Les lentilles de contact de la filiale de Google Verily, n’arriveront pas fin 2016. Ces lentilles doivent permettre la détection du niveau de glucose chez les diabétiques. C’est Alcon, filiale du géant pharmaceutique Novartis et partenaire de Google et Verily dans le développement de ces lentilles qui a annoncé qu’ils ne pourraient tenir les délais qu’ils s’étaient fixés.

lentilles-contact-diabetiques-google

De tous les projets les plus fous portés par Google –les fameux moonshots— celui de Verily, anciennement Google Life Sciences, est peut-être un des plus remarquables. Celui-ci consiste à développer une lentille qui permet de détecter le niveau de glucose chez les diabétiques. Un projet un peu dingue qui prend du retard, malgré le partenariat que Google avait conclu il y a maintenant deux ans avec Alcon, une filiale du géant du secteur pharmaceutique et médical, le suisse Novartis.

Lentilles pour détecter le glucose et lentilles autofocale

Verily travaille en fait sur deux projets de lentilles en collaboration avec Alcon. Le premier, un peu moins impressionnant à première vue, représente tout de même un sacré défi technique. En effet, il s’agit de fournir une lentille qui permet de s’adapter à la vue de son utilisateur pour corriger par exemple une presbytie. Verily et Alcon ont apparemment loupé leur objectif de conduire une étude clinique pour la fin 2016. Cela pourrait donc compliquer l’objectif de Verily et Alcon qui souhaitaient en 2014 mettre sur le marché d’ici cinq ans ces lentilles. Le deuxième donc, concerne le projet de lentilles permettant la détection du niveau de glucose pour les diabétiques est cependant encore moins avancé.

Un objectif trop ambitieux ?

En effet, concernant les lentilles permettant la détection de glucose, cela pourrait prendre beaucoup plus de temps. Selon certains, dont la publication spécialisée Stat, ce serait même presque impossible. En effet, la mesure du taux de glucose chez les diabétiques demande une analyse de sang, et une analyse lacrymale ne suffirait pas à obtenir des résultats suffisamment fiables. Or, une mauvaise détection du niveau de glucose peut signifier un mauvais dosage d’insuline, ce qui peut mettre en danger la vie d’une personne diabétique. On se demande si la filiale de Google commencera un jour les essais concernant ce projet, puisque contrairement au premier type de lentille évoqué, celui-ci ne dispose d’aucune date, ni objectif quant à un test clinique…