Le module Do.Ra propose de mesurer la radioactivité, et de visionner les données recueillies directement depuis l’arrière du smartphone.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avec le Projet Ara, les possibilités semblent infinies. Le projet de smartphone modulaire développée par Google est plus proche que jamais de voir le jour puisque l’on sait qu’une série de tests aura lieu à Porto Rico aux mois d’aout et septembre prochain. Ce sera la première sortie publique de ce mobile qui se construit au gré des envies de son utilisateur, et où chaque composant peut être remplacé à souhait. Comme il s’assemble module par module, divers fabricants se lancent dans la fabrication de ces pièces de quelques centimètres, et certaines sont plus originales que d’autres.

En savoir plus : Toshiba est un des piliers du projet Ara.

C’est le cas du module Do.Ra, développé par Intersoft et Honda electronics, qui propose de mesurer la radioactivité depuis le smartphone. Le créateur compte commercialiser des modules, dans les tailles 1×1 et 2×2, dont la particularité est qu’ils sont munis d’un écran e-ink affichant directement les informations sur les mesures de la radioactivité, avec des messages d’alertes en fonction du danger en présence. Le module ne nécessite ainsi pas de devoir passer par une application pour obtenir les renseignements désirés. Le créateur du module, Vladimir Elin, en a d’ailleurs eu l’idée en rédigeant un papier sur les conséquences environnementales de l’incident sur la centrale nucléaire de Fukushima.

En savoir plus : Yezz et le projet Ara : la collaboration qui pourrait révolutionner l'industrie mobile

Si le cas de la radioactivité parait extrême, on imagine en tout cas toutes les possibilités engendrées par le Projet Ara, où les professionnels comme les utilisateurs lambda pourront construire leur mobile en fonction de l’activité du jour. Le module Do.Ra, en développement depuis 2013 tout de même, sera présenté officiellement au moment du premier lancement du smartphone modulaire, à Porto Rico.