Lors de l’IDF 2016, Intel a présenté le Project Alloy, un casque de « réalité fusionnée » dont les plans seront accessibles aux fabricants et aux développeurs.

La guerre de la réalité virtuelle est définitivement lancée. Alors que Google a présenté sa plateforme DayDream lors de la Google I/O 2016, avec les plans d’un casque de réalité virtuelle qui semble autrement plus intéressant que le Cardboard, Intel profite de l’Intel Developer Forum (IDF) pour présenter le Project Alloy, un casque de réalité virtuelle permettant de montrer le savoir-faire matériel d’Intel dans ce domaine.

Une plateforme ouverte

Ainsi, la plateforme matérielle sera ouverte aux autres constructeurs l’année prochaine, Intel fournissant les API nécessaires au fonctionnement du produit. « Tout le monde peut s’approprier le matériel d’Alloy, le combiner avec Windows Holographic, et construire un système de réalité virtuelle de classe mondiale avec le fabricant de leur choix », explique Brian Krzanich, le CEO d’Intel. 

Peut-on placer ce produit sur le même plan qu’un HTC Vive, qui nécessite de nombreuses connexions filaires et un ordinateur surpuissant pour l’épauler, ou qu’un Occulus Rift ? Pas tout à fait, et il ne faudra pas s’attendre à une aussi bonne qualité qu’avec ces deux-là. Le principe est différent et Intel explique que le Project Alloy est un casque de réalité fusionnée (merged reality en anglais), permettant de transposer des éléments de l’environnement immédiat dans une image virtuelle diffusée à l’utilisateur. Grosso modo, s’il y a un meuble à vos pieds dans votre salon, un objet sera imposé dans l’image virtuelle, vous permettant ainsi de l’éviter.

project-alloy-2-2x1

Entièrement autonome, le casque contient donc une batterie interne, et possède la puissance nécessaire pour traiter et afficher des images virtuelles. Il embarque des capteurs et des caméras 3D animées par la technologie Intel RealSense. Vous l’aurez compris, le Project Alloy est donc très proche du Microsoft HoloLens.

En parallèle, Brian Krzanich a indiqué que la firme est occupée à la construction d’un studio dédié à la réalité virtuelle à Los Angeles, et nommé en interne Intel Tech Experience Labs. Intel s’étant fait avare en détails, il faut se contenter de bruits de couloirs : le studio aurait pour but d’aider d’autres firmes à produire des vidéos basées sur les technologies d’Intel.