Sur le HTC One M8 et le Samsung Galaxy S5, un logo « Powered by Android » est présent au boot. Serait-ce l’un des moyens de Google de faire pression sur les constructeurs pour enrayer la fragmentation des versions d’Android ?

Powered_By_Android_Boot_Sequence_HTC_One_M8

 

Au mois de février, on apprenait que Google souhaitait enrayer la segmentation des différentes versions d’Android. Et pour cause, trois mois après la sortie de KitKat, la version 4.4 d’Android était présente dans seulement 1,8% des terminaux. Les constructeurs commencent doucement à déployer la dernière mise à jour de Google, à la manière de Sony avec son Z1 ou Samsung avec le Galaxy S4. Mais la lenteur de l’arrivée des dernières mises à jour sur les terminaux compatibles ne plaît pas à Google qui souhaite voir le parc d’appareils plus homogène au niveau de la version d’Android utilisée.

Des approbations GMS plus restreintes

Google ne délivrera plus de certification GMS aux appareils qui sortent avec une version d’Android trop ancienne. Par exemple, les mobiles qui sortiront à partir du 31 juillet 2014 devront obligatoirement être équipés d’Android KitKat 4.4 pour bénéficier de la certification et ainsi pouvoir profiter de tous les avantages qui vont avec. Rappelons que c’est cette approbation de Google qui permet d’avoir sur le terminal Google Play Services, ce qui inclut toutes les applications Google comme le Play Store ou encore Gmail.

galaxy-s5-android

Powered by Android pour Android KitKat

Tous les terminaux qui sortiront sous Android KitKat auront désormais le logo « Powered by Android ». De cette manière, l’utilisateur est certain que le téléphone soit équipé de la dernière version d’Android. Et que quelque soit la surcouche logicielle utilisée par le constructeur, c’est bien le système d’exploitation de Google qui anime le terminal. Les détails de l’approbation n’ont pas été rendu public et on peut se questionner sur le niveau de sévérité que la firme de Mountain View appliquera pour les constructeurs qui ne mettent pas à jour leurs terminaux. Par exemple, le logo pourra t’il se désactiver à distance pour les constructeurs récalcitrants ?