L’émulateur Andy permet d’utiliser Android et ses applications sur un ordinateur, qu’il tourne sous Windows, Mac ou même sous Linux.

run-pic

Disponible gratuitement pour Windows, Mac et les principales distributions Linux, Andy séduira tout d’abord les grands joueurs qui pourront profiter d’un écran d’ordinateur et d’un téléphone qui sert de manette. Pour les jeux plus lourds du type Real Racing 3, jouer sur un écran de plus de 10 pouces et avec une manette peut être plus confortable que sur un écran tactile de 5 pouces.

Mais Andy pourra aussi intéresser les développeurs qui n’auront pas à torturer leur téléphone ni leurs yeux pour tester leurs applications. L’émulateur permet d’utiliser sur son ordinateur les messageries uniquement disponibles sur mobile, telles que WhatsApp, Telegram, Tango ou encore Snapchat.

Andy a comme autre avantage de pouvoir installer directement des fichiers apk téléchargés sur l’ordinateur, sans devoir passer par le téléphone ou la tablette.

Toutefois, il faut un ordinateur d’une certaine puissance, avec beaucoup de mémoire vive, et s’attendre à quelques plantages du logiciel au démarrage, de même que lorsque de trop de grosses applications tournent. Les saccades et freezes (pas plus de quelques secondes) ne sont pas rares eux non plus, surtout sur Mac et Linux où Andy est encore en alpha. Votre ordinateur aussi tournera certainement un peu au ralenti : sur une machine dotée de 8 Go de RAM et d’un Core i7 de 3 GHz, Andy consomme 60 % de mémoire et les deux tiers des ressources du processeur.

Parmi les émulateurs d’Android, Andy est celui qui offre le plus d’options, plus encore que BlueStacks, une autre référence dans le domaine. Vous pouvez le télécharger à cette adresse.

Andy-comparaison