Les puces de 3 Go de RAM en DDR3 pourraient bien devenir la norme des smartphones haut de gamme dans un futur proche… du moins pour Samsung.

06149486-photo-samsung-memoire-lpddr3-3-go

Le progrès est en perpétuelle évolution dans le domaine des smartphones. Et Samsung compte bien être le chef de file des constructeurs en matière d’innovation et de standardisation des usages. En effet, le géant coréen a dévoilé, en parallèle de son processeur Exynos Octa 5420, une puce mémoire de 3 Go en LPDDR3. Cela pourrait bien augurer un avenir où tous les terminaux haut de gamme de la marque soient affublés d’autant de RAM.

Cette puce en question est entrée dans un processus de production de masse et pourrait bien équiper le Galaxy Note 3, la phablette qui sera probablement présentée en septembre lors de l’IFA. La puce de 3 Go en LPDDR3 promet un débit de l’ordre de 2133 Mb/s, soit environ 3 fois celui d’une puce DDR3. Elle tient sur 0,8 mm d’épaisseur et utilise 6 modules de 4 Gb empilés gravés en 20 nm.

Mais le plus intéressant est de se rendre compte que les smartphones à venir dans un futur proche, disposeront presque d’autant de mémoire RAM qu’un ordinateur de milieu de gamme. Aujourd’hui, la majorité des smartphones dits “puissants”, intègrent des puces allant jusqu’à 2 Go. Ce qui est, avouons-le, largement suffisant pour faire tourner des softwares assez gourmands en même temps. Sur le système Android, cette prouesse aura la prérogative de booster le multitâche qui devient de plus en plus courant. Mais pour l’heure, Samsung ne prévoit d’équiper que ses terminaux internes de cette puce avant de la commercialiser et ouvrir la technologie à ses concurrents.