La National Highway Traffic Safety Administration, l’organisme américain en charge de la sécurité sur les routes, va exiger que tous les véhicules électriques fassent du bruit, afin que les piétons puissent mieux les entendre et les éviter.

Renault Zoé, toute électrique

Renault Zoé, toute électrique

Elles étaient silencieuses, cela va changer. A partir de 2019 aux Etats-Unis, les voitures électriques devront faire du bruit. L’organisme en charge de la sécurité sur les routes américaines est en train de faire voter cette règle, appliquée dès septembre 2019 pour une vitesse inférieure à 30 km/h. C’est une des règles nommées « Quiet Car » (Voiture Silencieuse en français) qui étaient en discussion.

En dessous de 30 km/h

Le problème de bruit se pose réellement à faible vitesse, jusqu’à 30 km/h environ. Au-delà, en réalité, les véhicules électriques émettent presque autant de décibels que ceux à moteur thermique. En deçà, on ne les entend pas arriver. Ce qui rend certaines situations particulièrement critiques. Par exemple, un piéton qui traverse à une intersection où une voiture tourne à droite. Ou sur un parking au moment de quitter un stationnement. Ou encore pour tous les piétons malvoyants.

En Europe aussi

En Europe aussi les choses pourraient avancer, la Commission européenne a lancé en 2011 le projet eVADER (pour Electric Vehicle Alert for Detection and Emergency Response). Son objectif : créer un signal sonore identifiable par tous, harmonisé, tout en limitant le niveau de nuisance sonore, et faire naître dans un consortium des solutions technologiques qu’un constructeur seul n’aurait pas pu développer.

Chez Renault, par exemple, la Zoé peut ainsi émettre trois sons différents, en fonction de la vitesse du véhicule.