Introduction

À l’IFA, en septembre dernier, la tête d’affiche de la conférence Samsung était la Gear S3, sa nouvelle génération de montre connectée. Après une itération très convaincante l’année dernière, cette nouvelle mouture visant ici les aventuriers peut-elle apporter suffisamment de nouveautés pour justifier un achat ? C’est ce que nous allons voir ici !

samsung-gear-s3-35

Fiche Technique

Modèle Samsung Gear S3 Samsung Gear S2 classic
Taille de l'écran 1,3 pouces 1,2 pouces
Technologie d'affichage sAMOLED N/C
Protection de l'écran Gorilla Glass SR+ N/C
Définition de l'écran 360x360 360 x 360 pixels
Processeur Exynos 7270 à 1GHz Exynos 3250 à 1GHz
Mémoire RAM 768 Mo 512 Mo
GPS Oui N/C
Wifi Oui N/C
Dimension 46 x 49 x 12,9 mm 43,6 x 39,9 x 11,4 mm
Poids 57 grammes 42 grammes
Batterie 380 mAh 250 mAh
Capteur de rythme cardiaque Oui N/C
Podomètre Oui N/C
Accéléromètre Oui Oui
Boussole Oui Oui
Capteur de lumière ambiante Non Oui
Capteur de proximité Non Oui
Résistance à l'eau 68 68
Prix 359 euros 222 euros
Fiche produit Fiche produit

Par rapport à la Gear S2, la Gear S3 Frontier est légèrement plus grande, plus grosse, plus puissante et avec une batterie plus imposante. En toute logique, son poids est également revu à la hausse.

 

Design et ergonomie

Avec la Gear S2, Samsung optait pour un format circulaire doté d’une bague rotative, créant ainsi une rupture avec les modèles précédents (la Galaxy Gear et la Gear S) qui arboraient pour leur part un affichage carré. La Gear S3 de son côté poursuit cette tendance et reprend les bases de sa petite sœur en améliorant le concept.

Clairement, la Gear S3 fait moins cheap que la Gear S2, qui ressemblait beaucoup à un jouet en raison de ses surfaces trop lisses. Ici, le cadran adopte un acier inoxydable brossé et les finitions sont bien plus travaillées. Ainsi, la roue de sélection est désormais crantée pour faciliter son utilisation et ses deux boutons situés sur le côté droit possèdent désormais une texture rugueuse aisément reconnaissable du bout du doigt.

samsung-gear-s3-41

Même le bracelet se veut plus texturé et abandonne le caoutchouc lisse pour une variante striée. On trouve par ailleurs deux variantes de celui-ci dans le package, l’un de 110 mm et l’autre de 130 mm. Une liberté qui permet à la smartwatch de s’adapter à toutes les morphologies en quelques secondes, le passage de l’un à l’autre se faisant très simplement grâce à un système de clips. Son châssis reste cependant un peu imposant pour s’adapter aux plus petits poignets.

samsung-gear-s3-18

Ceux qui préfèrent porter une montre un peu plus distinguée, la version Classic propose des courbes moins brutes, des boutons poussoirs plus discrets et un bracelet en cuir. Nous n’avons toutefois pas encore mis la main sur cette version reprenant les codes de l’horlogerie.

capture-decran-2016-11-21-a-16-21-26

Une chose est certaine, on se rapproche du design d’une véritable montre et ceux qui veulent autant un accessoire de mode qu’un accessoire pour leur téléphone seront ravis de découvrir que les smartwatchs ne sont plus des briques réservées à des geeks ravis de pouvoir imiter Michael Knight (David Hasselhoff) dans K2000 en parlant à leur poignet.

L’ensemble est agréable à porter et elle tombe juste sur le poignet, même s’il faut avouer que son gabarit ne passe pas totalement inaperçu et que son poids de 63 grammes se ressent par rapport aux 42 grammes de la Gear S2. Il existe cependant des tocantes bien plus lourdes chez le joaillier et nous ne nous attarderons donc pas sur ce détail.

samsung-gear-s3-14

 

Écran

L’écran de la Gear S3 Frontier est légèrement plus grand que celui de la Gear S2 (1,3 pouce contre 1,2 pouce) pour une définition identique. La différence n’est toutefois pas assez marquée pour être visible à l’œil nu. Avec ses 360 x 360 pixels, la smartwatch n’a pas à rougir et affiche une bonne finesse de détails sur les images et le texte. Il est par ailleurs possible de zoomer ou d’agrandir le texte sur certains écrans en tapotant deux fois dessus.

Écran AMOLED oblige, l’affichage de la Gear S3 favorise les écrans noirs, profonds, et permettant à la fois d’économiser de la batterie et d’afficher des contrastes plaisants. De même, sa luminosité maximale mesurée par notre sonde à 600 cd/m² est exceptionnelle et permet de profiter de la montre dans n’importe quelles conditions, même en plein soleil. Au quotidien, une luminosité réglée entre 5 et 7 (sur une échelle allant de 1 à 10) suffit amplement.

samsung-gear-s3-31

 

Bague rotative et navigation

La Gear S3, tout comme la Gear S2 avant elle, se démarque par sa couronne rotative permettant de simplifier la navigation. On passe ainsi d’un widget à un autre du bout des doigts, sans même réfléchir pour savoir si l’on porte des gants ou non, on navigue au sein des applications installées ou on fait défiler notifications et autres notifications avec une simplicité extrême. Les deux boutons servent quant à eux à revenir en arrière (retour), ou sur l’affichage de l’heure (home).

Et c’est là que réside la plus grande faiblesse de la Gear S3. En naviguant aussi facilement avec cette roue de sélection, on est tentés d’oublier que l’écran et ses petites icônes sont tactiles, et on aimerait pouvoir les sélectionner avec un bouton. Or, après avoir sélectionné une application avec la molette, il faut impérativement cliquer dessus pour valider, ce qu’on peut faire dès le début. On se surprend alors rapidement à pester contre ce défaut de conception qui pousse l’instinct à utiliser une molette foncièrement inutile à ce moment précis.

Seuls ceux qui fouillent les menus en profondeur découvriront l’option qui permet de lancer l’application pointée par le curseur après 2 secondes d’inactivité. Notons que cela ne fonctionne qu’à cet endroit et non dans les autres menus, comme dans les options d’une notification par exemple.

samsung-gear-s3-38

C’est là un défaut bien regrettable puisque la navigation globale de la montre est plutôt appréciable, à quelques détails près, comme le déplacement des widgets qui demande parfois de s’y reprendre à plusieurs fois.

 

Tizen OS et ses applications

La Gear S3 s’appaire avec n’importe quel appareil sous Android 4.4 ou plus et disposant de 1,5 Go de RAM au minimum. Une liste des terminaux compatibles est par ailleurs disponible sur le site de Samsung. L’ayant testée avec un Galaxy S6 edge, nous avons pu profiter d’une parfaite compatibilité.

Tizen OS se veut à la fois plus simple et plus complet qu’Android Wear, mais aussi mieux organisé. On retrouve ainsi ses notifications sur un côté, ses widgets de l’autre, les paramètres rapides en glissant le doigt depuis le haut de l’écran et les applications disponibles en appuyant sur le bouton correspondant.

samsung-gear-s3-ui-1

Avant de passer aux applications, précisons qu’il est possible de rédiger du texte à l’aide d’un clavier ou par saisie vocale et l’accès aux différentes informations est plus naturel que sur Android Wear. Quelques éléments d’ergonomie sont toutefois à revoir. Pour les notifications par exemple, lorsqu’elles s’affichent à l’écran à la réception, il est obligatoire de passer par les options afin de les supprimer, alors que lors d’un second visionnage, un swipe prolongé vers le haut, bien plus intuitif, suffit. Espérons que les prochaines mises à jour viendront corriger ce problème.

samsung-gear-s3-sms

Les applications

Nativement, la Gear S3 propose un certain nombre d’interactions basiques, comme un flux d’actualité, une connexion avec l’agenda, la gestion du lecteur musical (que ce soit celui de Samsung ou Google Play Musique), des rappels, un client mail, mais aussi S Health, l’application de fitness du géant coréen, un GPS, un baromètre et un altimètre (dont la fiabilité reste à prouver depuis qu’il m’a indiqué que le 2è étage de mon immeuble parisien se trouvait à 113 mètres EN-DESSOUS du niveau de la mer… avant d’afficher 28 mètres au-dessus du niveau de la mer lors d’une seconde mesure bien plus proche de la réalité).

S Health possède de nombreuses fonctionnalités de suivi automatique, que ce soit au niveau du nombre de pas, du nombre d’étages montés, de la fréquence cardiaque — vérifiée toutes les heures –, etc. Il est également possible d’enregistrer des sessions d’entrainement, que ce soit de la course, des flexions, des abdominaux, du vélo ou d’autres activités. Par ailleurs, avec son GPS, sa mémoire interne capable de stocker de la musique et sa connexion directe à un réseau WiFi ou à un casque Bluetooth, elle se veut plus autonome qu’une grande partie des autres smartwatchs. Elle est en outre certifiée IP68 et devrait résister à une immersion de 30 minutes sous 1 mètre 50 d’eau. Samsung déconseille cependant de nager avec.

samsung-gear-s3-health-cardio-barometre-altimetre

Enfin, le Galaxy Apps propose de nombreuses applications gratuites ou payantes, des plus utiles comme Uber, Nest, un navigateur, des GPS ou un déclencheur pour l’appareil photo, aux plus optionnelles, comme des jeux — dont certains sont très addictifs — tirant pleinement parti de la bague rotative. Avec plus de 10 000 apps, le store est plutôt bien fourni et propose une certaine diversité.

samsung-gear-s3-jeux

Micro et haut-parleur

Rappelons également que la Gear S3 est équipée d’un micro et d’un haut-parleur. Cela permet non seulement d’utiliser S Voice pour des commandes basiques (numéroter, dicter un SMS…), mais aussi passer un appel sans avoir à sortir son téléphone. Parler à sa montre est toujours aussi bizarre, mais cela peut dépanner dans certains cas pour des communications rapides si son téléphone n’est pas à portée de main.

samsung-gear-s3-s-voice

Autonomie

Avec sa batterie de 380 mAh, la Gear S3 est censée tenir 4 jours selon Samsung entre chaque recharge. Et elle le fait ! Activée jeudi après-midi, la montre nous a avertis qu’elle n’avait plus que 10 % de batterie que dans l’après-midi du lundi. De toutes les montres connectées ayant un véritable écran, il s’agit certainement de celle ayant la plus forte autonomie et on ne peut que saluer le travail de Samsung sur ce point.

Notons cependant que cette autonomie record ne s’obtient que lorsque l’écran de veille est totalement noir. Si vous souhaitez garder votre cadran actif à tout moment (légèrement plus sombre que lors d’une utilisation), comptez plutôt deux jours d’autonomie, et encore moins si vous avez une utilisation vraiment poussée de la montre (les jeux peuvent VRAIMENT devenir addictifs…).

samsung-gear-s3-luminosite-eco-energie

Pour ceux qui auraient besoin d’une autonomie plus large, un mode d’économie d’énergie (écran d’accueil en échelle de gris, fonctions limitées au maximum, Wi-Fi désactivé et performances bridées) permet de tenir un peu plus longtemps encore.

La recharge quant à elle se fait par le biais d’un dock sur lequel il suffit de poser la montre.

samsung-gear-s3-27

 

Prix et date de sortie

La Gear S3 est disponible au format Samsung offre également un bracelet. Jusqu’au 31 décembre, Samsung propose une ODR de 50 euros, ce qui passe le prix final à 350 euros. Samsung offre également un bracelet.

 

Test Samsung Gear S3 Le verdict

confort
8
La Gear S3 est un peu grosse et un peu lourde en comparaison d'autres modèles actuellement disponibles sur le marché, mais elle ne dénote finalement pas trop des montres sportives traditionnelles. Parallèlement à cela, elle est confortable à porter et sa couronne rotative lui donne une ergonomie très agréable. Il reste cependant quelques défauts à corriger, comme la fonction des deux boutons, légèrement redondante et ne comblant pas forcément tous les besoins.
écran
9
Avec ses 360x360 pixels pour 1,3 pouce, l'écran de la Gear S3 est dans la moyenne des montres connectées actuelles. Il affiche une finesse suffisante pour lire un texte ou regarder une image sans se brûler les yeux, et c'est tout ce qu'on demande à un écran d'appoint. Parallèlement à cela, la dalle OLED est parfaite au niveau des contrastes et de la luminosité et aucun reflet ne vient gêner la lecture.
fonctions
8
Dans l'ensemble, la Gear S3 répond bien aux besoin d'une montre connectée, à savoir réduire le nombre d'interactions avec son smartphone. Que ce soit pour régler une musique dans le métro, consulter la météo, répondre à un SMS ou lancer une activité sportive, la Gear S3 est bien présente. Elle offre également quelques éléments bonus, comme les jeux, plutôt amusants.
autonomie
10
L'autonomie de la Gear S3 est déjà dans la moyenne si on garde l'heure sur l'écran de veille et devient tout bonnement hallucinante pour une montre connectée dès lors que ce dernier n'affiche qu'un écran noir. Avec 4 jours d'autonomie sans utiliser le mode d'économie d'énergie, on en oublierait presque qu'il est parfois nécessaire de la poser sur son socle. Et quand bien même, le rechargement est rapide.
Note finale du test 9/10
Les montres connectées sont généralement toutes trop similaires, peu pratiques en raison de leur faible autonomie et parfois peu esthétiques. La Gear S3 avec son OS propriétaire (Tizen), sa grosse batterie et sa couronne rotative parvient à gommer, tout du moins en partie, ces défauts.

Au final on se retrouve avec une montre connectée qui sait se faire oublier tout en rendant service au moment opportun. Elle affiche toujours ou presque ce qu'il faut et épaule parfaitement un smartphone comme écran secondaire. Déjà très bonne comme accessoire pour smartphone, elle se paye en outre le luxe d'être autonome au besoin, permettant ainsi d'oublier son smartphone quelques heures sans la moindre gêne.

Elle n'est pas encore parfaite et il y a encore du chemin à parcourir pour banaliser la smartwatch, mais cette Gear S3 prouve que le marché n'est pas mort et que l'on peut apprécier ce genre d'appareil même si l'on est un peu réticent de prime abord. Autant dire que c'est peut-être la meilleure montre connectée du moment.
  • Points positifs
    • Autonomie exceptionnelle
    • Bon écran très lumineux
    • Bague rotative pratique
    • Des applications efficaces
  • Points négatifs
    • Absence de bouton de validation
    • Un peu lourde
    • Un peu chère