2011 aura été l’année des tablettes en France, avec 1,45 millions d’exemplaires vendus contre 1,2 millions d’ordinateurs de bureau.

Qui aurait pu imaginer ne serait-ce qu’il y a deux ans que les tablettes tactiles allaient se vendre beaucoup plus que les ordinateurs de bureau ? C’est en tout cas, le très joli succès que ce nouveau terminal a réussi à obtenir, avec l’Apple iPad en tête. En 2011, les tablettes Android se sont multipliées, mais ont surtout reçu une interface optimisée (Honeycomb). Malheureusement, Google a voulu jouer la carte de la rapidité, en oubliant que les clients n’étaient pas forcément des bêta-testeurs. Le verdict est donc une large domination de l’iPad (et même de la HP TouchPad en fin d’année), qui devrait peu à peu se réduire, tout comme nous l’avons observé pour les smartphones.

Les tablettes ne connaissent donc pas la crise en France, car il s’en est vendu 1,45 millions en 2011 auprès des particuliers. Il faut également rajouter les 100 000 unités écoulées auprès des professionnels. Le parc contiendrait désormais 2 millions de tablettes, démontrant la forte progression de ce marché. Le pic de ventes a eu lieu en décembre dernier, où près de 450 000 exemplaires ont été achetés. Avec un prix moyen de 420 €, le marché est tout de même juteux, car il représente une valeur de plus de 600 millions d’euros.

En parallèle, le nombre d’ordinateurs de bureau vendus a baissé, passant de 1,46 millions en 2010 à 1,24 millions en 2011. La différence ne s’est pas entièrement redirigée vers les tablettes, car les ordinateurs portables restent en grande forme, mais « l’effet crise » est aussi passé par là.

En 2012, Acer, Asus, Samsung… risquent d’être encore plus performants avec des produits plus aboutis qui n’essaieront plus de cloner ce que fait la firme de Cupertino. Il ne manque plus qu’un catalogue plus fourni d’applications optimisées pour ces appareils sous Android.

Source : Les Echos