Apple avait déjà officialisé iOS 8 lors de la keynote inaugurale de la MWC en juin dernier. La firme à la pomme vient de lancer aujourd’hui la dernière version de son système d’exploitation mobile. Un petit tour d’horizon des ressemblances et des différences avec Android L sur le plan de la santé et du bien-être.

iOS 8

Avec iOS 8, Apple compte mettre le paquet dans le domaine de la santé. D’ailleurs, lors de la keynote de ce soir, il semblerait que des cadres de la clinique Mayo étaient présents dans la salle. Avec la nouvelle version du système d’exploitation, Apple met en avant son application maison Health. Celle-ci ressemble fortement à Fit Platform que Google a dévoilé lors de l’I/O de cette année. Le principe de ces deux plateformes est la même : réunir à un seul et même endroit toutes les données de santé et de bien-être de l’utilisateur pour que celles-ci puissent être utilisées par d’autres applications. La mise en œuvre est toutefois différente.

Google Fit Platform

Pour le moment, nous ne disposons pas d’énormément de détails pour Google Fit Platform. C’est une API et elle ne devrait pas prendre la forme d’une application. L’API pourrait être utilisée par n’importe quelle application tierce pour stocker dans le cloud Google les données de santé et de bien-être de l’utilisateur. A l’inverse, Health d’Apple prend la forme d’une API et d’une application. Les données de santé et de bien-être ne pourront pas être stockées dans le cloud, mais directement dans le téléphone. Les applications tierces pourront accéder aux données, depuis le téléphone. En revanche, certaines données sélectionnées par l’utilisateur pourront être envoyées directement au médecin traitant depuis l’iPhone.

Apple interdit formellement aux applications de stocker les données de santé et de bien être dans le cloud. Cette interdiction est d’ailleurs toute récente puisqu’elle est intervenue quelques jours après le scandale des photos nues des célébrités volées depuis iCloud. Google devra donc prouver que son système est très sécurisé puisque les utilisateurs ne souhaitent pas voir leurs données personnelles s’envoler dans les nuages.

Capture Ecran 2014-09-09 à 20.06.32

Les capteurs de l’Apple Watch

Sur le fonctionnement, Healt et Fit Platform récupéreront les données de santé et de bien-être de l’utilisateur à travers divers capteurs. Les applications pourront se servir de capteurs directement intégrés aux appareils comme dans la Apple Watch avec son capteur de fréquence cardiaque ou alors grâce à des périphériques externes comme des bracelets connectés dotés de capteurs. De nombreuses informations pourront être récupérées : fréquence cardiaque, qualité du sommeil, calories brûlées, vitesse, nombre de pas, etc.

Apple Watch sport

D’ailleurs, l’Apple Watch dispose de deux applications dédiées : une pour les données de santé et une autre pour le sport. Pour les activités physiques, la montre utilisera le capteur de fréquence cardiaque, l’accéléromètre et le GPS de l’iPhone pour mesurer l’activité physique, les kilomètres parcourus, les calories brûlées, etc.

Le guerre de la santé ne fait que commencer et Apple vient de dévoiler des armes plutôt intéressantes. Pour Google, il faudra faire confiance aux développeurs tiers puisque le père d’Android se contente de livrer une API aux développeurs. Il ne faudra pas non plus laisser de côté Samsung avec sa plateforme logicielle SAMI.