Ouya est une console de jeu orientée vers le modèle free-to-play, dans lequel l’accent est porté sur le développement et les modifications.

Dans le monde des jeux vidéo mobiles, les consoles perdent peu à peu du terrain et notamment Sony qui n’arrive pas à séduire avec sa PSVita (et son catalogue de jeux extrêmement réduit). Les smartphones (et dans une moindre mesure les tablettes) sont venus piller ce marché qui semblait jusqu’alors imprenable. Grâce à des machines toujours plus puissantes avec de plus en plus de coeurs disponibles pour les calculs et traitements graphiques, on se rapproche d’une « qualité console ». De plus, les terminaux peuvent être connectés sur des télévisions et ainsi obtenir une expérience qui était jusqu’à présent inaccessible.

Le nom Ouya ne vous dit peut-être rien, mais vous devriez très vite en attendre parler. Ce nouvel appareil qui tourne sous Android est une console de jeux qui sera vendue à 99$. Parmi ses créateurs, il n’y a que du beau monde : nous pouvons citer Julies Uhrman (ex-directrice de la rubrique dématérialisée chez IGN), Ed Fries (l’un des concepteurs de la Xbox), Muffi Ghadiali (a contribué aux Amazon Kindle) ou encore Yves Béhar (OLPC) qui s’est occupé de la partie design.

Le projet est apparu sur le site Angel, qui aide au lancement des startups. Malheureusement, il n’y a plus aucune trace aujourd’hui, sauf celles conservées par The Verge. La première information plus qu’intéressante est qu’elle se basera sur le modèle du « free-to-play », c’est-à-dire qu’une fois la console achetée tous les jeux seront gratuits. Toutefois pour acquérir du contenu supplémentaire (bonus, niveaux…), il faudra débourser quelques euros/dollars afin que ce modèle économique soit « donnant-donant ». Cette console sera orientée vers les développeurs à travers un système ouvert et « hackable », qui ne nécessitera aucun frais pour distribuer les jeux.

L’aspect ouvert de cette future console bénéficiera du même moteur qu’Android : un côté ouvert et une communauté. De la même manière qu’il est possible d’installer un Linux sur votre smartphone ou sur votre tablette, la Ouya pourrait également en profiter. Par conséquent, derrière ces $99, il pourrait se cacher bien des surprises que même ses créateurs n’ont pas imaginés.

Cette petit boîte pourrait donc réussir là où Google n’a pas encore su emmener la Google TV : le terrain des box peu chères et avec du contenu riche. Il y a certes du OnLive ou Gaikai, mais ces deux plateformes pour jouer en streaming sont relativement marginales… et d’avantages sur la Google TV. Bien évidemment, il semble difficile pour ce projet de venir concurrencer des Playstation, Xbox et autres mastodontes du marché, mais offrira tout de même une expérience inédite.

Avec une équipe composée de têtes aussi connues, nous avons bon espoir que cette startup grossisse vite !