Vivendi qui veut se séparer de sa filiale SFR, aurait pris contact avec Iliad (Free). Cette information a tout de suite animé les marchés financiers, les nombreux sites « économie » ont repris tous en coeur l’info. Mais peut-on réellement y croire ?

Si cette union avait lieu, le groupe Free-SFR pèserait plus de 18 milliard d’euros, un énorme groupe qui fait – bien évidemment – rêver les banquiers. Aujourd’hui, SFR est le numéro 2 du télécom mobile. Tandis que Iliad (Free), est le numéro 2 de l’ADSL et vient d’entrer en tant que quatrième opérateur dans le cercle « fermé » des opérateurs mobiles. Selon de nombreuses sources, Xavier Neil serait en discussion avec Vivendi pour un rapprochement entre la filiale SFR et le groupe Iliad (Free et Free Mobile).

Vivendi en veut 16 milliards, mais le consensus pencherait pour une fourchette basse de 10 milliards d’euros. De son côté, Iliad pèse aujourd’hui 7,8 milliards d’euros. Pour comparaison, nous parlions d’un mariage entre Numericable et SFR, néanmoins ce qui aurait fait « capoter » l’idée, c’est la valorisation trop basse du spécialiste du câble : 3,7 milliards d’euros. Bref, côté valorisation, une fusion serait largement crédible et permettrait au nouveau couple d’être « l’égal » d’Orange. Bref, un géant des telecoms.

Pour Free, l’opération serait très juteuse sur le mobile. En effet, avec ses fréquences et sa part de marché, SFR est largement en position de force. Free pourrait dénoncer son contrat d’itinérance avec Orange et éviter de verser 500 millions d’euros à Orange en 2013. La synérgie opérationnelle  selon Natixis, est évaluée à pus de 1,3 milliards d’euros.

Néanmoins, Vinvendi cumule 14 milliards de dettes, pas sûr qu’ils ne se séparent de SFR si facilement.

Enfin, le couple Iliad-SFR pourrait également être bloqué par l’Autorité de la concurrence.