Facebook incite ses employés à préférer Android à iOS. Rien de sectaire là-dedans, le but est tout simplement de mieux comprendre les utilisateurs des pays émergents, qui utilisent majoritairement l’OS de Google.

Facebook

Le site Wired a été invité par Facebook à suivre une conférence de presse sur la façon dont le réseau social comptait s’introduire sur les marchés émergents. L’une des solutions évoquées par Chris Cox, l’un des chefs produits, est tout simplement d’inciter les employés de son équipe à passer à Android. Il affirme ainsi au micro de Wired : « je réclame à une partie de mon équipe de passer sur Android pour la simple et bonne raison que lorsque l’on laisse les gens choisir, ils préfèrent bien souvent un iPhone ».

Et si Chrix Cox désire que son équipe passe sur Android, c’est pour mieux comprendre ce que vivent les utilisateurs de Facebook dans les pays émergents. « De cette façon, ils peuvent détecter des bugs et vivre la même expérience que la plupart des utilisateurs actuels de l’application ». Est-ce la façon dont Wired rapporte ces propos ? En tout cas, il est difficile de ne pas voir un peu de condescendance dans ces dires. Les employés de Facebook sont forcés de passer à Android pour savoir comment des gens qui gagnent moins qu’eux utilisent Facebook.

Des « mardis 2G » pour s’habituer aux connexions Internet lentes

Le réseau social bleu affiche en tout cas sa volonté de s’adapter à un public qui dispose d’une connexion Internet très lente. Facebook a ainsi expliqué qu’il avait mis en place des “mardis 2G” pour ses équipes. Concrètement, tous les mardis, quand les employés arrivent à leur bureau et ouvrent Facebook, l’application leur demande s’ils souhaitent qu’elle se comporte comme si elle était sur un réseau lent en 2G. S’ils répondent par l’affirmative, alors Facebook tournera durant la prochaine heure très lentement. Le but est, là encore, de mieux comprendre ce que vivent certaines personnes en se connectant à Facebook et inciter les équipes à trouver des idées pour éviter ou raccourcir les temps de chargement.