Si populaire soit-elle auprès des mobinautes, l’application WhatsApp est dans le collimateur de certains opérateurs, notamment au Brésil. Ils sont parvenus à faire interdire pour quelques jours le service de messagerie instantanée.

WhatsApp

WhatsApp ne fait pas l’unanimité sur tous les marchés. L’application aux 900 millions d’utilisateurs actifs mensuels, qui mène une rude bataille aux applications de messagerie SMS classiques, peine à convaincre au Brésil. Et l’on ne parle pas de ses utilisateurs, mais plutôt des opérateurs locaux, qui s’appliquent, depuis quelques mois, à prouver que l’option d’appel fournie par WhatsApp enfreint la loi locale. En ligne de mire, l’usage du numéro de téléphone standard pour passer des appels via l’application de Facebook, mais aussi la baisse des appels passant par le réseau mobile classique. D’après TechCrunch, ce ne sont pas moins de 93 millions de Brésiliens qui utilisent WhatsApp, constituant une menace massive aux yeux des opérateurs.

48 heures sans WhatsApp

La grogne des télécoms a semble-t-il porté ses fruits, puisque la Cour pénale de São Bernardo do Campo, près de São Paulo, a pris sa décision. Elle a ainsi ordonné la fermeture de WhatsApp pendant 48h, à partir de 21h hier soir. Pour l’heure, on ne sait pas exactement comment Facebook compte réagir, d’autant que l’affaire reste assez obscure. L’identité du plaignant qui a réclamé cette décision de justice a en effet été maintenue secrète.

Si l’attaque de WhatsApp fait craindre aux défenseurs d’un web libre d’autres décisions venant restreindre les accès des Brésiliens aux médias sociaux en vogue, il est au moins une application qui bénéficie de la décision prise hier. Telegram, très médiatisé ces dernières semaines, a vu les inscriptions affluer ces dernières heures. Hier soir, il relevait 1,5 million d’inscriptions, et souffrait en conséquence de quelques problèmes de surcharge technique. Vu les relations tendues que l’app entretient avec WhatsApp, gageons que ce report d’utilisateurs ne doit pas être pour lui déplaire.