Encore un nouveau système d’exploitation mobile destiné aux smartphones. Répondant au nom de Plasma Mobile, ce nouvel OS est en fait basé sur Linux et créé par des ingénieurs bien connus dans le monde Linux : ceux qui développent l’environnement de bureau KDE. L’idée est donc de pouvoir proposer une convergence entre Linux sur PC et Plasma Mobile sur smartphone ou tablette.

plasma-mobile_02

Pour le moment, Plasma Mobile est à l’état de prototype, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous. Toutefois, le système d’exploitation mobile basé sous Linux semble prometteur sur certains aspects. Du point de vue technique, Plasma Mobile utilise le serveur graphique kwin/Wayland ainsi que les pilotes graphiques d’AOSP. Pas étonnant puisque c’est un Nexus 5 qui a été choisi pour jouer le rôle de prototype. Plasma Mobile permet l’installation d’applications à la base destinées à Ubuntu Touch, Jolla Sailfish et les développeurs comptent pouvoir faire tourner des applications Android.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Plasma Mobile reprend de nombreux éléments du shell Plasma présent sous la version desktop de KDE. Des modifications ont toutefois été opérées afin de rentre compatible le système avec l’écran d’un smartphone. On trouve ainsi les fonctions principales d’un smartphone comme l’application téléphone, la gestion des contacts ou encore des notifications, mais également la personnalisation de l’écran d’accueil avec notamment un système de thèmes. Si vous voulez tester, il est possible de télécharger l’image directement sur le site de Plasma Phone.

Pour séduire les utilisateurs de Linux, les équipes de Plasma Mobile mettent en avant la convergence entre les PC et les smartphones. Ainsi, il sera possible de lancer, sur son smartphone, une application qui est à la base destinée à Linux. Pour le moment, c’est le cas des widgets Plasmoids, mais l’équipe espère bien aller plus loin, à l’image des applications universelles sous Windows et Windows Phone. Un argument qui pourrait jouer en la faveur de Plasma Mobile alors que de nombreux nouveaux OS mobiles voient le jour chaque année sans vraiment réussi à percer face au quasi-duopole constitué d’Android et d’iOS.