Huawei n’est pas la marque la plus célèbre dans nos contrées, il s’agit pourtant d’un mastodonte chinois des télécommunications. C’est en effet depuis quelques années le principal fournisseur de matériel réseau du monde, juste derrière Ericsson mais devant des entreprises très célèbres comme Nokia Siemens, Alcatel-Lucent ou Cisco System.

Huawei Ascend P1 TEST

Depuis 2009 ils commercialisent des smartphones sous Android qui n’ont pas encore connu le succès mondial. Cependant, les ambitions du fabricant sont très grandes et il vise ni plus ni moins qu’une place sur le podium d’ici 2015. Depuis quelques mois ils ont démontré qu’ils avaient le potentiel de leurs envies avec des appareils convaincants. Beaucoup se souviennent très certainement de la statue cheval composée de centaines de smartphones (visible ici). Voici donc que sort l’un des mobiles sur lequel compte Huawei pour réussir son pari, le Ascend P1 se veut comme une version améliorée du Ascend P1 S qui a un temps eu la couronne du smartphone le plus fin du monde. Voyons donc de quoi il en retourne !

Sommaire :

  1. Page 1 :
    • Contenu de la boîte
    • Caractéristiques techniques
    • Prise en main et présentation générale
  2. Page 2 :
    • Ecran
    • Appareil photo
  3. Page 3 :
    • Système et interfaces Android
    • Applications fournies
    • Téléphonie et SMS
  4. Page 4 :
    • Performances et autonomie
    • Musique et vidéo
    • Conclusions

Contenu de la boîte

La boite comprend le strict minimum, que l’on retrouve généralement avec tous les appareils :

  • Le téléphone évidemment
  • Câble USB / MicroUSB
  • Chargeur
  • Écouteurs (non fournis dans l’exemplaire de test)
  • Documentation

Chose amusante à noter, le câble et le chargeur de couleur blanche rappellent immédiatement une marque bien connue, cependant l’analogie s’arrête là, à aucun moment l’appareil ne peut être confondu avec un produit pommé.

Caractéristiques techniques

Avant de voir comment se comporte l’appareil, passons en revue la traditionnelle fiche technique :

ModèleHuawei Ascend P1

VersionAndroid 4.0.3 (Ice Cream Sandwich)
Ecran4,3 pouces
Résolution960 x 540 pixels (qHD)
TechnologieSuper AMOLED
capacitif et multipoint (10)
Densité de pixels256 ppi
Traitement contre les chocs & rayuresOui (Corning Gorilla Glass)
Processeur (CPU)Texas Instruments OMAP 4460
double-coeur cadencé à 1,5 GHz
Chipset graphique (GPU)PowerVR SGX540
Mémoire vive (RAM)1 Go
Mémoire Interne4 Go
Support microSD-HCOui (jusqu'à 32 Go)
APN / Caméra8 mégapixels
Caméra frontale1,3 mégapixels
Vidéo1080p @ 30 fps
Carte SIMOui (miniSIM)
WiFiOui, b/g/n
DLNA / Hostpot WiFi
Hotspot Bluetooth / Hotspot USB
Oui / Oui
Oui / Oui
BluetoothOui, 2.1 + A2DP et HS
RéseauxUMTS, EDGE et HSDPA 21
Améliorations sonoresDolby Mobile 3.0 Plus
NFC (Near Field Communication)Non
Boussole / GPS / BaromètreOui / Oui / Non
Accéléromètre / GyroscopeOui / Oui
Capteur de proximité et lumièreOui / Oui
Sortie jack 3,5 mmOui
Port micro-USB / HDMIOui (compatible MHL) / Non
Tuner FM (Radio)Oui, stéréo
avec RDS
Batterie1 800 mAh
Dimensions129 x 64 x 7.69 mm
Poids110 grammes
DAS0,606 W/kg
Prix public conseillé300 à 400€ nu selon offre opérateur.

Comme vous pouvez le constater, en dehors d’un écran un peu plus petit, cet appareil partage une grande partie de ses caractéristiques avec celles d’un Galaxy Nexus, notamment le processeur (même si celui du Nexus est à 1.2 GHz) et la puce graphique. Globalement nous sommes donc largement en terrain connu.

Prise en main et présentation générale

Ce qui surprend en tout premier lieu quand on prend l’Ascend P1 en main c’est son incroyable légèreté. Avec ses 110 grammes batterie incluse, c’est clairement un poids plume. Associé à la finesse de l’appareil qui ne fait que 7,69 millimètres d’épaisseur, l’impression de légèreté est encore accrue.

Cependant cette bonne impression est malheureusement un peu ternie par la construction globale de l’appareil faite en grande partie d’un plastique assez commun en dehors de l’écran Gorilla Glass évidemment. L’appareil est toutefois solide et bien fini, même s’il ne faut pas ici chercher le modèle le plus élégant qui soit.

Sa construction très rectangulaire est légèrement contrebalancée par les bords légèrement arrondis permettant une bonne prise en main. La face avant est globalement très épurée avec uniquement les trois boutons sensitifs qui dénotent un peu sous l’écran.

Les boutons sont en soit un petit défaut à mon sens, le système Android étant depuis la version 4 (Ice Cream Sandwich) fait pour pouvoir intégrer des boutons virtuels parfaitement adaptés en toute situation. Huawei, comme bien d’autres fabricants, a ainsi préféré proposer des boutons physiques sensitifs. Cela ne serait pas un trop gros défaut si l’ordre choisi n’était pas aussi peu pratique.

Huawei a préféré positionner le bouton retour à droite et surtout conserver un bouton « menu » désuet. Ceci obligeant à maintenir le bouton « accueil » enfoncé pour obtenir le menu Tâches récentes du système… Le positionnement du bouton retour est à mon sens le pire choix possible, en cas d’utilisation en mode paysage, il n’est pas rare d’avoir le pouce qui appuie dessus sans le vouloir, ce qui frustre souvent en vous coupant dans votre élan…

Petit détail qui a son importance, l’appareil est équipé d’une LED de notification cachée sous la grille de l’écouteur, vous pourrez ainsi voir d’un coup d’oeil si l’appareil est en charge ou si vous avez reçu un mail, sms ou autre… Petit détail bien pratique, la couleur de la LED passe de l’orange au vert quand la batterie est chargée.

Le dos parfaitement lisse et seules deux « bosses » viennent apporter un aspect original à ce modèle. La première sert d’emplacement de l’appareil photo ainsi que de son flash. La seconde sur le bas contient le haut parleur, et rappelle un peu ce qu’on retrouve sur bon nombre de modèles de Samsung.

Sur la tranche gauche on ne trouve que les boutons de volume, assez importants, ils tombent parfaitement sous le pouce ou l’index selon la main avec laquelle vous tenez l’appareil.

La tranche droite offre quant à elle le bouton d’allumage ainsi que l’emplacement de la carte microSD, protégé par un cache amovible.

L’installation de la carte ne pose aucun problème et le cache se remplace très simplement.

Enfin la tranche supérieure propose l’emplacement de la carte SIM (au format miniSIM classique), le port MicroUSB ainsi que la sortie audio.

Si la mise en place de la carte SIM est tout aussi simple que celle de la carte microSD, il n’en est pas de même pour le cache en plastique qui ici se referme très difficilement. On peut réussir à le fermer complètement mais uniquement avec un peu de chance et beaucoup d’obstination.

A savoir, cet appareil ne permet pas d’accéder à la batterie, dès lors il sera relativement difficile de la changer soit-même si jamais vous aviez un souci avec (le retour SAV étant alors l’unique solution).