La firme coréenne Samsung a annoncé avoir trouvé une méthode révolutionnaire pour faire avancer la commercialisation du graphène, ce composant miraculeux qui équipera un jour nos appareils électroniques.

Raghunath Murali Georgia Institute of Technology interconnects using graphene

« C’est l’une des plus importantes percées dans la recherche sur le graphène dans l’histoire », ont déclaré les dirigeants du laboratoire en charge de ces recherches. Samsung Electronics a annoncé qu’un procédé de synthèse révolutionnaire pour accélérer la commercialisation de graphène a été mis au point et finalisé. Cette nouvelle méthode, développée par le laboratoire, est en fait un procédé de synthétisation à grande échelle de ce matériau, qui engendrera une production « de masse ». Et cette découverte n’était visiblement pas une mince affaire puisque les chercheurs étaient confronté à des problèmes concernant la sauvegarde des propriétés du graphène. Ni la firme, ni le laboratoire, n’ont toutefois révélé les modalités de cette nouvelle méthode.

Cette nouvelle découverte laisse présager que l’arrivée du graphène dans nos appareils électroniques pourraient survenir plus tôt qu’on ne le pense. Le matériau pourrait équiper nos smartphones, tablettes, montres connectés, et autres objets électroniques. On évoque son utilisation dans les batteries pour ses capacités de stockage, ou dans les écrans pour sa flexibilité.

Pour la petite histoire, ce matériau, qui est conducteur, offre cent fois plus de mobilité des électrons que le silicium, le matériau jusqu’à présent le plus utilisé dans les semi-conducteurs de nos appareils. Il est plus durable que l’acier et possède une conductibilité thermique élevée ainsi qu’une grande flexibilité. Il a été isolé en 2004 par le chercheur Andre Geim de l’Université de Manchester. L’homme a reçu le Prix Nobel en 2010 pour cette découverte.