Malgré les difficultés qui entourent la création de nouveaux projets technologiques financés sur les plateformes en ligne, les projets Kickstarter sont toujours aussi nombreux : la plateforme a permis la levée de 2 milliards de dollars depuis sa création. Voici quelques projets qui risquent fort de contribuer à faire enfler ces chiffres dans les semaines à venir.

En septembre dernier, nous dressions une liste, non exhaustive bien sûr, de projets à suivre de près sur Kickstarter. Des projets tels que le Nextbit Robin, les écouteurs Plugz ou le SmartHalo dédié aux bicyclettes, qui ont tous rencontré le succès sur la plateforme de financement participatif, et seront livrés soit à la fin de l’année, soit dans le courant de l’année prochaine… s’ils ne contractent pas la maladie la plus dangereuse pour ce type de produits : des retards de livraison qui s’accumulent jusqu’à lasser leurs backers.

Nora

nora

Sous ce petit nom se cache un objet étrange… et destiné à venir à bout des ronflements. Parmi la foule des objets connectés visant l’univers du sommeil, ce boîtier se charge de détecter le bruit généré par les ronflements. Il faudra donc le placer sur une table de chevet ou une tablette située à côté du dormeur. Ce boîtier est quant à lui relié à un élément rectangulaire à placer sous l’oreiller, et qui se gonfle (ou se dégonfle) lorsqu’il détecte des ronflements propres à réveiller le camarade de chambrée du ronfleur. S’il ne prétend pas être un dispositif médical, Nora a au moins l’avantage de proposer une solution douce à un problème particulièrement épineux au sein des couples.

Coût de l’appareil : 299 dollars à sa sortie, prévue en mai 2016. Les backers semblent en tout cas conquis, puisque le projet, financé à partir de 100 000 dollars, approche des 700 000 dollars. Il prendra fin ce vendredi, avec une adaptation prévue pour Android dès la fin du financement.

Eora 3D

eora-3d

Là encore impressionnant succès sur Kickstarter, Eora 3D propose de transformer un simple smartphone en scanner 3D, sans conduire ses utilisateurs « à dépenser 15 000 dollars ». Promettant de réaliser des modélisations précises sous les 100 microns, ce scanner fonctionne avec des terminaux Android (les HTC One, Moto G de 2e génération, Sony Xperia Z4 et Samsung Galaxy S5 sont notamment cités comme configurations minimales) et assure également un rendu des couleurs. La zone de capture peut s’étendre jusqu’à une surface d’un mètre carré, et pour plus de simplicité, l’élément à scanner peut être placé sur un socle pivotant et connecté au scanner en Bluetooth. L’ensemble, un peu moins cher sur Kickstarter, coûtera 400 dollars à son lancement, en juin 2016. À une semaine de sa clôture, le projet a en outre réuni près de 600 000 dollars, pour 80 000 initialement demandés.

Revols

revols

La promesse est intéressante, pour ceux qui ne sont pas satisfaits de leurs écouteurs habituels. Car le projet Revols assure le moulage d’écouteurs à la forme de l’oreille de son porteur, pour un confort forcément difficile à égaler. D’après ses concepteurs, il suffit de 60 secondes et d’une petite manipulation depuis l’application associée aux écouteurs pour lancer leur moulage. Pour le reste, il s’agit d’un kit d’écouteurs Bluetooth créés en collaboration avec Onkyo, proposant 8 heures d’autonomie, deux talles d’embouts à mouler à la taille de l’oreille, mais aussi des mini-coques colorées et interchangeables, à placer à l’extérieur des écouteurs. Le tout est compatible avec Android, iOS et Windows.

Lancée depuis le début de la semaine, la campagne Revols, qui demandait à réunir 100 000 dollars, approche déjà des 300 000 dollars. La livraison est prévue pour le mois de juin 2016.

Blocks

blocks

C’est l’un des plus gros succès Kickstarter du moment. La montre connectée Blocks, sous Android, présente un format modulaire rappelant le projet Ara : à son écran s’adaptent des modules qui, combinés entre eux, forment un bracelet accueillant divers capteurs et éléments additionnels, tels qu’un capteur de rythme cardiaque, une batterie additionnelle ou un GPS.

Le format modulaire de l’appareil semble avoir séduit au point d’avoir dépassé 1,2 million de dollars récoltés, ce qui a valu à la montre de bénéficier d’une nouvelle finition métallisée. Le projet approche en outre de 1,5 million de dollars, pallier à partir duquel sera proposé un écran AMOLED pour la montre, à la place du LCD actuellement fourni. Prix de l’appareil, avec quatre modules : 285 dollars. La livraison est prévue pour mai 2016 et la campagne de financement prendra fin le 20 novembre.

 

PhoneDrone Ethos

phonedrone-ethos

Les drones font partie des appareils les plus en vogue du moment. Popularisés notamment par Parrot, et désormais déclinés en de nombreuses versions, tantôt ludiques, tantôt professionnelles, ces appareils volants sont généralement connectés à un smartphone (ou à une tablette), qui fonctionne comme une télécommande Bluetooth / WiFi. Actuellement en financement sur Kickstarter, un an après la présentation de son premier modèle, le PhoneDrone Ethos a largement dépassé les 250 000 dollars, contre 100 000 initialement demandés. Son principe est simple : il se présente comme un squelette de drone, avec des hélices, mais exploite le processeur et les capteurs d’un smartphone qu’il accueille en son centre. Hors usage dans le cadre d’un mode automatique (avec un plan de vol prédéfini), il faut donc un deuxième appareil mobile pour contrôler le drone ; toutefois, il peut être piloté via une montre connectée.

Les téléphones compatibles sont nombreux, puisque l’équipe du PhoneDrone Ethos évoque le support de terminaux à partir du Galaxy S2, mais aussi de la plupart des iPhone. Les créateurs du drone assurent que l’espace réservé au smartphone, entouré de néoprène, lui évitera le bris en cas de chute. Notez également l’ouverture d’API aux développeurs souhaitant créer de nouvelles applications au drone. Son prix ? 235 dollars sur Kickstarter, 300 dollars à sa sortie. La livraison est prévue en septembre 2016.

BeeLine

beeline

Univers particulièrement riche en objets connectés, la bicyclette est visée par le BeeLine. Ce petit accessoire circulaire, à fixer avec une bande en silicone au guidon du vélo, sert à afficher les indications de navigation GPS habituellement fournies par le smartphone. L’appareil est doté d’un écran e-paper assurant une bonne autonomie (ses concepteurs promettent plus d’un mois entre chaque charge), mais aussi d’un accéléromètre, une boussole, un gyroscope, est étanche et est compatible avec une application disponible sur Android et iOS. Lorsqu’il n’est pas utilisé, le BeeLine se transforme en porte-clés.

Tout cela, bien sûr, si BeeLine tient ses promesses. La livraison de l’accessoire, facturé un peu plus de 60 euros, est prévue pour août 2016. Un laps de temps suffisamment long pour que l’on puisse craindre pour l’avancement réel du projet, qui toutefois a largement dépassé son objectif de 60 000 livres, pour 16 jours de financement restants.