d’appoint, même si l’on verra un peu plus loin qu’il n’est pas aussi performant que ses aînés.

Contrairement à la plupart des modèles actuels, l’Xperia U dispose d’une batterie amovible – la coque est donc démontable très simplement. Pratique si vous voulez utiliser deux batteries pour avoir plus d’autonomie ou si vous ne souhaitez pas racheter un smartphone ou payer de coûteux frais de SAV quand la batterie d’origine faiblira. On notera également sur le haut de l’appareil une diode de notification vous permettant de savoir ce qu’il se passe sur votre smartphone d’un coup d’oeil – après avoir disparu quelques temps des modèles, cette notification visuelle revient en force sur Android, et c’est tant mieux.

Plus qu’un port, moins de trou : fonction ou esthétique, dilemme

Pour finir sur le hardware, petit bémol du côté de la mémoire interne, qui sera limitée en tout et pour tout à 4 Go, donc à peu près 3 d’exploitables. Sony a fait le choix de ne pas autoriser l’ajout de mémoire de stockage via carte micro-SD par exemple et a dans le même temps réduit le stockage interne à sa limite la plus basse. Ce sera donc très juste pour stocker de la musique par exemple ou utiliser beaucoup d’applications – préférez des services de cloud comme Google Music qui vous permettront d’économiser de l’espace.

A l’heure où les smartphones de très grande taille sont à la mode, cet Xperia U sort du lot en proposant un écran de 3,5 pouces. Après tout, pas tout le monde n’a les mains – ou les poches – adaptées pour se trimbaler un Galaxy Note. Malheureusement, la gamme des « petits » portables tend de plus en plus à être évincée, les constructeurs faisant démarrer leurs modèles autour de 4 pouces, ce qui n’est pas rien quand on sait que l’iPhone, massivement utilisé, ne fait lui que 3,5 pouces.

« - Regarde maman, un smartphone qui tient dans une main ! » « - Arrête tes bêtises, nous ne sommes plus en 2012″

On retrouve donc avec plaisir une nouvelle déclinaison de ce format destiné à ceux qui pensent encore qu’un smartphone doit avant tout rester un phone. Cet écran de 3,5 pouces est même plutôt bon, affichant des couleurs vives et de profonds contrastes – pas au niveau, certes, d’un Xperia P et de sa dalle White Magic, mais Sony nous montre encore une fois que les écrans Bravia Engine, d’abord destinés aux téléviseurs, se déclinent très biens sur du matos plus petit.

Avec sa résolution de 480×854 pixels, l’Xperia U atteint un taux de pixels par pouce de 280, ce qui est tout à fait respectable, sachant que l’Xperia P, plus grand, est un poil en-dessous de ce chiffre. Vous aurez donc du mal à percevoir à l’écran le moindre pixel, ce qui vous permettra notamment de lire des pages web sans aucun problème, même sur un écran de cette taille.

Sous le petit doigt, le déclencheur

Le reste du hardware est assez similaire à celui de l’Xperia P, on retrouve le processeur STE U8500, accompagné cette fois de 512 Mo de RAM et d’une batterie de 1320 mAh, largement suffisante pour faire tenir au smartphone la durée minimale d’une journée d’activité. Notez à ce propos que, comme tous les smartphones Sony, l’Xperia U se recharge très vite une fois connecté au secteur – dans l’urgence, vous pourrez brancher l’engin 30 minutes et tenir plusieurs heures.

En pratique, nous avons donc un petit smartphone sous Android bien fichu et polyvalent, pensé pour ceux qui veulent de l’entrée de gamme pour la taille réduite des écrans sans sacrifier la qualité de fabrication ou le hardware. Ce segment du marché tend petit à petit à disparaître et cela ne serait pas étonnant qu’en 2013, les smartphones de 3,5 pouces sous Android ne soient plus que des engins de piètre qualité.