Depuis deux semaines déjà, OmniROM a commencé à déployer des versions « nigthly » de sa mouture basée sur Android 6.0 Marshmallow sur certains terminaux. Dans un article de blog, jerdog, l’un de ses développeurs, détaille l’avenir proche de la ROM ainsi que ses différences avec AOSP.

omnirom-logo-1

Google a commencé le déploiement de sa nouvelle mise à jour majeure d’Android en octobre dernier, mettant à disposition au même moment le code source afin que quiconque puisse l’adapter à ses envies. Depuis, quelques ROM alternatives ont été conçues, dont CyanogenMod, la plus connue. Depuis peu, c’est également le cas d’OmniROM, un nom qui ne manque pas de prestige lui non plus.

Depuis le 10 janvier très précisément, les nightlies d’OmniROM ont débuté. À ce jour, cinq terminaux sont compatibles : les Nexus 5, 5x, 6, 7 (2013) et 10. Trois autres devraient néanmoins être ajoutés à cette liste dans les prochains jours, à savoir le Nexus 4, l’Oppo Find 7 / 7a et le OnePlus One.

Lire également : Les ROM personnalisées sont-elles vraiment mortes ?

De l’AOSP amélioré

Expliquant le temps séparant la sortie d’AOSP (Android Open-Source Project) et les premières ROM d’Omni, jerdog indique que la ROM alternative intègre non seulement les changements d’Android 6.0 Marshmallow, mais aussi quelques suppléments, dont certains déjà présents sur les précédentes versions de la ROM. On peut ainsi relever la présence de DSPManager (pour une meilleure gestion du son), de l’indicateur de trafic dans la barre de statut, du mode silence, de la possibilité de « délier » le volume de la sonnerie et des notifications, du choix du fond d’écran de l’écran de verrouillage, d’un système de mises à jour OTA et du support natif de SuperSU dans les paramètres système pour le root.

D’autres fonctionnalités encore ont été ajoutées à cette mouture, donc OmniJAWS, un service météo, la météo – personnalisable – dans les notifications, une interface « Dark UI » plus sombre ainsi qu’un mode « Ne Pas Déranger » amélioré.

Réactivité et sécurité

En 2015, après les problèmes de sécurité liés à Stagefright, Google a mis en place un système de mises à jour de sécurité mensuelles, pas forcément bien vu par tous les constructeurs. Pour OmniROM en revanche, l’intégration de ces mises à jour reste une priorité et le but de l’équipe est d’adapter ces patchs à la ROM le plus rapidement possible après leur déploiement AOSP. Pour le moment, il faut compter entre 24 et 36 heures entre le déploiement du code source de ces MAJ par Google et leur ajout à OmniROM.

Pour ceux qui souhaiteraient tenter l’expérience, les téléchargements se font depuis le tracker officiel d’OmniROM (ou depuis le blog pour trouver plus facilement les liens). Notez cependant que pour que les mises à jour en OTA fonctionnent correctement, il est nécessaire de flasher ces fichiers via le recovery TWRP. En outre, seul le root « systemless » est supporté pour le moment, et doit être réappliqué à chaque mise à jour.