Bien utiles dans les zones où la couverture réseau n’est pas optimale, les Femtocells, couplées à une box, permettent d’obtenir un signal réseau mobile de bonne qualité chez l’opérateur concerné. Orange relancera cette semaine une offre Femtocell à destination d’une partie de ses abonnés.

Orange Femtocell

On avait vu débarquer en tout début d’année des offres Femtocell à destination de certains clients Orange Open et Origami. Abandonnée courant avril dernier, la voici de retour pour une disponibilité dès le 13 juin prochain.

L’amplificateur réseau d’Orange, à savoir un boîtier fourni par Alcatel-Lucent (cellule s’appuyant en réalité sur la connexion Internet haut débit d’une box transmise par ondes radio), ne devrait pas changer. Facturé 79 € (frais de mise en service), le Femtocell d’Orange ne sera disponible que pour les abonnés d’Orange Open et Origami, laissant de fait les abonnés Sosh de côté, tout comme les utilisateurs de Mobicartes. De quelques euros plus chers que chez SFR (Femtocell gratuite via une offre promotionnelle), et Bouygues (gratuite avec des abonnements classiques), la Femtocell d’Orange reste toutefois un peu moins onéreuse que celle de SFR RED, dont le tarif monte jusqu’à 99 €.

La différence avec l’offre précédente d’Orange ? Il ne s’agira plus d’un envoi au cas par cas, après évaluation de la qualité du réseau auprès du service clients de l’opérateur, mais bien d’une demande réalisée librement par ses abonnés. Si les modalités de fonctionnement restent effectivement semblables, le boitier Femtocell devrait pouvoir être relié à cinq numéros de mobiles différents, dont quatre peuvent être utilisés simultanément. Notez que les appels et messages restent décomptés du forfait des abonnés concernés !

Difficile pour le moment de déterminer comment les opérateurs se situent sur le terrain des Femtocells. S’agit-il d’un service dû aux abonnés, en tant que clients qui ne bénéficieraient pas d’un réseau optimal, ou bien d’une option supplémentaire, qui mérite en ce cas facturation ? C’est pour le moment le flou artistique, du moins chez Orange qui communique relativement peu sur une technologie méconnue du grand public.

(source photo)